Marie-Ange Fougère, Nathalie Preiss, La légèreté au XIXe siècle : un nouveau régime ?, Paris, Orizons, 2023

La légèreté au XIXe siècle : un nouveau régime ? est le volume des actes du colloque qui s’est tenu à l’université de Bourgogne en septembre 2021. Il est publié par Marie-Ange Fougère, avec la collaboration de Nathalie Preiss.

On considère d’ordinaire que le siècle français de la légèreté fut, par excellence, le XVIIIe siècle : frivole voire immoral, il met en scène le plaisir sous un jour avantageux, esprit de salon, contes libertins, style rococo et autres fêtes galantes. À cet heureux temps de l’otium aristocratique aurait succédé l’âge de fer qu’est le XIXe siècle, âge du negotium bourgeois, société marchande balançant entre nostalgie et mépris à l’encontre de la légèreté d’Ancien Régime. Autant de lieux communs dont cet ouvrage, à visée interdisciplinaire, se propose de réévaluer l’impertinence, à l’aune de la polysémie du terme.  Finesse opposée à l’esprit de sérieux, la légèreté est aussi frivolité malmenant la morale ; délicatesse allégeant la lourdeur de la matière, elle est par ailleurs inconstance face à la réflexion. Selon que l’on se place sur le terrain du corps — la silhouette de la danseuse, les parfums en vogue, l’automobile —, de la morale — le député, le coquin, la femme légère —, de la littérature — poésie, roman ou conte — et plus généralement de l’art, la légèreté manifeste une ambivalence qui offre un angle de vue aussi significatif qu’inédit sur le XIXe siècle.

Table des matières

Première partie — Pied léger  

. Bénédicte Jarrasse : « Évanescence des corps, pesanteur des mœurs : les paradoxes de la légèreté dans les discours sur la danse académique au XIXe siècle »  

. Tessa Nunn : « De la contredanse à la valse : ambivalence de la légèreté féminine chez Sophie Cottin, Germaine de Staël, Claire de Duras et George Sand »  

Deuxième partie — Le personnel du léger  

. Florence Fix : « Légèreté de la représentation : le député en scène »  

. Grégoire Tavernier : « Une ‘‘inquiétante légèreté’’ au XIXe siècle : la silhouette romanesque du coquin »  

. Lucie Nizard : « Cœurs lourds des femmes légères dans le roman du second XIXe siècle »

Troisième partie — Sur un fil

.  Alain Montandon : « Papillons romantiques »  

. Barbara Servant : « Légèreté pensive de l’artiste en saltimbanque »  

Quatrième partie — Plume légère  

. Lucien Derainne : « L’ironie comme légèreté de la méthode, de Staël à Balzac »  

. Blandine Lefèvre : « Raconter, le temps d’une cigarette : étude d’un motif dans le conte médiatique de la fin du XIXe siècle »  

Troisième partie — Sillages et rouages  

. Cyril Barde : « L’Art Nouveau ou les légèretés du style 1900 »  

. Laure Ciccione : « ‘‘Voiture légère’’ et légèreté dans la construction automobile à la Belle Époque (1894-1920) »

.  Erika Wicky : « Les parfums de l’Ancien Régime : persistance et représentations au XIXe siècle »

https://editionsorizons.fr, la-legerete-au-xixe-siecle-un-nouveau-regime



Citer ce billet
Marie-Astrid Charlier (2023, 30 mai). Marie-Ange Fougère, Nathalie Preiss, La légèreté au XIXe siècle : un nouveau régime ?, Paris, Orizons, 2023. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0mf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search