Quand Toulouse-Lautrec regarde Degas – par Olivier Sauvage

Quand Toulouse-Lautrec regarde Degas, Albi, Musée Toulouse-Lautrec (du 17 mai au 4 septembre 2022).

Ouvert en 1922 au bord du Tarn et à deux pas de la cathédrale Sainte-Cécile, dans l’ancien palais épiscopal de la Berbie, grâce à des dons de la mère, du neveu et du meilleur ami de l’artiste, le Musée Toulouse-Lautrec d’Albi a dignement célébré son centenaire en proposant une exposition ambitieuse. Malgré les trente années qui les séparaient, et même s’ils ne furent pas camarades d’atelier, Toulouse-Lautrec et Degas ne s’ignorèrent pas, grâce à des amis communs et à la fréquentation de lieux de sociabilité artistiques identiques. Dans le catalogue de l’exposition, Bruno Pasquier souligne ainsi que le jeune albigeois Henri de Toulouse-Lautrec s’installa à Montmartre, près du café La Rochefoucauld « où Degas avait ses habitudes » (p. 5). La pianiste Marie Dihau leur permit ensuite de faire connaissance. Tous deux la peignirent d’ailleurs en donnant le même titre à leur toile : Mademoiselle Dihau au piano (ill. 1et 2).

1. Edgar Degas : Mademoiselle Dihau au piano. Entre 1869 et 1872. Huile sur toile. 40,5 x 32,5 cm. Paris, Musée d’Orsay. N° d’inventaire : RF 2416. © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.

2. Henri de Toulouse-Lautrec : Mademoiselle Dihau au piano. 1890. Huile sur carton. 68 x 48,5 cm. Albi, Musée Toulouse-Lautrec. N° d’inventaire : MTL.132. © Tous droits réservés.

Grâce à une habile scénographie d’Ignasi Cristia, présentant leurs productions respectives face à face, et souvent côte à côte, les visiteurs peuvent mesurer la parenté d’inspiration qui reliait Degas et Lautrec, avec une prédilection commune pour les scènes équestres, le monde du cirque et les femmes, au point que le spectateur évolue sans hiatus d’une œuvre à l’autre.

Florence Saragoza, commissaire de l’exposition, a toutefois pris soin d’approfondir la comparaison. La section « Chercher le geste juste » s’attache à montrer les recherches esthétiques convergentes de Degas et de Toulouse-Lautrec, qui affectionnaient particulièrement le dessin et la couleur. Thadée Natanson écrivit à ce propos : « Degas que Lautrec continue s’il ne le dépasse, car il s’agit, de l’un à l’autre de vocabulaire de même famille » (Un Henri de Toulouse-Lautrec, p. 148). Maurice Joyant, l’ami fidèle du peintre albigeois, écrivit pour sa part que « M. Degas, ce grand classique […], trait d’union entre le passé et l’avenir, [fut] le père spirituel de Lautrec » (Joyant, 1926, p. 12). Il est vrai que « tous deux ont cultivé le non finito, réponse à leur conscience de la mobilité et de l’inachevé d’un monde et qu’ils s’attachent à explorer au travers de la figure tant humaine qu’animale. » (F. Saragoza, p. 6). De ce point de vue, la confrontation entre Rousse (La Toilette) et Femme se coiffant (ill. 3 et 4) se révèle fructueuse. Par son cadrage, son refus de la pose académique et son point de vue plongeant, Rousse s’inscrit dans le sillage des femmes à leur toilette peintes à la même époque par Degas. Les dessins présentés fournissent quant à eux une éloquente illustration de l’axiome degasien confié à Paul Valéry : « Le dessin n’est pas la forme, il est la manière de voir la forme. » (Degas danse dessin, p. 127)

3. Henri de Toulouse-Lautrec : Rousse (La Toilette). 1889. Huile sur carton. 67 x 54 cm. Legs de Pierre Goujon, 1914. Paris, Musée d’Orsay. N° d’inventaire : RF 2242. © Musée d’Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt.

4. Edgar Degas : Femme se coiffant. Entre 1887 et 1890. Pastel sur papier beige collé sur carton. 13. 82 x 57 cm. Paris, Musée d’Orsay. N° d’inventaire : RF 1942. © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.

Olivier Sauvage

Catalogue :

Quand Toulouse-Lautrec regarde Degas, F. Saragoza (dir.), Albi : Musée Toulouse-Lautrec, 2022.

 À lire :

Henri de Toulouse-Lautrec. Peintre, M. Joyant, 1926.

 Un Henri de Toulouse-Lautrec, T. Natanson, Genève : P. Cailler, 1951, rééd. Paris : Musée d’Orsay/RMN-Grand Palais, 2019.

 Degas : « je voulais être illustre et inconnu », H. Loyrette, Paris : Gallimard/RMN-Grand Palais, coll. « Découvertes », n° 36, 1988, nouvelle éd. 2012.

 Degas, danse, dessin, P. Valéry, Paris : A. Vollard, 1936, rééd. Gallimard, coll. « Folio essais », n° 323, 1998.

 Toulouse-Lautrec, D. Devynck, Paris : Éditions Jean-Paul Gisserot, coll. « Pour la peinture », 2003.

Toulouse-Lautrec au Musée d’Albi, D. Devynck, Albi : Grand Sud, 2009.

Degas, M. Padberg, trad. fr. de D.-A. Canal, Paris : Place des Victoires, coll. « Les Carrés des Arts », 2016.

Toulouse-Lautrec, H. Düchting, trad. fr. de D.-A. Canal, Paris : Place des Victoires, coll. « Les Carrés des Arts », 2017.

Toulouse-Lautrec, résolument moderne, S. Guégan et D. Devynck (dir.), Paris : RMN-Musée d’Orsay, 2019.

Pour citer cet article : Quand Toulouse-Lautrec regarde Degas – par Olivier Sauvage, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 09/10/2022, consulté le 05/02/2023. URL : https://serd.hypotheses.org/11204.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search