Millet, Christian, Hector Malot, Chroniques du Lloyd Français, 1856-1857 [CR par Christa Delahaye]

Millet, Christian, Hector Malot, Chroniques du Lloyd Français, 1856-1857, The BookEdition.com, 2023.

Pendant deux ans, en 1856 et 1857, Hector Malot a tenu la critique théâtrale, littéraire, musicale et artistique du Lloyd Français, Journal quotidien commercial, maritime et industriel. L’existence de ces tout premiers articles d’Hector Malot était connue. On doit à Christian Millet, co-fondateur en 1998 de l’Association des Amis d’Hector Malot, de les avoir retrouvés, transcrits et annotés dans un livre dont il vient d’assurer la publication. On ne peut que souligner d’emblée l’importance de cet ouvrage qui éclaire une facette méconnue du célèbre auteur de Sans Famille !

Dans l’avant-propos du livre, Francis Marcoin, Président honoraire de l’Université d’Artois et Président des Amis d’Hector Malot, rappelle que, chez Malot, le journaliste n’est jamais très éloigné de l’écrivain. Dès 1859 et jusqu’à la chute de Napoléon III, il est un des rédacteurs de L’Opinion Nationale ; il collabore aussi, sous le nom d’Usbeck, au Courrier Français d’Auguste Vermorel qui mourra sur les barricades de la Commune. Ses rubriques, qu’il reconnaît lui-même virulentes, sur Sainte-Beuve ou Victor Duruy par exemple, restent suffisamment prudentes pour lui éviter un séjour à la prison de Sainte-Pélagie. C’est dans les journaux encore que Malot publie et republie ses romans. Si l’ensemble de ses articles est aujourd’hui tombé dans l’oubli, c’est, qu’à la différence de presque tous ses contemporains (Maupassant pour ne citer que lui), il ne les a pas rassemblés en volumes, faussant ainsi l’image qu’il a laissée de lui à la postérité, celle d’un romancier pour enfants.

Christian Millet présente ensuite, dans une introduction très éclairante, le contexte de ces chroniques. Il montre comment le jeune Malot, en stage de juriste chez Maître Innocent, un notaire normand qu’il a connu dans son enfance et qui est venu faire des affaires à la capitale, découvre la vie parisienne et passe son temps à lire ses contemporains, voir des spectacles, fréquenter les théâtres et les musées. Ce notaire investit dans Le Lloyd et confie la rubrique littéraire à son jeune protégé.

Le Lloyd Français est un journal d’économie. Christian Millet resitue l’importance du suivi des traversées maritimes dans le contexte du développement de la révolution industrielle. On comprend ainsi l’utilité d’un quotidien consacré à ces questions, qui paraît le soir et est envoyé par train de nuit dans tous les grands ports du pays. Cette fonction première du journal n’occulte pas la place consacrée à la littérature. Le Lloyd compte 258 numéros qui paraissent du 24 novembre 1856 au 15 septembre 1857. Malot y publie, le lundi, 29 « feuilletons » consacrés selon leur intérêt à un ou plusieurs spectacles parisiens. Durant cette période, il interrompt sa collaboration au Journal pour tous de Jules Simon qui lui avait confié la rubrique horticulture, sujet de prédilection du futur écrivain.

Les critiques de Malot font montre d’une grande érudition et sont assorties d’un exposé précis de ses conceptions artistiques. Il s’agit, comme il le déclare, d’aller au-delà du simple résumé des spectacles qui retrace trop souvent « les amours éternelles de M. Paul et Mlle Henriette », égratignant ainsi ses confrères au passage. On peut remarquer que la référence à Balzac, aux auteurs classiques et aux contemporains qu’il admire traverse l’ensemble des notices. Ainsi, dans sa dernière chronique qu’il consacre à la mort d’Eugène Sue, on peut lire : « De ses romans maritimes, imitations malheureuses de Walter Scott, il ne faut pas parler ; mais par les œuvres que je viens de citer, je crois qu’il sera digne d’occuper une place distinguée parmi les meilleurs romanciers de notre époque, non pas auprès de Balzac, dont il n’avait ni la profondeur, ni la puissance, ni la vérité ; non pas auprès de Mme Sand, qui le surpasse de toute la hauteur que donne la magie du style et le lyrisme de la passion ; mais entre Alexandre Dumas et Frédéric Soulié. […] Ce sont les petits livres qui sauvent les grandes réputations ; ainsi Adolphe, Manon Lescaut, René. Mais aussi il n’y a que les maîtres qui rencontrent ces bonheurs-là, et Eugène Sue n’était pas un maître. » (341-342).

Une sorte de palmarès des théâtres mentionnés se dessine : la Comédie-Française vient loin devant, suivie de l’Ambigu, la Porte-Saint-Martin, le Gymnase, l’Odéon, le Théâtre-Italien, le Palais-Royal…, pour finir par le Cirque-Impérial, la Gaîté, le Vaudeville et le Théâtre-Lyrique. Le jeu des acteurs, leurs atouts et leurs insuffisances, est analysé dans une écriture vive, rythmée, agrémentée de nombreux adjectifs pour préciser une pensée nuancée. L’adresse au lecteur est fréquente, attestant de l’attention de Malot à ne pas perdre le lecteur néophyte : « O vous tous, qui aviez lu ces lignes ou qui les lisez maintenant, allez au Théâtre-Lyrique entendre Oberon… vous applaudirez une musique idéale et sublime, où la mélodie la plus pure s’unit à l’harmonie la plus suave dans des nuances d’une délicatesse et d’une poésie exquise » (219).

Les auteurs ne sont pas oubliés. Ainsi dans le feuilleton du 27 juillet 1857 consacré au Charles XII, drame historique en quinze tableaux, de MM. Taillade et Eustache Lorsay, adapté d’une Histoire de Charles XII publiée par Voltaire en 1731 et joué au Cirque-Impérial, on peut lire : « Les auteurs, on le voit, ont assez religieusement suivi l’histoire, et, guidés par Voltaire, il faut convenir que leur tâche était facile ; et non contents de lui emprunter les événements, ils lui ont souvent pris des phrases tout entières ; c’est là une preuve de modestie et de bon goût, dont, à défaut d’autres mérites, il faut leur savoir gré ; il est regrettable seulement qu’ils n’aient pas poussé ce commode procédé jusqu’au bout, et que les exigences du dialogue les aient forcés à commettre une phrase comme celle-ci : « La Suède tout entière souffrait et pleurait votre absence », qui, j’en suis certain, ne se trouve pas dans le roman de Voltaire. » (316). Malot rend cette mauvaise adaptation du texte responsable de « l’absence de raison et l’ennui » ressentis tout au long de la représentation. C’est ainsi que le pourtant remarquable « comédien -Taillade- a été tué par l’auteur ».

Comment juger de la réception de ces chroniques ? Difficile d’en avoir une idée précise, mais il s’agit d’une collaboration reconnue puisque les auteurs de dictionnaires comme Larousse et Vapereau la mentionnent comme représentative des activités de l’écrivain normand. Le Grand Larousse Universel du XIXè siècle en 1873 ainsi que le Vapereau, Dictionnaire universel des Contemporains, en 1893 -soit vingt ans plus tard- y font référence.

L’ouvrage est agrémenté d’un cahier de reproductions de portraits d’acteurs. On y voit le « grimaçant » Grassot, la « talentueuse » Mme Borghi-Mamo, la « prometteuse » Mlle Daudoird, les « acteurs de grands rôles » comme Bressant ou Paulin-Menier pour n’en citer que quelques-uns. De précieuses notes de bas de page, un glossaire des noms propres et un index des œuvres citées donnent à l’ouvrage des allures de dictionnaire de référence.
La grande qualité du travail de Christian Millet permet de mettre au jour et à la disposition de tous un précieux corpus de plus de cinq cents œuvres artistiques donnant vie à la société du spectacle au milieu du Second Empire.

Christa Delahaye,
Association des amis d’Hector Malot



Citer ce billet
Julien Schuh (2024, 19 mars). Millet, Christian, Hector Malot, Chroniques du Lloyd Français, 1856-1857 [CR par Christa Delahaye]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1kr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search