Jessica Desclaux, Barrès en mouvement. Dans l’atelier des voyages

Jessica Desclaux, Barrès en mouvement. Dans l’atelier des voyages, Genève, Droz, 2023

Reposant sur l’exploitation du riche fonds de la BnF, cette étude rouvre le dossier de Maurice Barrès (1862-1923), écrivain aujourd’hui relativement tombé dans l’oubli. Les écrits de voyage, articles, essais, romans ou nouvelles, permettent d’aborder l’auteur dans toute sa complexité et ses contradictions, ainsi que de le replacer dans une histoire littéraire allant de Chateaubriand à Gide et incluant bien des journalistes contemporains peu connus.
À partir du cas de Barrès, il s’agit d’interroger ce qu’est le voyage pour un homme de lettres de la Belle Époque qui, après l’ère des Romantiques, en pleine époque symboliste, défend une esthétique des « yeux clos » en réaction au naturalisme et s’oppose au pittoresque des images, puis qui devient l’une des voix majeures du nationalisme. Comment dès lors comprendre la sortie de l’écrivain de son cabinet de travail, le fait d’arpenter le monde muni de carnets ?
Le volume tend ainsi à saisir la manière dont un lettré fait du voyage non seulement un des moyens réguliers de remettre en mouvement ses idées et ses images, mais aussi un élément central de sa scénographie auctoriale et de sa relation à la société de son temps.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements

Remarques sur les éditions et les transcriptions de manuscrits

Introduction :
« Quand Barrès s’éloigne… »

PREMIÈRE PARTIE.
ÉCRIRE EN VOYAGE. LE PÈLERIN D’ART COSMOPOLITE

Introduction de la première partie. « Les bénéfices du voyage »

Chapitre premier :
Voyager pour écrire ? Faire carrière dans les lettres dans les années 1880

La bibliothèque contre le voyage. Le modèle des parnassiens

Nouvelles figures de l’écrivain voyageur : le reporter colonial et l’esthète anglophile

Des bourses de voyage pour les littérateurs !

L’essai de psychologie de Bourget : Stendhal ou du cosmopolitisme


Chapitre II :
La renaissance par l’Italie (1887). De la culture de voyage

La culture salvatrice

La société des cosmopolites

La bibliothèque de voyage – le rayon des guides artistiques

Écrire en voyage. De l’atelier portatif et des genres littéraires


Chapitre III :
Venise, un lieu d’écriture

Le second voyage en Italie (1888) ou la création d’une ville manifeste

Un lieu de signature

Poétique de la variation : mémoire et sensations


Chapitre IV :
Dans les brumes du Nord. Les formes brèves de l’écriture
de voyage

Des pèlerinages artistiques en Allemagne : 1887, 1890, 1891,
1892

Un homme de lettres, conférencier en Belgique

Journalisme et commande éditoriale


Chapitre V :
L’Espagne de 1892. Un renouveau de l’esthétique

Dans les pas des mystiques espagnols

De l’art métaphysique et de l’expérience sensible

Des taches d’encre aux taches de sang. La fin de la carte
du tendre

Réécrire Gautier. Contre « le superficiel du romantisme »


Chapitre VI :
Des guides de pèlerinages égotistes

Guide et roman

Le recueil, un guide égotiste

Créer de nouveaux pèlerinages ou le contre Taine de Barrès

La littérature et la vie. Une communauté amicale


Chapitre VII :
Du cosmopolitisme

« Vengo adesso di Cosmopoli ». De la société cosmopolite

Le roman ou l’art poétique du transfert culturel

Frontières du cosmopolitisme barrésien

Un cosmopolitisme hors du monde ?


DEUXIÈME PARTIE.
ÉCRIRE LE VOYAGE AU TEMPS DU RÉCIT NATIONAL


Introduction de la deuxième partie. « Heureux qui comme Ulysse… »

Chapitre VIII :
Inachèvement et hiérarchie. Le voyage en Espagne de 1895

La circulation des idées politiques : l’enquête sur les tendances fédéralistes

Les cahiers d’écolier

La hiérarchie des chantiers littéraires

Un voyage à longue portée. Le Greco


Chapitre IX :
Jeux de réécriture. Voyage et cosmopolitisme dans « Le Roman de l’énergie nationale »

Une écriture genrée du déracinement

De la valeur structurante des voyages. « L’Appel au soldat »

De la force polémique des images. « Leurs figures »


Chapitre X :
Reprendre ses notes. De « La Mort de Venise » au « Greco »
(1896-1912)

Critique littéraire et création. « Sur la mort de Venise »
(1896-1899)

« L’aile du Non-Écrire ». Le temps des abandons (1900-1901)

Un monde en perpétuel mouvement. « Ça [re]prend »


Chapitre XI :
Un « Chateaubriand pince-sans-rire »

Ériger des lieux de mémoire

Le « pince-sans-rire »

De l’ethos à la posture

Chateaubriand contre Maurras

Une structure courtoise de la création « D’un couple à l’autre »

Voyageur romantique versus voyageur classique


Chapitre XII :
De l’âme et du corps. En Égypte (1907-1908)

Promouvoir Héliopolis

« Le jeu de saute-mouton »

« Découvrir le divin dans le monde ». La leçon de Renan

Du corps de l’écrivain

Des contrats d’édition

Les gestes de la création. Des cahiers au dossier

Un « pendant » inachevé au « Voyage de Sparte »

Chapitre XIII :
D’un Orient l’autre. Enquête et rêverie musicale, le rythme
de l’atelier

Le voyageur en enquêteur

Jeux de lignée. Vers l’Orient spirituel des romantiques

Parole agissante ou littérature hors du monde

Être de son temps ou antérieur ? Temps politique et
histoire littéraire

Éditer les voyages. Le livre illustré à l’heure de l’enquête

Conclusion. La littérature de voyage, pour quoi faire ?

Chronologies :
Chronologie 1. Les voyages

Chronologie 2. « Pour paraître prochainement »

Bibliographie sélective

Index des noms de personnes

Table des illustrations

https://www.droz.org/9782600064255

 


Citer ce billet
Julien Schuh (2023, 4 octobre). Jessica Desclaux, Barrès en mouvement. Dans l’atelier des voyages. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0nk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search