Louis Janmot. Le Poème de l’âme – par Aude Jeannerod

Louis Janmot. Le Poème de l’âme, Paris, musée d’Orsay (12 septembre 2023 – 7 janvier 2024).

Le musée d’Orsay consacre une exposition monographique à l’artiste lyonnais Louis Janmot (1814-1892), ou plutôt à ce qui fut l’œuvre d’une vie : Le Poème de l’âme (1835-1881), ensemble composé de 18 peintures à l’huile, 16 dessins au fusain et 34 poèmes. En 1955, les descendants du peintre en ont fait don à la Ville de Lyon, qui l’expose d’abord à la Faculté des Lettres avant que l’ensemble soit transféré, suite à des dégradations survenues en mai 1968, au musée des beaux-arts. Aujourd’hui, seules les peintures sont exposées de façon permanente, tandis que les fusains, en raison de leur fragilité, sont rarement montrés au public.

Vue de l’exposition © A. Jeannerod

La série de peintures, qui suit le jeune héros de sa naissance (« Génération divine ») jusqu’à la mort de la femme aimée (« Réalité »), est d’une grande cohérence stylistique – par le format des toiles, la taille des figures, la similarité des paysages et des coloris. Elle montre d’abord l’enfance heureuse du jeune homme et de son âme sœur, que ce soit dans un cadre bucolique (« Le Printemps ») ou familial (« Le Toit paternel »). Dans une perspective idéaliste, l’amour chaste (« Virginitas ») permet l’élévation de l’âme (« Le Vol de l’âme » et « L’Idéal »). Le propos se fait politique lorsque Janmot, dans le contexte des polémiques autour de la loi Falloux sur la liberté d’enseignement, illustre les bienfaits d’une éducation catholique (« Le Grain de blé » et « Première communion »), opposés aux dangers de l’école laïque et républicaine (« Le Mauvais Sentier » et « Cauchemar »).

Vue de l’exposition © A. Jeannerod

Baudelaire, qui a vu cette première série, exposée dans une galerie parisienne en 1854 puis à l’Exposition universelle de 1855, la juge « trouble et confuse », mais il lui reconnaît « un charme infini et difficile à décrire », notamment dû à leur « couleur amère » et à « une mysticité inconsciente et enfantine » (« L’Art philosophique »). Mais le critique n’a pas vu le second volet, réalisé entre 1854 et 1879 : plus sombre, il met en scène les affres de l’âme se débattant avec le désespoir et le vice, en 16 dessins qui s’apparentent aux stations d’un chemin de croix.

Après la mort de la femme aimée, le héros s’égare dans « Le Doute » (figuré par un paysage désolé, composé de montagnes escarpées et de cieux tempétueux), puis s’abîme dans la débauche : les très sensuels « Rêve de feu », « Amour » et « L’Orgie » s’opposent à la chasteté de la première série. Ici encore, la dimension didactique est évidente : Janmot met en garde contre les périls qui guettent l’âme humaine, témoignant au passage de ses opinions conservatrices lorsqu’il condamne les désordres politiques de 1870-1871 (à travers la figure de la Révolte qui embrase une ville dans « Chute fatale ») ou lorsqu’il critique la science matérialiste et positiviste (via la figure du savant qui caresse la tête d’un singe en se regardant dans un miroir dans « Les Générations du mal »). La tentation s’exprime en des termes faustiens dans « L’Esprit du mal », où le héros est hanté par un démon androgyne et les sept péchés capitaux, ainsi que dans « Sans Dieu », où il foule aux pieds l’Évangile dans un paysage dévasté. L’œuvre confine même au fantastique lorsque surgit une inquiétante figure drapée de noir, la Fatalité, dans « Le Fantôme ». C’est jusqu’à la rédemption finale, dans « Intercession maternelle » et « Sursum Corda ! », qui convoque le souvenir du second Faust de Goethe, où le damné est finalement sauvé grâce aux prières de Marguerite.

Le changement de médium s’accorde à cette évolution thématique : si Janmot abandonne la peinture à l’huile pour des motifs essentiellement économiques (Le Poème de l’âme est un gouffre financier, parce qu’il ne parvient pas à le vendre et qu’il refuse de le démembrer), force est de constater que le fusain convient mieux à ces nocturnes, par opposition aux plein-air lumineux de la première série. Et pour des raisons de conservation, la deuxième partie de l’exposition est plongée dans la pénombre, ce qui là aussi correspond bien à la tonalité plus tourmentée de ce second volet.

L’exposition rend ainsi justice à une œuvre méconnue, en exploitant les nombreuses esquisses, versions préparatoires et cartons d’ensemble conservés pour l’essentiel au musée des beaux-arts de Lyon ; celui-ci a en effet mené une politique d’acquisition qui permet d’éclairer la genèse du cycle. Un autre apport de l’événement est de replacer Janmot à la fois dans son environnement immédiat – l’école lyonnaise du XIXe siècle – et dans le temps long de l’histoire de l’art : si l’Autoportrait (1832) du peintre accueille le visiteur au seuil du parcours, le propos des commissaires, Servanne Dargnies-de Vitry et Stéphane Paccoud, n’est pas d’en faire « un météore isolé », mais bien au contraire de le montrer « à l’entrecroisement de plusieurs des courants et tendances artistiques marquant son époque, tout à la fois symptomatique de ceux-ci et dans le même temps atypique » (catalogue, p. 22).

Vue de l’exposition © A. Jeannerod

L’exposition du Poème de l’âme s’enrichit ainsi de cinq « cabinets » venant apporter des éclairages complémentaires au moyen d’entrées thématiques, reprises dans le catalogue : « Épopées picturales et illustrées », « L’âme et l’ange gardien », « L’idéal », « Cauchemar, les dangers de l’inconscient », « Paysage et réalité ». Pour sa représentation idéalisée du corps humain, Janmot est associé aussi bien à ses contemporains – l’académisme d’Ingres qu’il fréquente à Paris et à Rome, le préraphaélisme de Burne-Jones – qu’à la Renaissance italienne de Botticelli et du Vinci. Par sa vision romantique du mal, l’œuvre se rapproche du Faust de Delacroix – qui relevait chez Janmot « un parfum dantesque remarquable » (Journal, 17 juin 1855) – et Le Cauchemar, où Baudelaire décelait « une remarquable entente du fantastique » (« L’Art philosophique »), rappelle le célèbre tableau homonyme de Füssli (1781). Complétée par les essais du catalogue et par une journée d’études organisée à Lyon, l’exposition inscrit également le peintre dans la pensée philosophique et politique de son temps : fermement ancré dans les milieux catholiques lyonnais, proche de l’abbé Noirot et de Frédéric Ozanam, il est également influencé par les courants illuministes.

Vue de l’exposition © A. Jeannerod

Enfin, l’exposition du Poème de l’âme offre d’interroger le rapport entre texte et image. Dès 1854, lorsque Janmot expose la première série du Poème de l’âme, il accompagne l’événement de la publication de 18 poèmes (L’Âme, Lyon, Vingtrinier, 1854, consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1418283v). Et en 1881, à l’instigation du photographe Félix Thiollier, il publie un ensemble hybride, en deux volumes (Le Poème de l’âme, Saint-Étienne, Théolier, 1881) ; le premier tome rassemble 34 poèmes (2814 vers au total, consultables sur le site du musée d’Orsay : https://www.musee-orsay.fr/fr/articles/le-poeme-de-lame-de-louis-janmot-texte-integral-275212) et le second, les photographies au charbon des 34 peintures et fusains. Chaque poème porte le même titre qu’une peinture ou qu’un dessin du cycle, qu’il semble mettre en mots – à moins que ce ne soit le tableau qui mette en image le texte ? L’objet que Janmot présente à son « spectateur-lecteur » (« Préface », 1881) constitue donc un « iconotexte », c’est-à-dire « une unité indissoluble de texte(s) et d’image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative » (Michael Nehrlich, « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? », 1990). En effet, comme le montre Servanne Dargnies-de Vitry : « Chaque poème entretient avec le tableau auquel il se rattache un rapport singulier » (catalogue, p. 26). Il s’agit tantôt de donner la parole aux figures, tantôt de décrire ce qui est hors-champ, tantôt de dévoiler l’avenir des personnages, etc. Le Poème de l’âme exploite donc ce qu’Alain Montandon identifie comme « la spécificité de l’iconotexte », c’est-à-dire « préserver la distance entre le plastique et le verbal pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre » (Iconotextes, 1990).

Aussi Le Poème de l’âme pose-t-il l’éternelle question de la façon dont s’expose le texte : outre l’écran tactile placé à l’entrée, qui associe œuvres visuelles et textuelles, l’exposition choisit de reproduire sur les cimaises de brefs extraits, soigneusement choisis, et un dispositif audio permet d’écouter le poème entier, lu par le comédien Alexandre Astier. Mais il est dommage qu’au fil du parcours, les cartels se concentrent sur la part visuelle du cycle et n’abordent presque jamais sa dimension littéraire, qu’il s’agisse des références intertextuelles, des choix métriques ou stylistiques, etc.

Aude Jeannerod

Catalogue :

Servane Dargnies-de Vitry et Stéphane Paccoud (dir.), Louis Janmot. Le Poème de l’âme, Paris, Musée d’Orsay/In Fine, 2023.

À lire :

Élisabeth Hardouin-Fugier, Le Poème de l’âme par Louis Janmot (1814-1892), Châtillon-sur-Chalaronne, La Taillanderie, 2007.

Louis Janmot, L’Âme, poème. Trente-quatre tableaux et texte explicatif, Lyon, Fage, 2017.

Clément Paradis et Hervé de Christen, Louis Janmot, correspondance artistique, Paris, Classiques Garnier/Lettres modernes Minard, 2019-2021, 2 tomes.



Citer ce billet
Aude Jeannerod (2023, 5 novembre). Louis Janmot. Le Poème de l’âme – par Aude Jeannerod. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0ny

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search