Revue Nerval, n°8, 2024

Revue Nerval, n° 8, 2023

Dossier : Approches médiatiques de l’œuvre de Gérard de Nerval

(dir. Filip Kekus et Jean-Didier Wagneur)

 

L’œuvre de Gérard de Nerval occupe une place paradoxale dans le champ des études dixneuviémistes actuelles. En effet, si l’oeuvre de Nerval bénéficia l’une des premières d’une attention à sa partie journalistique, grâce notamment au catalogue raisonné réalisé par Michel Brix sous le titre Nerval journaliste en 1986, cet ensemble a tardé à être pris en compte, y compris lors de l’émergence des études médiatiques dans le sillage des travaux de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant. Ce dossier a pour objet de réinterroger l’œuvre de Nerval à partir de ces avancées en entendant profiter aux études nervaliennes comme médiatiques. Certes Nerval privilégia toujours, lorsqu’il le pouvait, des collaborations périodiques plus souples et intermittentes, afin de se ménager une marge de liberté. Mais contrairement à l’image longtemps prédominante d’une œuvre irrémédiablement mélancolique, repliée sur les chimères d’une Babel intérieure, l’œuvre nervalienne fut résolument enracinée dans l’actualité culturelle et les réalités de son temps. Nerval fut un témoin à la fois critique et lucide, tour à tour désenchanté et amusé, des bouleversements socio-économiques autant qu’esthétiques entraînés par le tournant médiatique de la littérature française à l’époque romantique. Il sut les penser comme en profiter. Ses collaborations étaient appréciées autant que recherchées, et c’est toute son œuvre qui s’est écrite à proximité de la presse périodique, dont il eut une expérience large et profonde, qui ne saurait être réduite à sa simple dimension alimentaire et coercitive. Grand lecteur de la presse, persuadé des bienfaits de celle-ci en vertu de ses ascendances libérales, Nerval en occupa tous les postes et fonctions au sein d’une rédaction, de directeur-gérant en titre ou par intérim, du Monde dramatique, mais aussi possiblement de Figaro ou du Journal, secrétaire de rédaction, à apprenti compositeur à l’en croire, allant même jusqu’à breveter un dispositif destiné à accélérer le travail de composition. Il s’illustra dans une vaste palette d’écritures journalistiques, fut des entreprises médiatiques les plus remarquées de son temps, sachant s’adapter aux exigences de chaque périodique sans jamais sacrifier à la qualité, qu’il écrive dans L’Artiste de Houssaye, La Presse de Girardin ou la Revue des Deux Mondes de Buloz, pour ne citer que ses collaborations parmi les plus régulières. Une conclusion s’impose : l’auteur d’Aurélia participa activement à la naissance de la civilisation du journal, et rares sont ceux qui peuvent en donner une image aussi riche et complète.

En accord avec l’esprit d’ouverture que la Revue Nerval souhaite encourager, les articles proposés pourraient chercher à éclairer de très nombreuses zones d’ombres de l’œuvre journalistique nervalienne, en insistant notamment sur les coulisses souvent opaques de l’écriture périodique nervalienne.

Les communications pourraient se déployer sur les axes suivants :

 

Le monde du journal :

 

-Les réseaux médiatiques dans lesquels Nerval a évolué : écosystèmes propres à chaque périodique, solidarités et sociabilités, fréquentations et personnalités pivotales ayant joué le rôle d’échangeur (tels Nestor, Théophile Gautier, Alphonse Karr, Edmond Texier, Taxile Delord), etc. ;

 

-Les coulisses du journal : négociations, compromis, camaraderie et réclame, etc. ;

 

-Corpus nouveaux, oubliés ou méconnus, y compris ceux des périodiques étrangers ou régionaux ;

 

-La culture médiatique de Nerval : ses référents, son usage du journal, son approche de l’activité journalistique, etc. ;

 

-Le rapport de Nerval à l’illustration, au dessin et à la caricature.

 

 

Les écritures médiatiques :

 

-Genres, formes et microformes journalistiques mobilisés par Nerval, dont le feuilleton dramatique, les impressions de voyage, la chronique et les genres dérivés, comme la rubrique des « nouvelles des théâtres » en complément du feuilleton dramatique ou le genre du canard ;

 

-Les pratiques collaboratives propres aux écritures médiatiques, du personnel des invisibles aux auxiliaires spécialisés indispensables à sa réalisation ;

 

-Écrire pour la grande et/ou la petite presse : particularités, divergences et complémentarités.

 

 

Du journal à l’œuvre :

 

-Le journal entre espace voué à la routine et espace d’expérimentation et laboratoire d’écriture (Nerval essayiste) porteur d’une poïétique propre et révélateur d’une poétique profonde ;

 

-Procédures nervaliennes de littérarisation de la presse quotidienne, à savoir comment Nerval s’est emparé des genres brefs et des formats médiatiques pour en faire un art, en lien notamment avec cet impératif nervalien entre tous de la forme. Le journal imprime à la prose nervalienne des contraintes : un rythme, des coupes, un format, une approche dialogique ;

 

-La manière dont Nerval a joué des caractéristiques du journal et de l’écriture périodique, pourtant perçues comme étant peu propices, pour faire œuvre : économie de l’œuvre à l’examen des préoriginales, et des procédés employés (découpages, montages, hybridations, recyclages, etc.).

 

 

La construction d’une figure médiatique :

 

-L’ethos médiatique nervalien ;

 

-La réception de l’œuvre journalistique de Nerval : circulation du nom et de la légende de l’auteur dans la presse, grande et petite, de son vivant comme à titre posthume, sa réputation de littérateur ou de polygraphe, etc.

 

Toutes ces pistes, qui ne sauraient être exhaustives, conjuguant diversement enquêtes documentaires et perspectives poétiques, entendent ouvrir de nouveaux chantiers, contribuer à décloisonner l’œuvre de Nerval, à en apprécier la singularité autant que la modernité, tout en bousculant heureusement des habitudes de lectures parfois encore tenaces, et manifester combien Nerval journaliste ne saurait occulter ni diminuer Nerval poète, au contraire !

 

 

Filip Kekus et Jean-Didier Wagneur (revuenerval.presse@gmail.com)

 

Les propositions d’articles doivent nous parvenir avant le 1er avril 2023. Les textes eux-mêmes devront nous parvenir avant le 1er septembre 2023. Le numéro 8 de la Revue Nerval paraîtra en avril 2024.

 

 

Indications bibliographiques

 

-Aron, Paul et Gemis Vanessa (dir.), La Littérature en régime journalistique, COnTEXTES, n°11, 2012

-Bacot, Jean-Pierre, La Presse illustrée au xixe siècle : une histoire oubliée, Limoges, PULIM, 2005

-Bellanger, Claude, Godechot, Jacques, Guiral, Pierre et Terrou, Fernand (dir.), Histoire générale de la presse française, t. II, De 1815 à 1871, Paris, PUF, 1969

-Berthier, Patrick, La Presse littéraire et dramatique au début de la monarchie de Juillet (1830-1836), Lille, Éditions universitaires du Septentrion, 1997

Les Bohèmes (1840-1870), éd. Jean-Didier Wagneur et Françoise Cestor, Seyssel, Champ vallon, 2012

-Brix, Michel, Nerval : glanes et miettes de presse, Paris, Champion, 2013

-Brix, Michel, Nerval Journaliste, éd. revue, Namur, Presse Universitaires de Namur, 1989

-Brix, Michel, Nouveaux documents sur Gérard de Nerval, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2020

-Chollet, Roland, Balzac journaliste : le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983

-Feyel, Gilles, La Presse en France des origines à 1944 : histoire politique et matérielle, Paris, Ellipses, 2007

-Geisler-Szmulewicz, Anne et Moussa, Sarga (dir.), Gautier et Nerval. Collaborations, solidarités, différences, Bulletin de la société Théophile Gautier, n°38, 2016

-Hatin, Eugène, Histoire politique et littéraire de la presse en France, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859-1861

-Kalifa, Dominique, Régnier, Philippe, Thérenty, Marie-Ève et Vaillant, Alain (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011

-Kekus, Filip, « De l’art de “servir la sauce sur un autre plat que le poisson” selon Nerval », L’Art de la récup’, Magasin du xixe siècle, n°11, 2021, p. 109-115

-Kekus, Filip, « Feuilletonisme et dissidence : autour des Faux Saulniers », Revue Nerval, n°2, 2018

-Kekus, Filip, Nerval fantaisiste, Paris, Classiques Garnier, 2019

-Kekus, Filip, « Les Nuits d’octobre de Gérard de Nerval : une contre-épreuve de la propagande bonapartiste », Les Ateliers de Clio. Écritures alternatives de l’histoire (1848-1871), dir. Jean-Marie Roulin et Corinne Saminadayar-Perrin, Autour de Vallès. Revue de lectures et d’études vallésiennes, n°47, 2017, p. 23-38

-Melmoux-Montaubin, Marie-Françoise, L’Écrivain-journaliste au xixe siècle, un mutant des lettres, Saint-Étienne, Cahiers Intempestifs, 2003

-Saminadayar-Perrin, Corinne, Les Discours du journal : rhétorique et médias au xixe siècle, 1836-1885, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007

-Thérenty, Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007

-Thérenty, Marie-Ève (dir.), Poétiques journalistiques, Orages : littérature et culture 1760-1830, n° 7, 2008

-Thérenty, Marie-Ève et Pinson, Guillaume (dir.), Microrécits médiatiques. Les formes brèves du journal, entre médiations et fiction, Études françaises, vol. 44, n°3, 2008

-Thérenty, Marie-Ève et Vaillant, Alain (dir.), 1836 : l’an 1 de l’ère médiatique, Étude littéraire et historique du journal La Presse, d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001

-Thérenty, Marie-Ève et Vaillant, Alain (dir.), Presse et plumes : journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau monde, 2004

-Vaillant, Alain, « Pour une histoire de la communication littéraire », RHLF, n° 103, 2003, p. 549-562

-Vaillant, Alain et Vérilhac, Yoan (dir.), Vie de bohème et petite presse du xixe siècle : sociabilité littéraire ou solidarité journalistique ?, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

-Vaillant, Alain et Villeneure, Roselyne de (dir.), Le Rire moderne, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013

-Wagneur, Jean-Didier, « Les chiffonniers de la petite presse. Hottes et crochets médiatiques », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 118, n° 3, 2018, p. 547-558

-Wagneur, Jean-Didier, « Scènes de la (verte) Bohême », Revue Nerval, n°4, 2020, p. 259-276

-Wagneur, Jean-Didier, « Une scénographie du petit journalisme : le ratage bohème », Contextes, n°27, 2020

-Wagneur, Jean-Didier (dir.), La Petite presse, Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 19, 2005

 



Citer ce billet
Julien Schuh (2022, 25 novembre). Revue Nerval, n°8, 2024. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0k5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search