Prosper Mérimée, Études et traductions de littérature russe, Champion, 2016 (compte rendu de Sarah Brun)

Prosper Mérimée, Études et traductions de littérature russe, textes établis, présentés par Jean-Louis Backès, annotés par Jean-Louis Backès et Antonia Fonyi avec le concours de Michel Cadot, dans Prosper Mérimée, Œuvres complètes, sous la coordination d’Antonia Fonyi, Section I, « Littérature », tome 6, Paris, Honoré Champion, 2016, 579 p.

 

Depuis 2009, les éditions Honoré Champion entreprennent de publier les œuvres complètes de Mérimée sous la coordination d’Antonia Fonyi, directrice des Cahiers Mérimée. Le tome VI de la section I « Littérature », le troisième à paraître, est consacré à Mérimée slavisant. Cet aspect de la production de l’auteur n’est pas quantité négligeable : il occupe non seulement les 575 pages de ce volume, mais également deux tomes de la section III des Oeuvres complètes, consacrée à l’histoire. Les textes ont été établis, présentés et annotés par Jean-Louis Backès, qui a également réédité en 2010 Le Roman russe d’Eugène-Melchior de Vogüé, lui aussi grand passeur de littérature russe en France.

Il existait déjà deux volumes d’Études de littérature russe de Mérimée édités par Henri Mongault dans les Œuvres complètes parues sous la direction de Pierre Trahard et d’Édouard Champion entre 1927 et 1933. Le besoin se faisait cependant sentir de reprendre ce travail, en particulier dans le contexte d’un renouvellement axiologique majeur dans les études mériméennes depuis 2003 et le bicentenaire de la naissance de l’auteur. Là où Trahard et Mongault « contempteurs de Mérimée » (p. 9) s’attachaient principalement à relever ses erreurs de traduction, le présent volume vise à faire découvrir la « position de médiateur entre les civilisations russe et française » (p. 10) de l’auteur. Par ailleurs, les éditeurs ont resserré en un seul tome le travail de Mérimée sur la littérature russe en renonçant aux textes qu’il a seulement révisés. L’ensemble suit une organisation thématique introduisant progressivement le lecteur dans l’univers russe de Mérimée : à une présentation générale de Jean-Louis Backès succèdent les études de Mérimée puis ses traductions. Ces deux grandes parties suivent chacune non pas l’ordre de publication des textes, mais la chronologie de la littérature russe, de Pouchkine à Tourgueniev en passant par Gogol. Une liste des publications par ordre chronologique est donnée en début d’ouvrage pour permettre au lecteur de suivre les centres d’intérêt de Mérimée.

Plusieurs catégories de lecteurs trouveront leur bonheur dans cet ouvrage. Il est bien entendu destiné, dans le cadre des Œuvres complètes, à ceux qui s’intéressent à Mérimée. La littérature russe est en effet pour lui l’occasion de s’exprimer, dans des études ou des notes, sur des sujets littéraires. Deux en particulier reviennent de façon obsessionnelle. Le détail, qui selon lui ne doit pas foisonner, comme chez Gogol, « narrateur décousu » car « tout absorbé par [son] étude minutieuse des détails » (p. 118), mais être soigneusement choisi pour l’effet qu’il va produire. Il ne cesse de mettre en garde contre l’écueil de la description et même Tourgueniev n’échappe pas au reproche de « l’exubérance des détails » (p. 209). En revanche, Pouchkine, « sa sobriété, son tact à choisir les grands traits de tous les sujets qu’il traite, à sacrifier les détails inutiles » (p. 83), emporte l’adhésion pleine et entière du Français qui voit en lui « le poëte du grand et du beau » (p. 101) pour trois raisons résumant ses propres convictions esthétiques : « Simplicité de la fable, choix habile des détails, merveilleuse sobriété de l’exécution » (p. 96). Mérimée revient également à plusieurs reprises sur le fantastique dont Pouchkine et Gogol sont friands. En évoquant la nouvelle Vyi ou le roi des Gnomes, il formule ainsi sa vision du registre : « On sait la recette d’un bon conte fantastique : commencez par des portraits bien arrêtés de personnages bizarres, et donnez à leurs traits la réalité la plus minutieuse. Du bizarre au merveilleux, la transition est insensible, et le lecteur se trouvera en plein fantastique avant qu’il se soit aperçu que le monde réel est derrière lui » (p. 124). S’il est enchanté par le « fantastique cosaque » (p. 124) de cette nouvelle ou le merveilleux qu’il trouve souvent chez Pouchkine, il n’apprécie pas que le narrateur prenne ses distances voire introduise une touche d’humour, comme dans Rouslan et Lioudmila. Il traite alors le Russe d’« épicurien incrédule qui ne sait pas garder son sérieux en débitant ses contes » (p. 88) ! Jean-Louis Backès rappelle ainsi que « pour Mérimée, le fantastique suppose une puissance de terreur » (p. 45). Enfin, la présentation reconstitue précisément le parcours de Mérimée slavisant et nuance quelques idées reçues. Il faut entre autres renoncer à affirmer que Mérimée serait le « découvreur de la littérature russe » (p. 15) : les premières pages de l’ouvrage rendent justice à nombre de passeurs de la littérature russe en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Par ailleurs, contrairement à ce qu’ont laissé croire les détracteurs de Mérimée, l’auteur « ne s’est jamais pris pour un spécialiste de littérature russe » (p. 30) et ne cesse de souligner les limites de ses connaissances voire d’avouer humblement son « incompétence » (p. 117).

Cet ouvrage permet donc de situer plus précisément le travail de passeur de Mérimée, rejoignant une des perspectives de la littérature comparée et des études de transfert culturel qui ont renouvelé, sous l’égide de Michel Espagne, les études de réception. Le parcours de slavisant du Français, de son apprentissage de la langue à ses rencontres littéraires, est précisément reconstitué par Jean-Louis Backès. Les affirmations, parfois simplistes ou erronées, de Mérimée donnent ainsi accès à l’imaginaire d’une époque concernant la Russie et les Russes. Sur le plan linguistique, on voit sa difficulté à traduire des realia inconnues des Français de l’époque, comme les icônes, « des images de saints dans un cadre » (p. 341) ou l’intelligentsia, traduit par « toutes nos intelligences » (p. 538). Il renonce d’ailleurs aux mots russes translittérés nuisant à la compréhension du texte – quitte à prendre quelques libertés avec la réalité, comme en témoigne sa traduction des divers fonctionnaires apparaissant dans L’Inspecteur général de Gogol. Voilà qui s’inscrit par exemple dans la lignée du récent ouvrage collectif dirigé par Marianne Bouchardon et Ariane Ferry, Rendre accessible le théâtre étranger (xixe-xxie siècle), paru en 2017. Jean-Louis Backès étudie en détails les partis pris de traduction de Mérimée en s’appuyant sur un travail de comparaison des traductions contemporaines et de la version russe, permettant au lecteur, même non slaviste, de prendre la mesure des procédés de traduction. Si Mérimée suit dans l’ensemble les préceptes de son époque – il a ainsi tendance à substituer la subordination à la parataxe privilégiée par l’écriture russe, afin d’expliciter les relations logiques – il semble cependant avoir davantage de scrupules que ses contemporains et évite toute omission.

Enfin, et ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage, il peut être lu par quiconque est désireux de découvrir la littérature russe. Ces études sur Pouchkine, Gogol et Tourgueniev constituent une introduction, certes un peu désuète, mais non dénuée de charme, à la littérature et la culture russes de la première moitié du xixe siècle. Mérimée aborde en effet, au détour de ses études, la place du slavon dans la langue russe (p. 79-80), la versification russe (p. 81-82), l’histoire des cosaques (p. 122-123 et 170-171) ou du servage (p. 167-170). Dans chaque étude, il présente les œuvres majeures de ces auteurs, les résume et en propose de longs extraits, qui sont bien souvent ceux qui lui tiennent à cœur comme Les Bohémiens ou Le Prophète de Pouchkine. Le lecteur dilettante pourra alors regretter de ne pas avoir la traduction immédiatement après l’étude qui lui aura donné envie de lire davantage… Il faut à ce propos souligner que la lecture est d’autant plus plaisante qu’elle n’est pas alourdie par un appareil critique trop dense. Une brève introduction précède chaque texte, tandis que les variantes sont indiquées à la fin. Les notes se contentent de l’essentiel. On sait gré à l’annotateur d’avoir renoncé à corriger la copie mériméenne, la lecture en est fluidifiée. Mais par moments, l’on goûte aussi le charme de certaines fantaisies de traduction ou contresens. Dans sa première version de La Dame de pique, Mérimée avait proposé un fantasque « [Tomski] resserra sa ceinture » au lieu de « [Tomski] avala une bouffée de tabac » (p. 226). Dans Le Chien de Tourgueniev, il traduit « C’est ton affaire à toi de protéger ton maître contre les embêtements » par « C’est ton affaire à toi de procurer des embêtements à ton maître » (p. 515) ! Il est d’autant plus facile de sourire de ces erreurs que Mérimée était le premier à les corriger et à en rire. Rire avec l’auteur : voici un plaisir que l’on ne saurait bouder et qui contribue au charme de ce tome, qui constitue incontestablement un ouvrage de référence dans les études mériméennes.

 

Sarah Brun

 

 


Vous aimerez aussi...