Alfred de Musset, Nouvelles, éd. Gilles Castagnès et Frank Lestringant, Paris, Classique Garnier, 2019 [CR de Lucas Person]

Alfred de Musset, Nouvelles, éd. Gilles Castagnès et Frank Lestringant, Paris, Classique Garnier, 2019.

 

Alfred de Musset, dramaturge de génie ? Nul ne le nierait aujourd’hui. Grand poète lyrique ? On en convient encore, bien que l’intérêt pour ce versant de son œuvre soit moindre que par le passé. Mais ses nouvelles ? Elles constituent « peut-être la part la moins connue de l’œuvre et la plus délaissée par la critique » selon Gilles Castagnès – et encore, ses écrits critiques et journalistiques sont encore moins étudiés.

La récente édition des Nouvelles d’Alfred de Musset établie par Gilles Castagnès et Frank Lestringant pour le compte des éditions Classiques Garnier constitue ainsi une nouvelle pierre à l’édifice d’un lent renouveau d’intérêt pour les récits en prose d’Alfred de Musset dont on ne peut que se réjouir : car au-delà des fréquentes rééditions de La Confession d’un enfant du siècle – seule œuvre de Musset en prose qui ne soit jamais sortie des grands classiques de la littérature romantique – on recense plusieurs éditions récentes et de qualité des Nouvelles procurées par Sylvain Ledda pour les éditions La Chasse au Snark (2002) et GF Flammarion (2010), ainsi que des Contes édités par Frank Lestringant et Gilles Castagnès pour les éditions Garnier Classiques (2019) et par Sylvain Ledda pour les éditions GF Flammarion (2010).

Dans l’introduction qu’il consacre à cette édition, Gilles Castagnès commence par ancrer l’origine de ces nouvelles dans les circonstances biographiques de leur écriture : les incessants besoins d’argent de Musset, la ressemblance entre l’auteur et ses personnages masculins, la mise en fiction de ses propres amours (avec Caroline Jaubert, Aimée d’Alton, ou encore Louise Lebrun) mais aussi son dégoût pour l’écriture narrative en prose, qui suppose l’expression d’une douleur personnelle non transfigurée par la poésie. Cette perspective autobiographique permet de déceler à quel point tout écrit – chez Musset – est toujours une négociation avec le genre autobiographique ou plutôt la tentative de redéfinir l’image de lui-même que l’écrivain livre au lecteur : Gilles Castagnès cite ainsi à très bon escient des extraits de sa correspondance dans laquelle Musset invite Aimée d’Alton à oublier l’auteur de la Confession pour le revêtir des atours de l’auteur des Nouvelles. Cette étude selon l’angle biographique permet ainsi de prendre conscience de l’effet de brouillage organisé par Musset lorsqu’il a changé l’ordre des nouvelles dans les éditions Dumont (1840) puis Charpentier (1841), alors qu’en relisant celles-ci dans leur ordre de composition puis de publication originale on assiste à un évident parcours de la biographie amoureuse de Musset.

À la suite d’Alain Heyvaert (La Transparence et l’indicible dans l’œuvre d’Alfred de Musset, Klincksieck, 1994), cette édition replace l’écriture des nouvelles dans le cadre de la « nostalgie d’une langue transparente » et en fait « une sorte de laboratoire de l’expression des sentiments », analysant en détail les différents media et formats du langage amoureux tout au long des Nouvelles : réflexions des personnages ou du narrateur, déclarations différées par lettres ou poèmes, prétéritions, expressions du visage, langage pictural, objets malencontreusement égarés, langage des fleurs et des plantes, musique… Ces grammaires de l’amour si diverses semblent en partie s’expliquer par le choix du genre de la nouvelle : Gilles Castagnès s’inscrit dans le prolongement d’Alain Heyvaert selon lequel la narration à la troisième personne serait paradoxalement chez Musset un meilleur vecteur d’expression des sentiments que la poésie lyrique ou le théâtre car elle permet de dissocier le sujet amoureux de l’instance énonciatrice. Mais, plus que sur les différents moyens d’expression, c’est d’abord sur le rapport entre langage articulé et sentiment éprouvé que l’introduction se révèle la plus originale. Le passage par l’écrit permet en effet « l’expérimentation progressive (et parfois laborieuse) d’une mise en forme » dans des textes dont la quête centrale est « le difficile équilibre entre la spontanéité du sentiment et sa mise en forme » : que penser ainsi de la déclaration de Valentin dans Les Deux Maîtresses, de plus en plus brouillée et illisible au fur et à mesure qu’elle s’élabore et qui, écrite pour l’une de ses maîtresses, finit par être envoyée à l’autre ? Ou bien des stances « À Ninon », dont le premier vers est trouvé par hasard (mais un hasard qui doit tout au travail de l’inconscient), dont la suite est cherchée par jeu, mais dont le sentiment devient authentique – ou est vécu comme tel – dès lors que le poème est achevé et – surtout – donné à lire ?

Parallèlement à la question du langage de l’amour, Gilles Castagnès pose celle du classicisme des récits en prose de Musset : action simple, nombre de personnage restreint, relative linéarité des intrigues, focalisation autour d’un dilemme d’amour. Mais ce classicisme de façade est aussi une construction : en considérant les nouvelles d’un point de vue diachronique, Gilles Castagnès remarque avec justesse que l’effacement du narrateur est un travail progressif qui s’effectue tout au long de la rédaction des nouvelles. À la facture classique de ces récits, Gilles Castagnès relie la mort du héros romantique et l’assagissement voire l’embourgeoisement des personnages principaux masculins, voyant dans le schéma actanciel un glissement vers le féminin : « S’il reste une parcelle de l’esprit romantique dans ces récits, c’est chez les femmes qu’il faut la chercher : les seuls personnages capables de se révolter, et qui possèdent toujours des rêves, une volonté, et un idéal qui les conduit parfois à la mort, sont Béatrice, Bernerette ou Margot. » Cette mort de la volonté romantique est associée à une transition vers le réalisme, vers « le monde de la bourgeoisie et de l’argent », et ce serait en cela qu’elles plairaient tant à Balzac. L’introduction de cette édition ouvre ainsi des perspectives d’histoire littéraire qui dépassent le cadre de l’œuvre de Musset et laissent ainsi rêver à une étude plus complète sur les origines de la nouvelle réaliste et naturaliste qui prendrait en compte l’apport de Musset et le tournant classique de son œuvre.

Cette édition, nourrie par des notes précises aux accents avant tout biographiques et par le recensement des variantes, est complétée par un riche appareil d’annexes permettant d’appréhender les nouvelles de Musset dans leur contexte littéraire et géographique : la description du boulevard de Gand par Musset qui devait originellement servir d’introduction aux Deux Maîtresses ; les contrats et des extraits de la correspondance de Musset, Buloz et Hetzel ; le compte rendu de ces textes donné par Balzac dans sa Revue parisienne en 1840 ; et enfin une remarquable étude géographique des lieux mentionnés dans les nouvelles de Musset, dont le plus grand mérite est de situer sur une seule et même carte personnages fictifs et personnes réelles fréquentées par Musset.

 

Lucas Person



Citer ce billet
Julien Schuh (2023, 3 novembre). Alfred de Musset, Nouvelles, éd. Gilles Castagnès et Frank Lestringant, Paris, Classique Garnier, 2019 [CR de Lucas Person]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0nx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search