Maxime Du Camp, Les Académiciens de mon temps, Éditions du bourg, 2021 [CR de Thierry Poyet]

Maxime Du Camp, Les Académiciens de mon temps, édition établie par Thomas Loué, Éditions du bourg, Montrouge, 2021

Maxime du Camp est cet ami de Flaubert que l’histoire littéraire a négligé pour des raisons discutables. Maupassant l’avait blâmé d’avoir révélé l’épilepsie de l’auteur de Madame Bovary, d’autres, bientôt, ne verraient plus en lui qu’un vieux romantique dépassé, au style démodé, un faiseur en quelque sorte. On lui reprocherait surtout sa manie polygraphique, une œuvre de dilettante, composée de romans et de nouvelles, mais aussi de deux recueils de poésie – on s’était beaucoup moqué du premier – et puis de textes historiques, d’enquêtes, de récits de voyage… Maxime Du Camp, le rentier, était devenu un touche-à-tout, au fond une sorte d’écrivailleur peu en phase avec la littérature de son temps et son évolution, lui qui était passé à côté de la révolution que lui imprimaient Flaubert et Baudelaire : la modernité du côté de l’autonomisation. Plus tard, Sartre et Bourdieu ne le tireraient pas de son purgatoire.

Pourtant, le parcours de Du Camp est riche. Autrefois directeur de la Revue de Paris, outre ses relations durables avec Flaubert et Gautier, son long compagnonnage avec quelques peintres de renom – Fromentin, Millet ou Gérôme – et son amitié avec Moreau par exemple, il avait rencontré le succès littéraire et ses deux romans, Mémoires d’un suicidé en 1853, Les Forces perdues en 1867, avaient beaucoup plu tandis que L’Éducation sentimentale passait un peu inaperçu. Le même Du Camp s’était rendu célèbre pour avoir rapporté les premières photographies des pyramides d’Égypte, tenu des comptes rendus remarqués des salons annuels de peinture que la critique d’art, aujourd’hui encore, considère avec intérêt tandis que nos historiens contemporains, de leur côté, ne sont pas les derniers à rendre hommage à ses travaux sur la « Commune de Paris », par exemple.

Alors ? De temps en temps, le monde universitaire s’intéresse à Maxime Du Camp… et un ouvrage, quelques articles ou un colloque aident son œuvre à ne pas sombrer dans un oubli définitif.

En 2021, l’historien Thomas Loué, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, a édité un manuscrit original de Maxime Du Camp, un ensemble de textes qui, sous le titre Les Académiciens de mon temps, propose « soixante-six dossiers individuels dédiés à chacun de ses confrères » (p. 18). D’emblée, on devine l’intérêt du volume : à la fois littéraires et historiques, intimes et publics, sinon objectifs et partisans en même temps, les portraits proposés par Du Camp l’Académicien sont comme des instantanés photographiques – plus ou moins retouchés ? – que l’écrivain a figés non seulement pour la mémoire de l’Institution mais aussi pour notre connaissance de la vie littéraire de la fin du XIXe siècle.

L’auteur y apparaît à la fois en témoin et en écrivain, en historien et en journaliste. Autrement dit, ses textes, souvent bien troussés, renseignent tout autant sur les confrères décrits que sur l’auteur des descriptions lui-même : c’est toujours le Du Camp polygraphe qui se donne à voir, curieux de tout, et de tous, sachant en un tour de main aller de l’empathie au jugement le plus intransigeant. C’est toujours la même plume alerte qui propose l’avis tranchant de l’observateur au regard fin, le choix pertinent d’une approche un peu décalée par la vision myope de celui qui regarde au microscope la vie d’une fourmilière – l’Académie – en considérant le microcosme institutionnel dans ce qu’il a de révélateur, à l’échelle macrocosmique, des sociétés humaines en général.

Thomas Loué a ajouté aux textes rédigés par l’Académicien Du Camp les 485 lettres et 287 articles de journaux que celui-ci avait conservés et classés, légués à la Bibliothèque de l’Institut, à partir desquels ont été confectionnés lesdits portraits des académiciens connus et fréquentés durant les années où il a siégé sous la Coupole, entre son élection le 26 février 1880 (mais sa vie d’académicien ne commence qu’en 1881) et sa mort, le 8 février 1894. Si bien que non seulement l’ensemble apparaît d’une richesse évidente mais le volume, ainsi construit et édité, offre à la fois le texte achevé et la fabrique du texte dans un apport scientifique indiscutable.

Si l’on considère qu’à ce dossier gigantesque Du Camp avait associé une sorte d’autoportrait, un texte qui se trouve qualifié d’« autobiographie » par Thomas Loué, alors le volume proposé par notre collègue, aux Éditions du Bourg, offre un intérêt indiscutable, sinon exceptionnel. D’abord, pour les rares spécialistes ou amateurs de Du Camp : si ce dernier a beaucoup exploité le filon autobiographique, s’il a à sa manière – et avant que le mot n’existe – développé une inspiration et une écriture qui annoncent l’autofiction, personne n’avait lu de lui un texte qui se réclame ouvertement du témoignage autobiographique. Ensuite, pour tous les littéraires et historiens de la littérature qui trouvent là un ouvrage rendant compte de la vie littéraire, de ses amitiés et inimitiés, de son fonctionnement et de ses valeurs, de ses règles et de ses trahisons avec l’intelligence de l’expérience.

Le travail de Thomas Loué est remarquable.

D’abord, par le projet même, dont personne, avant lui, n’avait eu l’audace alors même que son intérêt s’impose dans son évidence. Notons qu’il reste encore à la Bibliothèque de l’Institut bien des écrits de Du Camp qui ne demandent qu’à être (mieux) exploités.

Ensuite, par l’introduction qu’il propose : elle situe évidemment Du Camp dans son temps, retrace les grandes étapes de son œuvre et en propose une grille de lecture. Thomas Loué s’empare de l’homme, de l’écrivain et de l’auteur des portraits – trois en un, qui se confondent… mais pas toujours – avec l’objectivité de l’historien. Son travail offre le souci de la vérité et de la contextualisation, une volonté de donner à lire sans parti-pris, qui sont bien nécessaires aux études ducampiennes. Thomas Loué s’interroge sur les raisons de « ce nouveau chantier d’écriture » (p. 19) pour le vieil écrivain : il explique en quoi il a offert l’occasion d’un commentaire varié sur la « tranche de vie académique » (p. 23) connue par Du Camp, il réfléchit sur ce que de tels portraits enseignent de la « consécration d’une trajectoire [par] l’élection académique » (p. 28). Car l’introduction de Thomas Loué observe le travail de Du Camp – son projet dans sa nature et ses finalités, peut-être même son style, en tout cas le produit fini, qu’il n’a jamais voulu publier – sans les œillères habituelles avec lesquelles on le lit trop souvent.

Enfin, par l’importance du travail qu’a nécessité la publication d’un tel ouvrage : on ne peut qu’apprécier l’appareil de notes qui éclaire avec justesse et utilité les textes de Du Camp, et on louera encore la qualité de la présentation.

Pour notre part, nous appelons à lire – ou relire – Du Camp depuis longtemps : qu’un tel ouvrage incite ceux qui ne le connaissent pas – ou le connaissent mal – à s’y employer sans tarder, ne peut que nous enchanter. Du Camp a encore beaucoup à nous apprendre de son époque et de la littérature : de la littérature de son époque. Les Académiciens de mon temps complète avec intérêt ses Souvenirs littéraires.

 

Thierry Poyet

Université Clermont Auvergne (CELIS)

 



Citer ce billet
Julien Schuh (2023, 4 octobre). Maxime Du Camp, Les Académiciens de mon temps, Éditions du bourg, 2021 [CR de Thierry Poyet]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0ni

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search