Peindre la banlieue – par Nicolas Pierrot

Peindre la banlieue, de Corot à Vlaminck (1850-1950), Rueil-Malmaison, Atelier Grognard (décembre 2016-avril 2017) et Issy-les-Moulineaux, Musée français de la carte à jouer (mai-août 2017).

 

Grâce soit rendue aux zélateurs infatigables des « peintres de la banlieue » qui, depuis 2015 à Sceaux, Issy-les-Moulineaux et Meudon (La Belle Boucle de la Seine), à Rueil-Malmaison et Issy-les-Moulineaux encore (Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck) puis à Mantes-la-Jolie et Vernon (Au fil de l’eau : Seine de travail) ont entrepris d’offrir aux visiteurs un corpus revisité, augmenté et hiérarchisé de paysages franciliens, expressions sensibles des transformations rapides de l’agglomération-capitale, du milieu du XIXe siècle aux années 1950. Car la relégation de certains « phares » – le sans doute très coûteux Soleil couchant à Ivry (1873) de Guillaumin ou l’une des Usines près de Pontoise de Pissarro par exemple – permet de réévaluer avec bonheur, exposition après exposition, les richesses des musées franciliens et d’enrichir l’histoire visuelle d’un territoire en quête perpétuelle de (re)connaissance.

D’entre ces propositions, Peindre la banlieue est celle qui, assurément, a vu le plus large, dans l’espace comme dans le temps. De Saint-Ouen à Ivry-sur-Seine, de Pontoise à Moret-sur-Loing, près de 140 œuvres traduisent « le phénomène d’urbanisation et d’industrialisation de l’environnement rural parisien entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle » (catalogue). Il s’agit toutefois d’une contribution indirecte à l’histoire urbaine, car le catalogue de l’exposition ne s’appuie pas sur une synthèse des travaux historiques les plus récents. C’est que les commissaires avaient à cœur, avant tout, d’exhumer de vénérables œuvres d’art, dont la valeur réside dans leur qualité plastique et leur capacité à traduire l’évolution de la peinture de paysage, depuis « l’affirmation du paysage moderne » par le travail en plein air (Corot à Ville d’Avray, Daubigny à Bezons ou Méry-sur-Oise, Carpeaux au mont Valérien) jusqu’aux années 1950 et « l’abandon croissant du sujet » par « une forte adhésion à la non-figuration qui conduisent à l’extinction du paysage » (catalogue). Les deux enjeux – histoire des représentations et histoire des formes – se côtoient toutefois, offrant un parcours fascinant quoique périlleux. Si l’érudition biographique et topographique captive, si elle permet d’établir une typologie des motivations à l’œuvre (implantation familiale récente des artistes, recherches esthétiques sur de nouveaux territoires, fondation d’écoles), la narration visuelle, quant à elle, hésite entre une utile pédagogie et le souci de la nuance. Il s’agit de montrer, en effet, la contamination progressive de l’espace et du regard, depuis l’expression du « sentiment vrai de la nature » jusqu’à la dénonciation de la « banlieue noire » opposée au chant pictural de la « banlieue des loisirs » (catalogue), tournant le dos aux paysages du labeur.

Armand Guillaumin (1841-1927), Bords de Seine à Charenton, vers 1885, huile sur toile, 60 x 81,5 cm. Sbg Collection particulière, Suisse

Ce travelling est-il pertinent ? En grande partie oui. Encore faut-il rappeler que la force idéologique et visuelle des motifs industriels a inspiré, dès le milieu du XIXe siècle, quelques œuvres tour à tour conciliantes ou fascinées. Ainsi, en contrepoint des portraits d’usines enthousiastes des années 1920 rassemblés ici comme contre-exemples (par Herbin, Will, Walch, Marquet, Octobre, Loth, Lasne, Delpech), on aurait aimé retrouver l’une des silhouettes d’usine au clair de lune peintes par Jongkind dès les années 1850, ou le rayonnant paysage usinier de Gaston La Touche récemment acquis par le musée de Suresnes (Bords de Seine à Suresnes, 1886), le même La Touche n’hésitant pas à exposer une scène de Grève à Anzin – au drapeau noir – au Salon de 1889. Pour mieux exprimer la précocité des représentations antagonistes suscitées par le phénomène massif et complexe de l’industrialisation, sans doute eût-il été pertinent, par ailleurs, de convoquer les scènes d’intérieurs – mais sans doute l’espace de l’exposition n’y eût pas suffit… Car si les regards incisifs et dénonciateurs de Gleize à Courbevoie, de Vauthier à Saint-Denis, de l’ouvrier-anarchiste Steinlen à Saint-Ouen autour de 1900, de Grosmaire ou de Fautrier dans les années 1920, de Forget et Lunier dans les années 1930 excellent à saisir les douleurs, les blessures infligées à la nature par le feu de l’industrie, rares sont ceux qui connurent intimement le monde de l’industrie. À l’exception de Steinlen, de Luce et de quelques autres, très rares, tous ignoraient – comme le déplorait Huysmans dans « L’Exposition des Indépendants en 1880 » (L’Art moderne, 1883) – le spectacle des espaces intérieurs. Or passer le seuil de l’usine, c’est bien sûr risquer de se faire dicter un motif par le propriétaire, mais c’est aussi risquer de convertir son regard, de passer de la détestation à la fascination, à l’image de Victor Hugo découvrant lors de son premier voyage en Belgique l’intérieur des forges Cockerill… Le champ des découvertes est encore grand ouvert : la contradiction des regards politiques, sociaux et surtout esthétiques portés sur l’industrialisation au XIXe siècle offre des territoires de recherche historiques et formels immenses, en cours d’exploration, singulièrement depuis les années 1980, c’est-à-dire depuis le traumatisme de la mutation du système productif occidental. Cette rétrospective y contribue magistralement, sous l’angle des paysages, et l’espoir n’est pas vain de voir renaître, en écho à l’exposition-repère de Saint-Denis (Des cheminées dans la plaine, 1998), dont la diversité des supports et des discours (également littéraires) a fait le succès, une exposition puisant non seulement dans l’art de la peinture, mais dans les recherches sur la photographie, le cinéma et la littérature à motifs industriels, pour que soit présenté dans sa complexité le roman de l’industrie façonné dans la tension par les ennemis comme par les thuriféraires du progrès industriel.

 

Nicolas Pierrot

Catalogue : Peindre la banlieue, de Corot à Vlaminck (1850-1950), Véronique Alemany et al., Colombelles, Éditions du Valhermeil, 2016, 136 reproductions d’œuvres, 158 p.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...