[Compte rendu] Jean Lorrain, Lettres à Jérôme Doucet, édition établie et annotée par Évanghélia Stead et Éric Walbecq, Tusson, Du Lérot, 2022, 191 p.

« Jérôme, mon bon ami, quand ferons-nous le volume de luxe ? » – c’est sur cette question de Lorrain que s’ouvre en 1908 la préface de Jérôme Doucet à l’édition posthume du Narkiss de son ami récemment décédé. Financé par les souscriptions versées au comité du « Monument à Jean Lorrain » (présidé par Paul Adam et destiné à célébrer la mémoire de l’écrivain), le volume vient tardivement donner forme livresque à la collaboration bibliophilique de Lorrain et Doucet – une collaboration qui se développa dans la Revue illustrée à travers la publication de contes de Lorrain illustrés, essentiellement sous la direction artistique de Doucet. La préface de Narkiss synthétise les valeurs bibliophiliques partagées par Lorrain et Doucet, leur mépris des productions industrielles que Doucet se plaît à mettre en scène dans son évocation de l’auteur de Monsieur de Phocas : « “Comme ils sont laids ces romans” disait-il avec une lippe de dégoût, “ils sont odieux les trois francs cinquante qui puent le journal”. Et il froissait les pages, ses doigts s’exaspéraient, se crispaient sur le papier grossier au contact vulgaire… “Quand ferons-nous le beau livre de luxe ?…” » Ce texte, reproduit parmi les riches annexes de ce volume, résumé admirable de l’idéal bibliophilique qui animait les projets de tels amoureux des livres d’images, est un parfait complément à la préface qu’Évanghélia Stead livre pour introduire la correspondance de Lorrain à Doucet sous ce titre évocateur : « Pour un livre d’images ».

En une époque de prolifération des images, reproduites à la va-vite dans des productions industrielles, Jean Lorrain, comme d’autres « imagiers » de son époque, rêve d’un livre d’images sur beau papier pour servir d’écrin à une prose dont la déliquescence ne l’attire plus. Pour ses Princesses d’Ivoire et d’Ivresse, parues en 1902 chez Ollendorff, il aimerait des illustrations pouvant susciter le genre d’émotion que les ouvrages illustrés pour la jeunesse provoquaient sur leurs impressionnables lecteurs aux beaux temps de la gravure sur bois. Il caresse ce projet durant près de dix ans, s’en ouvrant à Jérôme Doucet (1865-1957) – une figure méconnue, discrète mais essentielle de l’histoire de l’imprimé au tournant du siècle, dont Évanghélia Stead offre pour la première fois un portrait intellectuel et artistique. Écrivain, dramaturge, traducteur, critique d’art, il fut surtout un homme de presse et d’édition : secrétaire de rédaction de la Revue illustrée entre 1897 et 1901, puis rédacteur en chef du même titre en 1906, directeur de la Société d’Éditions d’Art « Le Livre et l’Estampe » en 1902, directeur du Gil Blas illustré en 1903, il participait également à la composition des pages de certains numéros, comme il dessinait lui-même les maquettes de certains de ses ouvrages – Adolphe Brisson le qualifie de « metteur en pages », ce qui révèle une belle conscience du caractère spectaculaire et dramaturgique de la disposition typographique. C’est en tant qu’artisan de la Revue illustrée (1885-1912) qu’il réalise la mise en page des contes de Lorrain qui paraissent alors dans le périodique, illustrés par Manuel Orazi (1860-1934), et qui mettent en scène une série de Princesses. Le directeur de la revue, René Baschet (autre iconophile de renom), publiait alors également en coédition des livres de luxe par la réunion des cahiers illustrés qui paraissaient de manière bi-mensuelle dans les pages du périodique. Lorrain ne parvint pas à faire publier l’édition illustrée de ses Princesses dont il ne cesse de rêver dans ses lettres à Doucet ; mais la série de cahiers illustrés de la Revue illustrée, dont il commande à l’éditeur des exemplaires sur beaux papiers pour offrir à ses amis – et principalement ses « belles amies » – en guise de « cadeaux d’étrennes délicieux » et enrichir sa propre collection, tout comme les contes illustrés dans Le Gaulois du dimanche, constituent une sorte de réalisation médiatique de cet ouvrage.

La correspondance que Lorrain adresse à Doucet entre 1897 et 1906 a été patiemment transcrite et annotée dans ce volume par Évanghélia Stead et Éric Walbecq, et complétée par une série de traces de l’amitié des deux hommes : textes dédiés à Lorrain par Doucet et comptes rendus de ses livres, textes de Lorrain inspirés par Doucet, dossiers de presse… Le recueil est lui-même un livre d’images, avec ses 35 illustrations en couleurs réunies dans un élégant cahier central et les reproductions en noir et blanc, au fil du texte, de certaines missives et cartes postales ou de documents rares, telles les photographies de la « Maison du Bonheur » de Doucet à Clamart, somptueuse villa Art Nouveau. Les reproductions des publications des contes de Lorrain dans la Revue illustrée montrent le soin que ce dernier portait à la « mise en scène » de ses textes par le biais de l’illustration et des ornements. Jeux sur la transparence des images sur lesquelles est typographié le texte, couvertures découpées permettant des effets d’encadrement, cartouches rehaussés de dorures – autant d’expérimentations qui passionnent alors certains bibliophiles (Octave Uzanne en tête) et qui rapprochent Lorrain et Doucet. Cet ouvrage éclaire des recoins encore obscurs de l’histoire du livre à la Belle Époque : combien de personnages comme Jérôme Doucet, combien d’animateurs des communautés bibliophiliques, ont-ils sombré dans l’oubli ?

 

Julien Schuh



Citer ce billet
Julien Schuh (2022, 7 décembre). [Compte rendu] Jean Lorrain, Lettres à Jérôme Doucet, édition établie et annotée par Évanghélia Stead et Éric Walbecq, Tusson, Du Lérot, 2022, 191 p. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0ke

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search