Queer British Art – par Annie Dubernard-Laurent

Queer British Art (1861-1967), Londres, Tate Britain (avril-octobre 2017).

 

Couverture du catalogue : Gluck (Hannah Gluckstein), Self-Portrait, 1942, Collection & © National Portrait Gallery, London

1861 marque l’abolition de la peine de mort pour sodomie en Grande-Bretagne et 1967 la décriminalisation de l’homosexualité masculine en Angleterre et au Pays de Galles. Entre les deux a lieu le procès d’Oscar Wilde (1854-1900) pour gross indecency, qui commence en avril 1895. L’écrivain est condamné à deux ans de réclusion et de travaux forcés (hard labour in solitary confinement).

Mais les peintres et sculpteurs ne chôment pas pendant cette période. Colin Cruise, spécialiste des mouvements préraphaélite et esthétique, commente la première partie de l’exposition consacrée aux artistes de ces écoles désignés comme queer. Le plus typique représentant de l’homosexualité masculine en leur sein est Simeon Solomon (1840-1905). Issu d’une riche famille juive, il exprime déjà dans ses premières aquarelles son propre désir, inavouable à l’époque, à travers des scènes bibliques comme celles de David et Jonathan, de la Torah et de ses rituels. Il fut arrêté en 1873 en Angleterre puis à Paris l’année suivante et termina sa vie en paria. Ses modèles sont très éloignés des corps académiques proposés aux étudiants des écoles d’art. Les siens sont pâles, tristes, et dénotent un état intérieur de frustration et d’aliénation. Ce sont des allégories de l’interdit. Son Bacchus de 1867 suggère plutôt un dieu qui a le vin triste ! Mais ne serait-il pas aussi le symbole de l’Art et de la Poésie, chéri des Muses ? Walter Pater ne s’y est pas trompé (A study of Dionysus, 1876). L’on retrouve ces ambiguïtés dans le personnage d’Endymion, inspiré du poème romantique de Keats de 1818 et déjà présent chez le peintre français Girodet en 1791.

Simeon Solomon, Sappho and Erinna in a Garden at Mytilene, 1864, Photo © Tate Creative Commons CC-BY-NC-ND (Unported)

Simeon Solomon est désormais regardé comme un pionnier de l’art gay à l’époque victorienne et moderne. Mais contrairement à lui, d’autres peintres offrent une vision beaucoup moins triste, plus grecque du corps masculin, comparable à celle qui nous est parvenue grâce aux statues de la Grèce antique et aux écrits platoniciens. C’est le cas du peintre-sculpteur Frederic Leighton (1830-1896), classique s’il en est, chantre de la beauté masculine (sans que l’on connaisse bien ses inclinations personnelles). Mais selon la conception victorienne, le nu artistique doit transcender le désir. Ainsi la critique morale n’a pas forcément de pertinence, car il est parfois difficile de se prononcer sur les intentions réelles de l’artiste. Il en va ainsi de William Richmond et de ses Bowlers, dont l’interprétation varie d’un expert à l’autre – avec cette division entre nus masculins d’un côté et nus féminins de l’autre, dans des poses tout de même suggestives de part et d’autre –, et de Walter Crane avec The Renaissance of Venus (1877). La dernière partie du siècle (et cette première partie de l’exposition, vouée à l’Esthétisme), en plus du retentissant procès de Wilde, est évoquée à travers les représentations de dandys, comme ce portrait à fière allure d’Aubrey Beardsley, un des peintres les plus crus de l’époque, par Jacques-Émile Blanche (1895) : Portrait of an X.

Quid de l’homosexualité féminine ? Elle ne faisait pas l’objet de condamnation aussi drastique, selon la commissaire de l’exposition, Clare Barlow. La chose n’était pas incompatible avec un mariage hétérosexuel, comme en témoignent le cas de l’épouse de l’archevêque de Canterbury et, parmi les artistes, certaines œuvres d’Evelyn De Morgan, dont le style se rapproche de celui de Simeon Solomon. Toutefois, les rapports entre De Morgan et la gouvernante de sa sœur restent là encore à prouver. On assiste donc moins à un conflit entre l’art et la morale de l’époque qu’à plusieurs façons d’aborder le corps et sa représentation.

 

Annie Dubernard-Laurent

 

Catalogue : Clare Barlow (dir.), Queer British Art (1861-1967), Londres, Tate publishing, 2017.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...