Secrets de bibliothèques — par Marine Le Bail

Secrets de bibliothèques, les souverains et leurs livres à Compiègne, Compiègne, Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne, (octobre 2017-janvier 2018).

Reconstitution partielle de la bibliothèque de Napoléon Ier avec son mobilier Premier Empire. Secrets de bibliothèques, les souverains et leurs livres à Compiègne. Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne.©M. Poirier

Fruit d’une collaboration entre le Palais de Compiègne, les bibliothèques municipales de la ville et la Bibliothèque nationale de France, cette exposition a vocation à rendre justice à la richesse des collections de livres successivement rassemblées par les souverains qui y ont séjourné, tout en introduisant le visiteur dans leurs coulisses. Ces bibliothèques sont conçues à la fois comme des espaces de loisir, comme des instruments de travail, et comme des lieux privilégiés de représentation du pouvoir. La bibliothèque de souverain s’affirme en effet comme une réalité complexe, au confluent de logiques d’ordre à la fois pratique, symbolique, et politique. Cette manifestation s’inscrit en outre dans un vaste projet de restauration qui devrait prochainement permettre de faire revivre la bibliothèque de l’Empereur et celle dite « des invités ». Sous Napoléon III, cette bibliothèque située au second étage du palais faisait les délices des hôtes du couple impérial venus à Compiègne en villégiature, en particulier durant l’automne.

L’exposition commence dans une première salle aménagée en galerie et s’organise selon un parcours chronologique articulé autour de trois époques principales. La première section, qui est aussi la plus courte, remonte à la période carolingienne pour s’intéresser au fonds de manuscrits de la collégiale puis de l’abbaye Saint-Corneille de Compiègne. Le visiteur a ainsi l’occasion d’admirer quelques beaux exemples d’enluminure médiévale au fil de la douzaine de manuscrits exposés, qui couvrent une période allant du IXe au XIIIe siècle. C’est toutefois à partir de la section suivante, et au prix d’une ellipse temporelle un peu déroutante, que l’on entre dans le vif du sujet avec les bibliothèques établies à Compiègne sous les règnes de Louis XV et Louis XVI. Selon une tradition monarchique bien ancrée, la bibliothèque fait ici avant tout figure de lieu d’étude et d’agrément destiné à un usage privé. On apprend ainsi que Louis XV ne dédaignait pas Voltaire et n’était pas insensible aux grands succès de son époque comme Les Mille et Une Nuits ; quant à Louis XVI, on retrouve dans les livres présentés la trace de son intérêt bien connu pour les découvertes scientifiques et les grandes explorations. L’un des mérites de l’exposition consiste à favoriser une forme de dialogue entre les ouvrages exposés et des objets permettant de donner une identité visuelle à ces bibliothèques disparues, à l’image des quelques fauteuils et bergères présentés.

La bibliothèque de Louis XV à Compiègne. Secrets de bibliothèques, les souverains et leurs livres à Compiègne. Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne. ©M. Poirier

Après la grande crise révolutionnaire, l’exposition aborde le XIXe siècle, période la plus largement représentée, en particulier à travers les figures des deux empereurs qui ont fait du Palais de Compiègne un espace emblématique de leur autorité politique. C’est tout d’abord avec Napoléon Ier que la bibliothèque, d’instrument de loisir cultivé qu’elle était sous l’Ancien Régime, devient un outil de gouvernement autant qu’un lieu de représentation au service d’une image personnelle du pouvoir. Ainsi, si la proverbiale boulimie de lecture de l’Empereur est rappelée à travers quelques témoignages d’époque, l’exposition s’attache à mettre en avant la professionnalisation, pour ainsi dire, de cet espace désormais soumis à des impératifs de documentation. Mais la bibliothèque de Compiègne s’apparente également à un lieu symbolique tenant un discours sur le pouvoir, ce qui explique le soin apporté à un agencement riche en symboles dont on peut se faire une idée à travers la superbe maquette en triptyque réalisée par Jacob-Desmalter. Au moment de l’instauration du Second Empire, Napoléon III réinvestit la bibliothèque de son oncle tout en mettant son mobilier au goût du jour, ce dont témoigne l’imposant bureau à caissons qu’il utilisait. L’accent est mis, dans les cartels explicatifs, sur la fonction désormais stratégique assumée par cette pièce, qui sert à la fois de lieu de travail et d’espace de réunion pour le Conseil des ministres lorsque la Cour y séjourne. C’est également à Napoléon III que l’on doit l’expansion de la bibliothèque collective initiée sous le Premier Empire et ouverte aux invités. Les registres de prêt nous renseignent sur la composition de cet important ensemble progressivement enrichi de publications récentes, notamment dans le domaine de la fiction. Manifestement friands de romans-feuilletons, les lecteurs autorisés à fréquenter cette bibliothèque pouvaient se délecter des œuvres d’Alexandre Dumas, Eugène Sue, ou encore Victor Hugo, tout en ayant accès à quelques grands titres de la presse périodique comme la Revue des deux mondes. L’exposition permet ainsi de souligner le rôle dévolu à la bibliothèque « des invités » dans la construction de nouveaux usages de sociabilité. On assiste en effet à la promotion d’une lecture d’agrément fondée sur des goûts communs et des références partagées, propre à favoriser les échanges autour de l’actualité littéraire.

La visite s’achève, dans une seconde salle, par une reconstitution partielle de la bibliothèque de Napoléon Ier, avec son mobilier d’époque, ce qui permet de conclure le parcours avec la présentation des projets de restauration de cette pièce, et en particulier de son remarquable plafond peint par Girodet.

Le bureau à caissons de Napoléon III. Secrets de bibliothèques, les souverains et leurs livres à Compiègne. Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne. ©M. Poirier

La scénographie de l’exposition, assez classique, fait alterner livres présentés ouverts ou fermés derrière des vitrines horizontales et panneaux explicatifs, tout en ménageant une part non négligeable à divers artefacts et pièces de mobilier qui introduisent une diversité bienvenue. Les pièces exposées offrent un bel éventail de l’art du livre des XVIIIe et XIXe siècles et notamment de remarquables reliures frappées aux armes des différents souverains. On peut toutefois regretter un certain manque de pédagogie dans les cartels de présentation, parfois assez ésotériques, surtout lorsque ce qu’ils décrivent – un plat de reliure par exemple – se trouve dissimulé pour des raisons de conservation. Il est ainsi un peu frustrant de lire que plusieurs des manuscrits médiévaux exposés possèdent une reliure au chiffre de Louis-Philippe sans y avoir accès. De même, on aurait apprécié que les panneaux procèdent à une contextualisation plus générale concernant les pratiques de lecture dominantes ainsi que les usages en vigueur dans les bibliothèques privées.

Que le visiteur se rassure néanmoins, car l’exposition trouve à se prolonger à travers un catalogue fort bien réalisé, mêlant reproductions de qualité et articles de fond. Toutes les questions qu’aborde l’exposition sans toujours y apporter de réponse explicite y sont traitées de manière très convaincante.

Marine Le Bail

Catalogue : Secrets de bibliothèques. Les souverains et leurs livres à Compiègne, E. Starcky, M. Desti, V. Haegele et al. (dir.), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2017.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com

 


Vous aimerez aussi...