Marina Daniélou, Balzac et la différence de sexes. D’Honoré à Honorine

Marina Daniélou, Balzac et la différence des sexes. D’Honoré à Honorine

Paris, L’Harmattan, janvier 2023

Cette étude porte au départ sur “Honorine”, un court roman de Balzac peu connu écrit en 1843, sous la monarchie de juillet, et qui pourtant résonne curieusement avec notre temps : un mari veut à toute force faire rentrer sa femme en fuite au domicile conjugal, et exprime son problème en des termes étrangement familiers à nos oreilles : “Je sentais impérieusement combien le consentement d’Honorine était nécessaire, et combien il était impossible de le lui arracher.” Le drame qui s’est déroulé entre 1824 et 1830 est mis en question en 1836 par un public qui le transforme en cas qu’il doit évaluer.

Comment réagit une lectrice d’aujourd’hui face à l’œuvre d’un homme dont l’héroïne éponyme, une aristocrate, se bat contre le destin imposé que constitue le mariage, se réclamant curieusement de la Lucrèce antique, contre un mari ruisselant de bonté, mais dont il semble bien qu’il l’a violée ? Je propose donc une lecture aujourd’hui d’une œuvre datée. Pas n’importe quelle époque, cet âge d’or du roman qu’on a un peu vite appelé réaliste. Balzac prend parti pour “le monde d’hier”, tout en posant sur les thuriféraires de cette société nostalgique de l’Ancien Régime un regard profondément ironique. Car ce roman pose bel et bien, dans les termes de son temps, des questions relatives à la différence des sexes, qu’on appelle aujourd’hui des questions de “genre” ; il les pose et ne les résout pas, c’est ce que j’ai voulu montrer dans la lecture que je propose.

Le texte de Balzac soulève des questions qui sont notre actualité… J’ai tenté de l’éclairer en le mettant en regard avec d’autres, qui lui font écho, autres romans de la Comédie humaine, et des œuvres d’autres auteurs, que Balzac a lus parce qu’ils appartiennent à sa culture, et d’autres encore, qui appartiennent à la mienne, car une œuvre vit aussi de l’éclairage apporté par celles qui la suivent. Cette question du rapport entre les hommes et les femmes, je l’ai abordée en usant de mon vocabulaire, car je me méfie des mots que certains ont pensé comme concepts, et qui se répandent ensuite pour se dégrader à l’état d’étiquettes, qui tuent la pensée ; galvaudés, ils laissent le champ libre à nos adversaires. Mon vocabulaire n’est pas celui des jeunes féministes d’aujourd’hui – car j’ai de l’âge – ce qui ne m’empêche pas de ressentir un accord essentiel avec elles, car cette radicalité nouvelle rompt avec la sinistre période des trente dernières années où nous avons dû faire profil bas, nous autres.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-balzac_et_la_difference_des_sexes_d_honore_a_honorine_marina_danielou-9782140313431-75952.html

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aude Jeannerod (5 mars 2023). Marina Daniélou, Balzac et la différence de sexes. D’Honoré à Honorine. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0lr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search