G.-Albert Aurier, Œuvres complètes, Julien Schuh dir., Sandre [compte rendu d’Olivier Sauvage]

G.-Albert AURIER. Œuvres complètes, édition critique établie sous la direction de Julien Schuh, Paris, Éditions du Sandre, 2021, 955 p.

 

Mort à vingt-sept ans, Gabriel-Albert Aurier peut apparaître comme l’écrivain bohème par excellence, ainsi que Julien Schuh le souligne dans sa préface. Né à Châteauroux en 1865, Aurier vint à Paris faire son droit, mais il s’investit immédiatement dans la chronique théâtrale et la critique d’art avant d’écrire de la poésie et de publier un roman, tout en fréquentant les cercles symbolistes et décadents. Emporté par la fièvre typhoïde en 1892, Aurier était l’un des fondateurs du Mercure de France. La revue ouvrit d’ailleurs une souscription en vue de l’édition de ses Œuvres posthumes, qui furent publiées l’année suivante, sous la direction de Remy de Gourmont et d’Alfred Vallette, avec le concours de la mère de l’auteur, Marie Marthe Aurier. Hommage émouvant, ce volume a néanmoins le défaut de proposer « une image un peu trop idéalisée de son œuvre », selon les mots de Julien Schuh, qui ajoute que le livre « transforme en Bible des écrits qui étaient pour la plupart nés dans les pages de journaux et de revues. » Les Œuvres complètes que présente le Sandre reposent sur des principes différents : les textes sont donnés dans leur dernier état paru du vivant d’Aurier, et ses écrits sont agencés de manière chronologique. De tels partis pris sont tout à fait justifiés, car ils permettent d’avoir une vision plus vivante de la palette très large d’Aurier, qui passait avec aisance du poème au compte-rendu de spectacle, et d’un article sur le vérisme à un texte sur le dernier Salon, sans oublier le seul roman publié de son vivant, Vieux, et Irénée, une pièce inachevée.   

L’équipe éditoriale placée sous la direction de Julien Schuh rend justice aux différentes facettes de G.-Albert Aurier. Vincent Gogibu consacre ainsi une éclairante étude au rôle méconnu joué par Aurier dans la création du nouveau Mercure de France en 1889-1890. Ses contributions d’une grande acuité sur la peinture et le symbolisme suscitèrent l’admiration de Remy de Gourmont, qui devint l’un de ses amis les plus fidèles, voyant en lui « un esprit proche du sien avec qui il envisage[a] une forme de partenariat intellectuel, composé d’échanges, de recherches communes et d’exaltations ». La disparition brutale d’Aurier l’éprouva donc d’autant plus cruellement. Alexia Kalantzis revient pour sa part sur la production narrative d’Aurier. Outre Vieux, déjà signalé, et le manuscrit inédit d’un second roman, Ailleurs, le jeune critique écrivit des nouvelles, que les Œuvres posthumes de 1893 avaient négligées. Alexia Kalantzis les situe dans la veine décadente, et souligne leur portée ludique. « Aurier joue souvent, écrit-elle, de l’adresse au lecteur – ou à la lectrice – dans ses nouvelles. Il inscrit ainsi ses textes dans l’espace médiatique en créant une complicité qui est renforcée par l’effet de série. » Vieux, élaboré à partir de 1886, et publié en 1891, relate la passion dévorante, tragique et grotesque d’un vieillard pour une chanteuse caricaturale, ce qui invite à le lire comme une parodie de Nana. Les allusions au roman de Zola y sont en effet précises et abondantes, mais Aurier écrit en décadent, et non en naturaliste. Son livre est un « roman comique moderne », pour reprendre les propos d’A. Kalantzis, qui rapproche ensuite Ailleurs du symbolisme de Gourmont.

L’activité de critique d’art d’Aurier fait l’objet d’un autre texte dû à Christophe Longbois-Canil. Gabriel-Albert Aurier défendit avec fougue Gauguin, « ce grand poète » (« En quête de choses d’art », signé Luc Le Flâneur, Le Moderniste illustré, 13 avril 1889), et c’est lui qui écrivit le seul article consacré à Van Gogh du vivant du peintre. L’intérêt d’Aurier pour l’art, parallèle à son goût pour la littérature, fut d’ailleurs constant, et antérieur à sa rencontre avec Émile Bernard en 1887. Le jeune homme suivit en effet les cours d’histoire de l’art de Georges Lafenestre à l’École du Louvre et il côtoya de nombreux artistes montmartrois, son domicile se situant au 83, rue des Martyrs, en plein quartier de la Nouvelle Athènes. Ses comptes-rendus de Salon égratignent de manière récurrente les célébrités de l’art académique de l’époque, Meissonnier et Bougereau en tête. Aurier rejetait l’« idéalerie de boîte à dragées » autant que la « réalisterie d’Épinal » (Le Moderniste illustré, 24 août 1889) pour promouvoir l’originalité de Pissarro, Renoir, Monet, ou encore Berthe Morisot. Ses goûts n’étaient toutefois pas étroits ni dogmatiques : à côté des impressionnistes, il appréciait aussi des « Isolés », comme il les nommait lui-même. Il rangeait sous cette bannière des artistes aussi variés que Van Gogh, Jean-Jacques Henner, Eugène Carrière et Henry de Groux. Aurier contribua en outre à soutenir le symbolisme pictural, et deux de ses articles peuvent apparaître comme des manifestes : « Le Symbolisme en peinture : Paul Gauguin » (Mercure de France, mars 1891) et « Les Symbolistes » (Revue encyclopédique, avril 1892). Christophe Longbois-Canil précise à juste titre que « [s]i l’initiateur du mouvement pictural actuel restait Gauguin, Aurier l’associa à Vincent Van Gogh, à Odilon Redon, aux Nabis et à bien d’autres encore, montrant en cela la dynamique d’un art refusant les tendances matérialistes du siècle. » De plus, Aurier développait une conception mystique de l’art, et il était persuadé qu’il devait transmettre à son lecteur le feu sacré qui animait à ses yeux les artistes authentiques, et non les faiseurs de « peinture-pour-le-Salon ».

Le travail d’édition et d’annotation est l’un des points forts de ce volume. Laurence Danguy s’est attelée à la correspondance artistique d’Aurier, C. Longbois-Canil à la critique d’art, V. Gogibu au recueil de poèmes L’Œuvre maudit, au « Prélude » aux Strophes d’amant de Julien Leclercq, et à la « Réponse à une enquête » de Jules Huret, épaulé par A. Kalantzis pour la « Notice » de Gourmont aux Œuvres posthumes. Alexia Kalantzis a également assuré l’édition du roman Vieux, Damien Gonnessat se chargeant des textes publiés dans le Faucon noir, le Décadent et le Moderniste illustré. L’index exhaustif préparé par Sophie Béhar s’avère à cet égard particulièrement précieux pour naviguer dans les plus de neuf cents pages d’une somme qui mérite de figurer dans toute bonne bibliothèque. Le soin apporté à la confection du livre, en particulier dans la mise en page et les illustrations, est une constante des Éditions du Sandre, dont le catalogue reflète le haut niveau d’exigence autant que le goût pour une littérature inventive, profonde et singulière.    

 

Olivier Sauvage

  

 



Citer ce billet
Julien Schuh (2022, 5 décembre). G.-Albert Aurier, Œuvres complètes, Julien Schuh dir., Sandre [compte rendu d’Olivier Sauvage]. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0kd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search