William Morris. L’art dans tout – par Cyril Barde

William Morris. L’art dans tout, Roubaix, La Piscine (8 octobre 2022 – 8 janvier 2023)

 

Le musée de la Piscine de Roubaix, également nommé « musée d’art et d’industrie André Diligent » hérite dès sa fondation (en 2001) du combat des Arts and Crafts pour concilier le beau et l’utile. L’institution roubaisienne consacre en ce moment toute une saison (du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023) à l’Angleterre à travers huit expositions. Parmi elles, William Morris. L’art dans tout attire un public nombreux depuis son ouverture. Pour réaliser cette rétrospective, inédite en France, la commissaire et directrice du musée Sylvette Bottella-Gaudichon a sollicité de grands musées hexagonaux (le Musée d’Orsay prête de nombreuses et belles œuvres) et britanniques puisque plusieurs pièces proviennent des collections de la Tate Britain, du musée d’arts décoratifs Victoria & Albert ou encore des demeures de Morris lui-même, dont Kelmscott manor. Car si William Morris est comme chez lui à la Piscine, le visiteur entre dans l’exposition comme il entrerait chez William Morris.

1 William Morris (1834-1896) Figure of Guinevere, Vers 1858, Aquarelle et graphite sur papier, 1264 x 552 mm, London, Tate Britain

La scénographie immersive orchestrée par Cédric Guerlus pense en effet les salles comme autant de period rooms qui tentent de reconstituer les intérieurs de l’artiste : une salle entière nous plonge dans sa Red House, maison-manifeste construite avec son ami architecte Philip Webb. Les tons bleu paon et rouge, qui rappellent les teintes principales des papiers peints de Morris, rythment un parcours qui souhaite donner à vivre autant qu’à voir les projets des artistes préraphaélites et Arts and Crafts, influencés par les légendes celtiques et le mysticisme d’un Moyen âge idéalisé (ill. 1).

 Le revival devient pour les artistes un refuge au sein d’une époque victorienne étouffante, enlaidie par la révolution industrielle. Les nombreux combats de Morris contre les méfaits de l’industrialisation, son action pour retrouver le sens d’un travail joyeux et fraternel au sein de colonies d’artisans, son ambition de mettre le beau à la portée de tous sont évoqués au fil de l’exposition grâce à des citations de celui qui fut aussi homme de lettres, sans oublier les dimensions féministe et écologiste de sa pensée. À la multiplicité des engagements sociaux et politiques répond l’infinie diversité des pratiques et des techniques auxquelles se sont adonnés Morris et les membres des Arts and Crafts. Le vaste projet de réhabilitation du travail artisanal et de diffusion du beau dans les moindres aspects de la vie quotidienne embrasse des domaines aussi divers que celui du papier peint, du vitrail, de la tapisserie, du mobilier, de l’imprimerie ou de la typographie. On découvre ainsi les mille visages d’un William Morris touche-à-tout, poète utopiste, conférencier socialiste, artiste-artisan et chef d’entreprise, fondateur de la société Morris & Co en 1861.

2 Philipp Webb (1831-1915) pour Morris & Co, Buffet, Vers 1880, Paris, musée d’Orsay.

Autour de cette figure tutélaire d’une révolution décorative qui essaimera sur le continent pour donner naissance à l’Art nouveau, l’exposition fait apparaître d’autres noms et d’autres figures. C’est le cas du peintre préraphaélite Edward Burne-Jones, fidèle compagnon de route qui rencontra Morris sur les bancs de l’université d’Oxford, et dont on peut admirer l’impressionnante Roue de la fortune (1875-1883), prêtée par le musée d’Orsay. Les visages hiératiques et androgynes du maître, comme celui de la Jeanne d’Arc embrassant l’épée de la Délivrance de Dante Gabriel Rossetti (1863, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg), suggèrent les passages entre rénovation esthétique et reconfiguration des rapports de genre dans l’effervescence de ce dernier tiers du xixe siècle. Mais les tableaux, conformément à la remise en cause de la hiérarchie entre Beaux-Arts et arts appliqués voulue par Morris, voisinent avec une table de toilette de Ford Madox Brown (1862, Kelmscott Manor) ou avec un buffet de Philip Webb (ill. 2). Ces meubles sobres et dépouillés, aux antipodes du luxe qu’exècre Morris, nous rappellent que nous assistons là, ni plus ni moins, à la naissance du design.

3 William Morris (1834-1896) (dessinateur), Jeffrey & Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond
vert brossé à la main, impression à la
planche de bois en 6 couleurs, 70 x 56.6 cm, Paris, musée des Arts décoratifs.

Enfin, le parcours du visiteur est rythmé par les motifs végétaux si caractéristiques de l’esthétique Arts and Crafts, qui déploient leurs rinceaux et leurs arabesques d’une salle à l’autre, assurant la transition entre un livre de contes orné par Morris pour les Kelmscott Press, un papier peint Pimpernel (ill. 3) ou la tapisserie L’Adoration des mages, conjointement réalisée par William Morris, Edward Burne-Jones et John Henry Dearle (1904, d’après un modèle créé en 1886, musée d’Orsay). L’exposition propose donc une plongée dans le rêve d’une époque, en partie incarné dans les œuvres présentées au public.

On regrettera que ce parcours suggestif et séduisant ne soit pas accompagné de cartels développant de manière plus fouillée les enjeux esthétiques et politiques qui sous-tendent l’action de Morris et agitent son époque. Heureusement, le beau catalogue de l’exposition, fort instructif et richement illustré, permet de poursuivre la réflexion après l’immersion.

Cyril Barde

 

Catalogue : Sylvette Botella-Gaudichon (dir.), William Morris. L’art dans tout, Gand, Snoeck, 2022, 204 pages

 

Pour citer cet article : William Morris. L’art dans tout – par Cyril Barde, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 11/11/2022, consulté le 05/02/2023. URL : https://serd.hypotheses.org/11572.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search