Julien Zanetta, À proportion. Eugène Delacroix et la mesure de l’homme

Julien Zanetta, À proportion. Eugène Delacroix et la mesure de l’homme

Lormont, Édition du Bord de l’eau, 2023

 

Le 5 août 1854, Eugène Delacroix consigne une expérience d’émerveillement devant ce qu’il nomme le « petit monde » qu’il découvre au détour d’une forêt. Face à la parfaite organisation de ce microcosme, le peintre perd pied, un vertige le saisit. Cette étude se propose de rendre compte de ce vertige, de comprendre la forme que Delacroix lui a donnée dans son journal et d’en mesurer l’étonnante descendance, d’Edgar Degas à Benoît Mandelbrot, en passant par les « sciences diagonales » chères à Roger Caillois.

 

Sommaire

5 août, samedi [1854]

Le petit monde
Cycles
Ce qui se produit ici se produit en tout
Petit peuple d’un petit pays

Jeux d’échelles
Unité, mesure, fragment
Le sens savant

Taches, formes, figures
Les rochers d’Augerville
Typologie

Plage pelage. Les sciences diagonales

À proportion. Eugène Delacroix et la mesure de l’homme


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aude Jeannerod (26 août 2023). Julien Zanetta, À proportion. Eugène Delacroix et la mesure de l’homme. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0n6


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search