Gustave Flaubert, Œuvres complètes, tome IV et V, Bibliothèque de la Pléiade, 2021 [CR de Bruna Donatelli]

Gustave Flaubert, Œuvres complètes, tome IV et V, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2021.

Avec la publication des IVe et Ve volumes des Œuvres complètes de Flaubert dans la collection de la « Bibliothèque de la Pléiade », se clôt le corpus des textes flaubertiens dont le chantier avait été ouvert en 2001 avec les Œuvres de jeunesse sous la direction de Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes. Il s’agit, comme on le sait, de la refonte d’une édition des principales œuvres de Flaubert publiées dans la même collection dans les années cinquante. Enrichie de manuscrits, projets inachevés, textes inédits, de dossiers et d’appendices critiques, cette nouvelle édition remet en cause l’idée d’une hiérarchie des œuvres et suit un ordre chronologique. Cette approche est également suivie par les éditeurs de ces deux derniers tomes établis, le IVe par Gisèle Séginger avec la collaboration de Philippe Dufour et Roxane Martin, et le Ve par Stéphanie Dord-Crouslé, Anne Herschberg Pierrot, Jacques Neefs et Pierre Louis Rey.

Le tome IV, qui rassemble les écrits des années 1863-1874, présente les œuvres auxquelles Flaubert a travaillé de la fin du Second Empire au début de la Troisième République. Ce sont des textes qui touchent, comme le souligne Gisèle Séginger dans la note introductive, « à des questions politiques » (p. 19) que l’écrivain exploite selon des focales toujours différentes et par le biais d’une pluralité de genres : le roman (L’Éducation sentimentale et Sous Napoléon III, projet inabouti dont il ne reste que des scénarios), l’écriture-croquis (Bal donné au Czar), la lettre ouverte (Lettre à la municipalité de Rouen), le théâtre (Le Candidat, Les Bourgeois au XIXe siècle, projet inachevé), la farce anticléricale et la pochade (le scénario de La Queue de la poire de la boule de Monseigneur et Vie et travaux du R.P. Cruchard). Conformément à l’impératif d’impersonnalité que l’auteur s’impose dans son parcours esthétique, il ne s’agit jamais de prendre position pour ou contre tel ou tel parti, sauf pour les textes anticléricaux, Flaubert ayant, comme il le soutient lui-même à plusieurs reprises, « la haine essentielle de tout dogmatisme, de tout parti », sans renoncer pourtant à une ironie acérée qui parcourt souterrainement toutes ces œuvres.

Une autre ligne directrice, qui recoupe en partie celle que nous avons déjà dessinée, est reconnaissable dans la production théâtrale de Flaubert. Au-delà de la pièce Le Candidat, déjà mentionnée, le tome IV met en évidence la collaboration de l’écrivain à la révision du Sexe faible de Bouilhet grâce à la publication en appendice de la pièce des Fragments manuscrits corrigés par Flaubert. Mais les textes les plus intéressants de son activité théâtrale sont sans aucun doute les féeries, dont il « rêvasse » la mise en scène depuis longtemps. Il se passionne à l’idée de renouveler profondément le genre et se lance dans le projet d’écrire une féerie avant d’entamer L’Éducation sentimentale. Il doit s’agir, à son avis, d’une pièce « où le fantastique [est] au bout », en mesure de transformer le merveilleux naïf des spectacles populaires en un fantastique qui fait irruption dans le monde réel, tout en conservant les métamorphoses spectaculaires du genre traditionnel. Des quatre projets, un seul aboutit, Le Château des cœurs, dont le scénario est de Louis Bouilhet avec la collaboration de Charles D’Osmoy et la rédaction est confiée à Flaubert. La pièce, qui aura une longue gestation à cause des divergences d’approche en matière de féerie des trois auteurs, sera publiée en feuilleton en 1880 dans la Vie moderne et ne sera montée qu’en 1995 à Paris. En appendice, figure la Liste des décors et plans par Charles D’Osmoy et Louis Bouilhet, les Scènes coupées et des Extraits du manuscrit de 1867. Les éditeurs n’omettent cependant pas de publier, dans une section à part, Atelier de Flaubert, les scénarios des trois autres féeries inachevées (Les Trois Épiciers, Les Trois Frères, Le Rêve et la Vie) et les Bribes de scénarios du Carnet XIX où Flaubert rassemble ses notes de lecture sur les féeries écrites jusqu’à lui.

Une autre facette de la production de Flaubert dans ces années-là concerne la critique littéraire, qu’il dénigre pourtant profondément, surtout celle des journalistes qui en font un métier. On le sait bien, il ne manque pas d’idées critiques qu’il confie, en revanche, à une sphère bien plus privée, celle des échanges de lettres avec ses amis écrivains. Cependant, après la mort de son ami et alter ego Louis Bouilhet, afin de ne pas laisser son nom tomber dans l’oubli, il décide d’écrire une « Préface » à la publication posthume de ses Dernières chansons. Cette préface, peu connue du grand public, mais bien exploitée par les spécialistes, n’est pas « un texte de circonstance, mais un essai pour pratiquer différemment la critique et se démarquer en particulier de ce qu’il appelle, dans sa correspondance, l’école Taine – Sainte-Beuve » (p. XX).

La plupart des textes publiés dans ce tome sont accompagnés d’appendices concernant leur genèse et leur réception critique et amicale. Ceux de L’Éducation sentimentale sont remarquables pour la quantité des avant-textes publiés (plans, scénarios, fiches des personnages, extraits de brouillons, etc.) qui permettent d’entrer dans la fabrique du roman et de voir l’écriture flaubertienne se forger au fur et à mesure qu’elle progresse.

Le tome V, qui recueille les écrits de 1874-1880, offre trois œuvres majeures de Flaubert : La Tentation de saint Antoine, les Trois contes et Bouvard et Pécuchet « qui ont entre eux des liens profonds, et donnent une forme nouvelle à de très anciens projets » (p. IX).

La Tentation de saint Antoine (la version définitive de 1874) est une « vieille toquade » de Flaubert qui le hante depuis longtemps, après la fulguration qu’il a eue en 1845 à Gênes devant le tableau attribué à l’époque à Breughel, aujourd’hui à Jan Verbeeck. C’est la troisième version de l’œuvre : il écrit une première version en 1848-1849 et une deuxième plus réduite en 1856, publiées respectivement dans les tomes II et III de cette nouvelle édition de la « Pléiade ». La troisième version n’est pas une refonte des deux premières œuvres, mais un livre que Flaubert veut « refaire à neuf ». C’est un « travail extravagant », comme il le dit lui-même à George Sand le 2 juillet 1870, et difficile à exécuter car le thème de l’hagiographie médiévale et la figure du saint doivent se conjuguer avec celle de l’artiste, combinés en une texture scénique et narrative à la fois. Après le texte, en Appendices, sont publiés les Plans et scénarios de l’œuvre, un choix des Notes et Brouillons relatifs à cette version, la liste des Lectures de Flaubert effectuées à cette occasion et une série de Planches et figures consultées pour la création de ses personnages.

À cette œuvre succèdent les Trois contes (Un cœur simple, La Légende de saint Julien l’Hospitalier et Hérodias), un triptyque qui réalise un souhait formulé à Louis Bouilhet en 1856 « fournir du Moderne, du Moyen Âge et de l’Antiquité » et qui « touche profondément au religieux et à la croyance » (p. 1453). L’apparat des Appendices est, comme le précédent volume, riche en documentations et avant-textes : la transcription des premiers plans et scénarios, un Extrait de l’ouvrage de Langlois et la Relecture des notes sur le Liban et la Palestine prises lors du voyage en Orient.

Ce tome se termine par la publication de Bouvard et Pécuchet, un autre projet ancien dont l’idée remonte aux débuts des années 1850. En effet, l’idée de Flaubert était de le faire paraître en même temps que La Tentation de Saint Antoine et d’écrire « une espèce d’encyclopédie en farce », « arrangée de telle manière – confie-t-il à Louis Bouilhet le 4 septembre 1850 – que le lecteur ne sache pas si on se fout de lui, oui ou non ». Flaubert revient sur cette œuvre en mars 1877 et réussit à rédiger avant sa mort dix chapitres, publiés ici à partir du manuscrit autographe et suivis d’un plan du chapitre X (Conférence). Deux chapitres sont encore en chantier qui font partie du « Second volume » (un scénario du chapitre XI, Leur copie, et la Conclusion, chapitre XII). Suivent les Citations « pour la Copie », 120 pages qui témoignent de l’imposant travail de Flaubert pour rédiger ce monument à la Bêtise humaine, et les trois manuscrits du Dictionnaire des idées reçues. Un index des noms d’auteurs et de la presse s’avère précieux pour circuler dans les deux volumes de l’œuvre. Les Appendices portent sur les Scénarios généraux et scénarios pour la copie, les Notes de méthode et aussi les Notes de lecture qui « permettent de comprendre les modalités de travail de Flaubert et la manière dont l’œuvre a été pensée et réalisée » (p. 1672).

L’énorme travail d’édition et d’annotation des textes publiés dans ces deux derniers tomes des Œuvres complètes de Flaubert est enrichi par des Notices, une pour chaque texte, de véritables études éclairantes et approfondies, confiées à la compétence indiscutable des éditeurs qui nous guident à l’intérieur des textes qu’ils parcourent en marquant les moments de la genèse et en les contextualisant dans le milieu culturel et social où ils germent.

 

Bruna Donatelli

 



Citer ce billet
Julien Schuh (2023, 4 octobre). Gustave Flaubert, Œuvres complètes, tome IV et V, Bibliothèque de la Pléiade, 2021 [CR de Bruna Donatelli]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0nh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search