Des Filles d’Ève. Balzac et la “question femme” – séance introductive du séminaire du GIRB / 21 octobre 2022

Vendredi 21 octobre à 14h se tiendra la séance introductive du Groupe international de recherches balzaciennes (GIRB), sous la direction de José-Luis Diaz, Céline Duverne, Jacques-David Ebguy et Lucie Nizard, à la bibliothèque Jacques Seebacher (Paris 13e).

Jacques-David Ebguy et Lucie Nizard présenteront les enjeux de ce séminaire annuel, puis Céline Duverne proposera une réflexion inaugurale : « “des livres mâles et des livres femelles” : genre des genres et transgénéricité dans La Comédie humaine ».

En France, l’accueil parfois frileux réservé aux gender studies peut s’expliquer par les difficultés de traduction que pose le concept de genre. De cette confusion sémantique, Christine Planté a su faire un atout en questionnant « le genre des genres », approche qui « prend en considération la coïncidence historique de leur redéfinition au début du XIXe siècle, lorsque après la Révolution, on assiste à une redéfinition simultanée des rôles et rapports sociaux des sexes d’une part, de la littérature et de ses fonctions d’autre part . » Au moment où Balzac s’en empare, l’écriture et la destination du roman s’accordent au féminin selon la doxa critique ; c’est donc en infléchissant son gender qu’il peut espérer en défendre la respectabilité. Il y réussira : contre le romance, ce vecteur de corruption du beau sexe, le novel s’imposera dans l’histoire comme « la forme de la maturité virile ». Pourtant, c’est au lectorat féminin que l’auteur de La Femme de trente ans doit bon nombre de ses succès. Comment, dès lors, écrire sur voire pour l’autre sexe tout en défendant l’imaginaire « viril » d’un démiurge laborieux, vent debout contre « ces pleurards qui veulent se noyer à tout propos en vers et en prose » ? En marge de libelles tonnantes contre l’effémination romantique de l’acte créateur, Balzac se prend à rêver d’un livre « androgyne », d’une écriture hybride qui ne serait ni mâle, ni femelle, à moins qu’elle ne relève des deux modèles, à l’image de cet esprit bifron dont se réclame le chantre de l’éclectisme littéraire. En se faisant l’écho de ces assignations genrées et d’une essentialisation du « masculin » et du « féminin », Balzac – parfois malgré lui – montre avant tout son aptitude à les transcender au profit d’un nouveau modèle, doublement transgénérique, de la création romanesque.

Organisateurs : José-Luis Diaz (joseluisdiaz64@gmail.com, Université Paris Cité), Jacques-David Ebguy (jdebguy@gmail.com, Université Paris Cité), Céline Duverne (c30duverne@gmail.com, Université Reims-Champagne Ardenne) et Lucie Nizard (lucienizard@gmail.com, Université Paris Cité), avec le soutien du CERILAC.

Bibliothèque Jacques Seebacher, 9 rue Thomas Mann, 75013 PARIS

 



Citer ce billet
Marie-Astrid Charlier (2022, 20 octobre). Des Filles d’Ève. Balzac et la “question femme” – séance introductive du séminaire du GIRB / 21 octobre 2022. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0jp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search