Victor Hugo, Carnets d’amour à Juliette Drouet, éd. Danièle Gasiglia-Laster, Jean-Marc Hovasse, Arnaud Laster, Charles Mélas & Florence Naugrette, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », N°7127, 2022, 320 p. [Compte rendu de Victor Kolta]

Publiés de manière concomitante avec l’admirable biographie de Juliette Drouet, compagne du siècle, par F. Naugrette (Flammarion, 2022), les carnets d’amour de Victor Hugo à Juliette Drouet retracent les deux premières années de leur relation amoureuse (1833-1834) à travers plusieurs documents inédits. Ce sont des mots d’amours et de reproches, de longueur variée, que laissait le poète à Juliette Drouet, tôt le matin avant son départ, ou tard le soir avant de s’endormir. Il est en effet question de trois carnets retranscrits et reproduits en fac-similé :

  • 2e carnet (8 mars 1834 – 4 juin 1834), dit « Carnet rouge », reproduit et retranscrit en fac-similé, mis en vente chez Sotheby’s le 10 octobre 2017, lot N°219, faisant désormais partie de la collection privée d’Anne-Marie Springer.
  • 3e carnet (8 juillet – 9 août 1834 & 24 novembre 1833), dit « Agenda ».
  • Cahier de Juliette, (mars 1833 – 17 mars 1834), dit « Cahier de l’anniversaire », ayant appartenu à la famille de Juliette Drouet, passé à Louis Barthou et mis en vente aux enchères le 18 mars 1959 à l’Hôtel Drouot.

Dès lors, on se demande où est passé le 1er carnet ? Le 1er carnet, (dit « Souvenir », ou « Carnet noir »), a disparu. Néanmoins, on retrouve dans cette édition une reconstitution intégrale et croisée à partir du cahier de Juliette Drouet, dit « Cahier de l’anniversaire », et Les Amours d’un poète (Librairie Arthème Fayard, 1919) de Louis Barthou. L’édition se distingue par sa clarté, sa précision et son érudition vulgarisée qui assure son accessibilité à un plus large public. L’apparat critique est constitué d’une chronologie croisée, de notices et de notes d’une richesse considérable, ainsi que d’une bibliographie mise à jour. La partie intitulée « documents en écho » complète la charmante lecture des mots d’amour en proposant, de manière anthologique, des lettres souvent inédites de Juliette Drouet à Victor Hugo, quelques scènes de drames dans lesquels l’amante a joué, ainsi qu’un florilège de poèmes adressés à Juliette, ou dont elle est l’inspiratrice. Quelques articles contextualisent les carnets donnés à voir et à lire. Ils permettent de saisir à la fois la complexité de la situation politique et sociale des années 1830 et la difficulté d’un amour « voué à la clandestinité » (p. 30).

Un choix de lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo est proposé par F. Naugrette. Elles sont commentées, annotées et apportent une contextualisation cruciale à la compréhension des premières années d’une relation par les illusions et les espoirs renouvelés. Elles dévoilent également les débuts d’une Juliette tourmentée mais passionnée, aussi bien par l’homme que par son œuvre, qu’elle joue désormais sur scène. Des poèmes de Victor Hugo à Juliette Drouet sont proposés par J.-M. Hovasse. Ils sont commentés avec érudition et couvrent l’œuvre intégrale du poète, depuis le premier poème dédié à Juliette Drouet – dont la place ne cesse de grandir – jusqu’aux publications posthumes de Toute la lyre.

Si l’édition ne s’ouvre pas directement sur les carnets d’amour, elle s’ouvre cependant sur une réflexion sur « Les mots d’amour » par Ch. Méla. Dans un premier temps, l’auteur pèse le poids du langage amoureux quotidien dont l’ultime ressort est je t’aime. À la fois performative et quelque peu banale, l’expression est sans cesse renouvelée et réinventée à travers ces carnets, ainsi que les différents poèmes de Victor Hugo, à l’instar du poème XXII des Chants du crépuscule, choisi par Juliette Drouet pour clore son cahier. Dans un deuxième temps, l’auteur enquête sur deux lettres inédites datées du « 13 août dimanche matin 11h 1/2 [1848] » et du « 25 septembre 1873 », acquises par Anne-Marie Springer. Ces lettres s’avèrent être de véritables reliques qui mettent en lumière l’envers d’une passion devenue orageuse, en raison de l’infidélité du poète, allant de Léonie Biard à Blanche Lanvin. Et pourtant, leur amour demeure invincible en bravant toutes les tempêtes.

Dans son article « Une vie à s’aimer », F. Naugrette élabore une synthèse historique poignante d’un couple mythique. En effet, l’originalité de ces deux courtes biographies – d’abord séparées puis entrelacées – est le maintien en toile de fond des différentes mutations politiques d’un couple qui traverse tout le XIXe siècle. Un récit chronologique scande ainsi les intermittences du cœur, en passant par des détails sur leurs vies privées d’avant la rencontre, leurs origines sociales, pour se clore naturellement sur leur mort. Cette analyse est divisée en trois temps :

  1. « Avant la rencontre » : l’enfance de Victor Hugo et de Juliette Drouet est brièvement racontée. La rencontre a lieu au théâtre de la Porte-Saint-Martin, où l’actrice participe aux répétitions de Lucrèce Borgia.
  2. « Les années 1833-1834 : les années de passion » : cette partie relate les différentes phases d’une histoire d’amour intense, mais vouée à rester dans l’ombre pendant longtemps, celui de Mme Hugo notamment. Parallèlement, le récit se recentre sur l’irrésistible ascension de Juliette Drouet, devenue une des célébrités éphémères de Paris, jusqu’à ce qu’elle soit éreintée du panorama théâtral.
  3. « Une vie à s’aimer » : s’ouvre alors la grande histoire d’amour de Juliette Drouet qui passe sa vie, à partir des débuts des années 1840, à suivre Victor Hugo, comme une « seconde épouse », jusqu’à ce que la mort les sépare.

D. Gasiglia-Laster approfondit dans son article « Juliette Drouet, une lectrice attentive et passionnée de Victor Hugo » le processus d’identification de Juliette Drouet dans l’œuvre de Victor Hugo à travers ses différents avatars lyriques. L’intérêt est triple :

  1. Tantôt de communiquer sa jalousie indicible et interdite d’amante négligée : sa lecture des Feuilles d’automnes l’attriste, étant exclue du bonheur conjugal et familial du poète.
  2. Tantôt d’exprimer sa passion grandissante et sa consolation lorsqu’un poème d’amour lui est enfin dédié : allusions et réécritures dans ses lettres des strophes des Rayons et les Ombres.
  3. Tantôt de se fendre un passage à travers la fiction pour la nouer au réel. Ses lectures prennent alors la forme de ses états d’âme : sa lecture d’Olympio lui inspire ses balades avec le poète, ses origines sociales transparaissent dans le personnage de marginal de Claude Gueux, dans la laideur de Quasimodo liée à sa vilaine graphie, sa sensibilité est à son comble en pensant aux destins tragiques des personnages des Misérables, à la déception face à la mort de Gilliat et en veut à Déruchette. Enfin Marion de Lorme lui inspire l’espoir d’une femme aimée et pardonnée par le personnage de Didier, assimilé à son tour au poète.

A. Laster met en lumière deux « Scènes de drames de Victor Hugo dans lesquelles Juliette Drouet a joué » ainsi qu’une « Note sur Juliette Drouet en princesse Negroni » de Victor Hugo. Deux extraits phares : Lucrèce Borgia (III, I) et de Marie Tudor (IIIe journée, Ire partie, scène VII). Quant à la note, elle date de février 1833, où il remercie les comédiens qui ont participés à cette pièce. Elle est d’autant plus élogieuse lorsqu’il évoque le rôle irréductible de Juliette Drouet, qui est une véritable « apparition » dont l’« éclat extraordinaire » ne tardera pas à révéler au public son grand talent.

Dans son article « Quand les personnages du théâtre de Victor Hugo parlent comme Juliette », A. Laster essaie de déceler les emprunts de Juliette Drouet aux personnages dramatiques de Victor Hugo. C’est en effet le cas de plusieurs répliques de Jane, extraites de Marie Tudor, de la Tisbe, extraites d’Angelo, tyran de Padoue, puis réécrites dans plusieurs lettres adressées au poète. Cette intertextualité se déchiffre dans plusieurs lettres et dans leur échange quotidien, où Juliette Drouet cite un vers de Ruy Blas ou encore du Théâtre en liberté.

Cette édition enrichit les travaux sur les échanges épistolaires entre Victor Hugo et Juliette Drouet en se focalisant sur leur début, période souvent méconnue. Elle renouvelle une correspondance-fleuve qui fourmille de détails et de renseignements sur leur immortel amour et sur la société d’époque. Elle complète enfin les différents volumes parus depuis les années 1960 jusqu’à nos jours (J.-J. Pauvert, 1964, & Silène Har/Po, 1985, Fayard, 2001).

 

Victor Kolta


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Schuh (12 mai 2023). Victor Hugo, Carnets d’amour à Juliette Drouet, éd. Danièle Gasiglia-Laster, Jean-Marc Hovasse, Arnaud Laster, Charles Mélas & Florence Naugrette, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », N°7127, 2022, 320 p. [Compte rendu de Victor Kolta]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0mb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search