Une Passion dans le désert – par Marion Duquerroy

Une Passion dans le désert : un roman, une exposition, Paris, maison de Balzac ( janvier-octobre 2017).

Pour sa dernière exposition avant une fermeture d’un an pour travaux, la Maison de Balzac a réussi le pari de réunir treize tableaux du cycle Une Passion dans le désert (1965) réalisé simultanément par Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo et Antonio Recalcati d’après la nouvelle éponyme de Balzac.

Si ce trio est connu, c’est davantage grâce à une autre série intitulée Vivre et laisser mourir ou la Fin tragique de Marcel Duchamp, exécutée, en suivant le même processus collaboratif, quelques mois plus tard la même année. Suivant une chronologie et une temporalité précises, les tableaux figurent le lynchage de Duchamp, sa mise à nu et son enterrement ainsi que trois reproductions de ses œuvres phares : le Nu descendant l’escalier, Fountain et le Grand Verre. Redoublant la critique, le cercueil est porté après la mise en bière par des émissaires du Pop Art et du Nouveau Réalisme – Warhol, Arman, Oldenburg et Raysse, entre autres. Tout comme Duchamp, les artistes du Pop Art étaient perçus par les acteurs de la Figuration Narrative comme les chantres de la classe bourgeoise rendant la culture stérile et hermétique. Cet ensemble fut présenté lors de l’exposition Figuration narrative dans l’art contemporain à la galerie Creuze à Paris et provoqua un scandale immédiat. Lors de l’accrochage, les artistes participant à cet événement eurent des échanges virulents quant à l’élimination du père du ready-made, qui aboutirent à la signature d’une pétition contre cette œuvre. Hervé Télémaque déclare à ce sujet : « J’étais violemment contre les tableaux de l’Assassinat de Marcel Duchamp. Je trouvais que ce n’était pas une manière de régler ses comptes intellectuellement. C’était une représentation primaire sadique et presque fascinante d’un discours d’idées. Et donc j’ai signé la pétition contre. Alors que je suis resté ami avec Aillaud et Arroyo par la suite » (Jean-Luc Chalumeau, La Figuration narrative : une histoire, de 1953 à nos jours, 2003, p. 26). Niki  de Saint Phalle aurait fondu en larmes face aux tableaux. « Assassiner un vieillard est une chose laide et qu’on n’accomplit pas, en dépit des apparences, d’un cœur léger. Mais la misère interdit tout luxe, et Marcel Duchamp incarne aujourd’hui d’une manière si indue, et non par hasard, ce dont précisément l’humanité est le plus dépourvue : l’esprit d’aventure, la liberté d’invention, le sens de l’anticipation, le pouvoir de dépasser, que nous avons eu envie d’intervenir », écrit le trio en guise d’introduction du texte accompagnant l’exposition.

Si cette série est aujourd’hui remarquable par l’émotion qu’elle a suscitée dès sa première exposition, il n’en demeure pas moins que la plus confidentielle Passion dans le désert est l’œuvre donnant véritablement naissance au mouvement de la Figuration Narrative. En ce sens, la Maison de Balzac propose au visiteur une double lecture (seuls quelques connaisseurs peuvent se targuer d’une relecture) : à la fois celle du court roman de Balzac, publié pour la première fois en 1830, racontant la rencontre et l’amour entre un homme et un félin, et celle d’une œuvre picturale novatrice s’affranchissant de la signature de l’artiste et recouvrant une puissance de récit.

« C’était une femelle », constate le soldat égaré après avoir passé une nuit à attendre, blotti dans une grotte et transi de peur par les grognements de l’animal. « La fourrure du ventre et des cuisses étincelait de blancheur. Plusieurs petites taches, semblables à du velours, formaient de jolis bracelets autour des pattes. La queue musculeuse était également blanche, mais terminée par des anneaux noirs. Le dessus de la robe, jaune comme de l’or mat, mais bien lisse et doux, portait ces mouchetures caractéristiques, nuancées en forme de roses, qui servent à distinguer les panthères des autres espèces de felis. » Au contraire de la description donnée par l’auteur de La Comédie Humaine, l’animal lui aussi fortement anthropomorphisé des peintres de la Figuration Narrative devient parfois une panthère à la robe entièrement noire – davantage connue en Asie –, ses rayures brunes caractéristiques réapparaissant néanmoins dans certains des tableaux.

Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo, Antonio Recalcati, tiré du cycle “Une passion dans le désert”, 1964, Paris, coll. part. © Adagp, Paris, 2017

Travaillée comme une ombre sur des fonds obscurs, la bête semble se glisser sans bruit sur la surface picturale pour en disparaître aussi vite. Seuls la vue et le goût sont alors sollicités  ses crocs acérés déchirant de la viande et ses globes oculaires intégralement bleus et exorbités viennent symboliser la férocité autant que l’acuité de la femelle qui rapidement fera du soldat son amant et son esclave (ou est-ce l’inverse ?) et ne le laissera s’échapper que dans une ultime mise à mort. Aucun doute ne subsiste dans l’interprétation du texte faite par Aillaud, Arroyo et Recalcati : l’homme et l’animal se séduisent comme en atteste cette pose d’un baiser hollywoodien sur fond de pleine lune, s’apprivoisent jusqu’à ce qu’il la nomme « Mignonne » et s’assemblent dans un geste de double pénétration du pénis de l’homme et du poignard qu’il tient dans sa main gauche. L’enchaînement des salles proposé par le parcours muséal suit la narration décidée par les artistes, elle-même collée au texte. Les courts cartels numérotés viennent corroborer le déroulé à la manière d’un roman feuilleton appuyant, par là même, l’effet cinématographique voulu par le trio et plus largement par la Figuration Narrative. En 1998, le roman fut d’ailleurs adapté au cinéma par Lavinia Currier sous le titre de Passion in the desert.

L’exposition présente aussi la page de couverture du roman réalisée par Georges Lucien Guyot, dont l’original est une eau-forte sur vélin datant de 1938. Il ne faut cependant pas oublier que le roman de Balzac fut, dès le XXe siècle, source d’inspiration pour le peintre, sculpteur et illustrateur Paul Jouve. La Maison de Balzac, détentrice de nombreuses eaux-fortes sur vélin datant de 1949, avait déjà consacré une exposition aux œuvres de Paul Jouve autour du même roman (Une Passion dans le désert : de Balzac à Paul Jouve, octobre 2007-janvier 2008) ; elle les expose justement en parallèle du cycle pictural, tout au long du parcours. Des allers-retours fréquents sont proposés au spectateur afin qu’il puisse se faire une idée de la richesse picturale suggérée par le récit. L’histoire sulfureuse entre une panthère et un soldat napoléonien lors de la campagne d’Égypte était une aubaine pour l’artiste de la période Art Déco tant sa passion pour la représentation des grands fauves a construit sa carrière. Dès ses débuts, il fréquente assidûment le Jardin des Plantes et sa Ménagerie, les abattoirs et les marchés aux bestiaux. Les nombreux voyages qu’il effectue en Asie et en Afrique du Nord lui donnent l’occasion d’approcher l’exotisme et les animaux sauvages de près. Il excelle dans le dessin anatomique et rapidement lui sont passées de nombreuses commandes de toiles et de sculptures animalières qui feront son succès et sa postérité. Suivant les détails évocateurs de Balzac, la panthère de Jouve, quoique fortement stylisée, donne à voir une bête séductrice, joueuse et puissamment sexuée ; cet état de séduction sera maintenu et réinterprété plus de quinze ans plus tard par Aillaud, Arroyo et Recalcati.

Marion Duquerroy

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...