Pratima Prasad (éd.), avec la collaboration de Roger Little, Esclaves marrons à Bourbon. Une anthologie littéraire (1831-1848), Paris, L’Harmattan, collection « Autrement mêmes », 2020, 290 p. [CR par Éric Saunier]

Pratima Prasad (éd.), avec la collaboration de Roger Little, Esclaves marrons à Bourbon. Une anthologie littéraire (1831-1848), Paris, L’Harmattan, collection « Autrement mêmes », 2020, 290 p.

 

C’est assurément, avec cet ensemble de cinq textes centrés sur le marronage dans l’Île Bourbon durant les dernières années de la colonisation esclavagiste, une anthologie littéraire qui intéressera des lecteurs allant bien au-delà du monde des spécialistes de la littérature que publient les éditions L’Harmattan dans la collection « Autrement mêmes ». Elle intéressera particulièrement les historiens – et nous aimerions dans cette recension insister sur ce point – en raison de la contribution importante que peut offrir ce type de textes à la résolution d’un problème heuristique bien connu dans le champ de la recherche historique sur le thème de l’esclavage.

En effet, alors que les résistances à l’esclavage en général, et parmi ces résistances le marronnage en particulier, sont l’un des chantiers les plus investis par l’historiographie depuis plus de vingt ans – en partie par réaction devant l’hégémonie longtemps exercée par les travaux consacrés à l’étude du processus et des acteurs de l’Abolition –, il reste encore, en lien avec les limites inhérentes à la nature des sources d’archives mobilisées par les historiens, de fortes insuffisances quant à la connaissance du marronnage auxquelles peut pallier l’exploitation des sources littéraires sur cette forme de résistance à l’esclavage dont on sait qu’elle était très répandue dans l’Île Bourbon. La topographie, avec l’immensité de zones montagneuses qui étaient aussi peu peuplées qu’inexploitées, en firent en effet un lieu d’épanouissement privilégié pour le marronage dont l’intensité montre à elle seule l’inanité de l’idée d’un esclavage qui y aurait été « plus doux » qu’aux Antilles, et que l’on retrouve d’ailleurs encore véhiculée dans des textes comme ceux de l’ancien ordonnateur de l’île de la Réunion sous la Restauration Pierre-Philippe Urbain Thomas écrits quelques années seulement avant que n’émerge la littérature du marronnage au début des années 1830.

Cette anthologie, par la chronologie des textes sélectionnés, permettra d’ailleurs aussi de rappeler utilement que celle-ci commence à occuper une place de premier plan dans la littérature de la Réunion durant ce moment pendant lequel elle parvient à s’autonomiser car elle commence à bénéficier d’un réseau de librairies et de cabinets de lecture, et surtout du dynamisme d’une presse dans laquelle sont publiés quelques-uns des textes présentés dans cet ouvrage.

Que peut-on retenir de « la plus-value » que donnent les sources littéraires à la connaissance du marronnage si l’on veut comparer leurs apports avec ceux des sources d’archives que mobilisent plus souvent les historiens ?

Ces cinq textes, tous écrits par des hommes natifs de l’Île Bourbon (Louis-Timagène Houat, Les Marrons ; Eugène Dayot, Bourbon pittoresque ; Leconte de Lisle, Sacatove), de Maurice (Victor Charlier, Le Noir Marron) ou ayant longuement visité l’île de la Réunion (Théodore Pavie, Une chasse aux nègres marrons) présentent de très nombreux apports. On se contentera ici de souligner ceux qui selon nous sont les trois principaux. Le premier, qui est particulièrement perceptible dans deux textes, Les Marrons et Bourbon pittoresque, à travers la présentation des pérégrinations de l’esclave marron Tarquin se vengeant dans les violences qui jalonnent sa fuite du suicide de sa femme provoqué par la dureté de la vie dans la plantation (Les Marrons) et des luttes entre esclaves Malgaches et esclaves originaires du continent africain (Bourbon pittoresque), réside dans leur capacité à restituer avec un réalisme peu égalable la violence physique qui accompagne le marronnage et caractérise la société esclavagiste. Pour cela, Les Marrons et Bourbon pittoresque méritent d’être considérés, s’agissant de leur capacité à nous enseigner aussi concrètement la connaissance des violences accompagnatrices du marronnage, comme des sources aussi intéressantes que le sont les récits d’esclaves produits par les abolitionnistes américains à la même époque et dont on est privé l’historiographie des colonies françaises.  

Un second aspect intéressant de ces sources littéraires, parce que cette chose est beaucoup plus difficilement appréhendable dans les sources d’archives historiques qui ne concernent bien souvent que le monde de la grande plantation, repose dans leur capacité à faire revivre avec précision l’univers de la petite plantation, et, dans ce cadre, à restituer la mentalité particulière des petits blancs. Marquée par les incidences de la fragilité des positions économiques, la mentalité des petits blancs a visiblement consolidé l’attachement général de la société des colons à l’esclavagisme. C’est en tout cas l’enseignement que l’on retire après avoir lu les aventures de Maurice, le principal personnage et le narrateur du texte Une chasse aux nègres marrons. La fragilité économique dont il est victime entraîne en effet chez lui un surcroît de sévérité envers les esclaves, l’érigeant ainsi en acteur d’une histoire marquée par l’affirmation d’une double violence née du système colonial et inhérente à son évolution. Cette double violence s’ajoute à la double violence subie par la femme esclave que nombre de travaux ont montrée s’agissant des sociétés esclavagistes des colonies antillaises.

Si la double violence qui apparaît dans la lecture de quelques-uns de ces textes ne concerne pas les rapports de genre, ce que l’on peut lire dans ces textes au sujet de la place des femmes dans la société bourbonnaise n’est cependant pas sans fournir son lot d’enseignements. C’est même autour de ce thème que l’on peut voir selon nous le troisième intérêt majeur de ces sources littéraires, notamment des textes Les Marrons et Sacatove. Le premier, à travers l’histoire d’un jeune esclave marron qui croise le destin d’un couple composé d’une femme blanche (Marie) et d’un homme noir (Frême) dont la figure représente l’espoir des marrons de vivre dans une société édénique où les oppositions de races seraient bannies, permet de saisir la propension des sociétés coloniales à réduire les femmes à un rôle subalterne, comme c’est le cas à travers le sort que fait ce texte à la femme marronne. Dans le récit, Marie est en effet ni plus ni moins qu’une femme blanche située hors du monde des marrons, ce qui renvoie vers le constat généralisable, qu’excepté au niveau collectif, la femme marronne n’est pas reconnue. C’est le cas dans ces récits comme dans la société. C’est aussi le cas, bien qu’à un degré moindre, des femmes dans la société des libres blancs, comme on peut le voir dans Sacatove à partir du thème de l’enlèvement. On sait en effet que ce thème littéraire ne correspond pas à une réalité mais à l’une des grandes peurs qui taraudent la société masculine de l’Île Bourbon qui trouve ainsi dans ce thème de la matière pour penser, voire éloigner, l’une de leurs préoccupations. Avec ces remarques sur la place des femmes dans la société esclavagiste de l’Île Bourbon, on voit ainsi que l’exploitation des sources historiques et littéraires convergent pour étayer les mêmes conclusions. Force est cependant de constater que, sur ce sujet comme sur d’autres, les problèmes posés par les lacunes dues au silence des premières peuvent être en partie résolus par les apports des secondes.

 

Éric Saunier

 



Citer ce billet
Julien Schuh (2023, 8 décembre). Pratima Prasad (éd.), avec la collaboration de Roger Little, Esclaves marrons à Bourbon. Une anthologie littéraire (1831-1848), Paris, L’Harmattan, collection « Autrement mêmes », 2020, 290 p. [CR par Éric Saunier]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://serd.hypotheses.org/14949

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search