Lebensrückblick, Lou Andreas-Salomé — par Héloïse Betton

Cordula Kablitz-Post, Lou Andreas-Salomé, Avanti Media Fiction et al., 2016, 113 minutes.

« Nietzsche la vénérait, Rilke l’aimait, Freud l’admirait ». C’est en ces termes que l’auteure de langue allemande Lou Andreas-Salomé est décrite sur l’affiche du film éponyme de Cordula Kablitz-Post, ressorti en salle le 31 mai 2017. La réalisatrice signe avec Lou Andreas-Salomé son premier long métrage. Fruit d’un travail de longue haleine, ce biopic voit le jour au bout de quatre ans de recherches documentaires et scénaristiques. La réalisatrice souhaitait ainsi présenter au mieux cette figure de l’intelligentsia européenne dont l’œuvre prolifique fut malgré tout oubliée du grand public.

Matthias Lier (Ernst Pfeiffer) et Nicole Heesters (Lou Andreas-Salomé à 72 ans) © Wild Bund Germany

Le film alterne entre différents épisodes de la vie de l’écrivaine, ce qui n’est pas sans rappeler la forme même de l’autobiographie de l’auteure, Lebensrückblick ; l’évolution du personnage de Lou Andreas-Salomé est par ailleurs renforcé par le recours à trois actrices différentes : Helena Pieske (Lou Andreas-Salomé enfant), Katharina Lorenz (Lou Andreas-Salomé de 21 à 50 ans) et enfin Nicole Heesters (l’écrivaine à 72 ans).

Si le biopic de Cordula Kablitz-Post retrace avec beaucoup de poésie la vie de l’écrivaine, on peut néanmoins regretter l’approche peut-être trop réductrice du récit cinématographique. En effet, ainsi que la bande-annonce le laisse présager, l’accent sera mis sur les multiples relations que pouvait entretenir la jeune femme avec les grands hommes de son temps. Cela semble faire écho à une pratique que Jacques Nobécourt souligne dans la préface de la traduction française de l’autobiographie de l’auteure : Lolja von Salomé n’a longtemps été qu’un nom accompagnant ceux de Nietzsche, Rilke, Rée ou Freud. Réduite au silence et considérée à tort comme une muse, pâle reflet des ambitions masculines, elle devient progressivement le prétexte déclencheur à un regain d’intérêt pour la vie de ces hommes. Cela s’illustre jusque dans les biographies qui lui sont consacrées comme celle d’Angela Livingstone, pour qui Lou Andreas-Salomé n’avait que de faibles dons littéraires. À cet égard, l’ouvrage ne consacre qu’un très court chapitre aux œuvres de l’écrivaines, dans lequel les parallèles entre les écrits de Lou et ceux de Freud ou Nietzsche sont sans cesse affirmés.

Bien sûr, le film entend montrer aux spectateurs l’image d’une femme épanouie, combattive et libre. Cela fonctionne, mais en partie seulement. Est appuyé à l’écran le caractère volontaire et farouchement indépendant de la jeune femme, caractère qui se manifeste par la gestuelle et les regards des actrices. La voix over permet en outre de faire le lien entre le corps et l’esprit, le passé et le présent. Cependant, en construisant l’existence de Lou Andreas-Salomé autour de personnages masculins clés, la réalisatrice reproduit le refus d’individuation des femmes ayant court au XIXe siècle. En effet ces dernières ne semblaient pouvoir connaître une existence et un statut particulier, étant constamment rattachées au nom d’un homme. Dans le domaine plus strictement littéraire, cela entraîna pour une majorité de femmes-auteures la négation de leurs œuvres ainsi qu’un refus de légitimité et de crédit. Cela s’illustre dans le film par le fait que les conversations de l’auteure semblent réduites au cas particulier des relations privées, par le recours récurrent à des gros plans sur les visages coupant les protagonistes du monde extérieur. En outre, on peut regretter que le personnage de Lou Andreas-Salomé n’apparaisse pas davantage seul à l’écran. Le relationnel devient ainsi un carcan : les rapports entre les protagonistes masculins et la jeune femme auraient gagné à être plus nuancés car, si le spectateur perçoit la réflexion de la cinéaste autour de la représentation de l’émancipation de la femme, le film retombe assez rapidement dans certains lieux communs.

Pour ce qui est du traitement de l’œuvre de Lou Andreas-Salomé, la courte séquence à la bibliothèque est très révélatrice des enjeux du travail pour l’auteure. En effet, il devient selon ses termes « un domaine réservé, le lieu d’un désir de solitude et de sérieux ». Elle ajoute qu’il ne faisait pas partie de sa « vie commune » avec Friedrich Carl Andreas (Ma Vie, traduction française, 1977). On comprend ici que le travail est l’un des facteurs d’émancipation prépondérants dans la vie de l’écrivaine. Il lui permet d’obtenir une place autonome dans la sphère publique en tant que sujet individuel créateur. Cependant, le film n’offre aucune garantie à une telle interprétation, les clés de lectures n’étant que suggérées. Par ailleurs, s’il permet au spectateur de mieux se figurer le travail d’écriture de Lou Andreas-Salomé, il traite assez peu de la difficulté qu’a eue l’auteure à s’affranchir des présupposés selon lesquels la poésie est une tâche masculine, ainsi qu’elle l’écrit dans son autobiographie. Enfin, il aurait été intéressant de se pencher encore davantage sur les interrogations de Lou Andreas-Salomé autour de son identité de femme, oscillant entre être sexué soumis à la norme dominante masculine et son statut d’égérie et écrivaine qui lui confère cette légitimité qu’on lui refuse. Cependant, l’alternance entre intériorité et extériorité du personnage, marquée par la voix over et les dialogues, permettent de suggérer à l’écran les interrogations du siècle – et particulièrement de l’auteure – autour du soi. Ainsi, ce qui peut sembler faire défaut au film de Cordula Kablitz-Post peut également être compris comme une volonté de retranscrire au mieux les enjeux et problématiques de cet entre-deux siècle.

Alexander Scheer (Friedrich Nietzsche) et Katharina Lorenz (Lou Andreas-Salomé de 21 à 50 ans) © Wild Bund Germany

En définitive, ce film illustre parfaitement la difficile réception de la figure de Lou Andreas-Salomé, encore trop pensée à l’ombre des grands hommes, tout en la rendant accessible à tous. La réflexion sous-jacente sur la représentation de la femme à l’écran, bien que discrète, permet également de nous inciter à repenser le mythe saloméen de la femme sulfureuse et passive, ainsi qu’à nous interroger sur les enjeux de la fin du XIXe siècle pour les auteures. Les trois actrices jouant respectivement les différents âges de l’écrivaine permettent d’autant plus de mesurer l’évolution de sa pensée et symbolisent peut-être la multitude d’identités et de figures que la jeune femme semblait nourrir en son sein, à la fois écrivaine, essayiste, psychanalyste, amie et confidente.

 

Héloïse Betton

À lire :

  • Lou Andreas-Salomé, Lebensrückblick. Eine Autobiographie, Berlin, Hofenberg, 2016 [ed. posthume 1951].
  • Lou Andreas-Salomé, Ma vie, édition posthume, trad. Dominique-Laure Miermont et Brigitte Vergne, Rennes, PUR, « Perspectives critiques », 1977.
  • Marie-Joseph Bertini, Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert, « Essai », 2002.
  • Angela Livingstone, Lou Andreas-Salomé. Sa vie et ses écrits, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, PUF, Paris, 1990.
  • Stéphane Michaud, Lou Andreas-Salomé. L’alliée de la vie, Paris, Le Seuil, 2000.
  • Christine Planté, La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, PUL, « Des deux sexes et autres », 2015.

Les recensions de films du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiées en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer une recension, envoyer un courrier à Mathilde Labbé : mathilde.labbe  (chez gmail)


Vous aimerez aussi...