Théophile Gautier, Poésies, t. 2

Théophile Gautier, Poésies, t. 2, édition de Peter Whyre et Thierry Savatier, Paris, Champion, 2022, 670 p.

Ayant publié ses Poésies complètes en 1845, et ayant déclaré cette année-là dans ‘Adieux à la poésie’ (España) qu’il devait « tomber dans la prose », Gautier n’en continua pas moins de faire des vers jusqu’à la fin de sa vie. Sur les dix-huit poésies réunies dans l’édition originale d’Émaux et Camées (1852), douze furent publiées entre 1847 et 1851. Au fil des éditions de ce recueil (1853, 1858, 1863, 1866 et 1872), souvent considéré comme le sommet de son art poétique, le nombre de poèmes fut augmenté, de sorte qu’on en compte quarante-sept dans l’édition définitive. Il est vrai qu’après 1845 il ne fit plus de ces très longs poèmes que l’on trouve dans La Comédie de la mort (1838) et les Pièces diverses (1838), et qu’il ne créa pas d’autres recueils poétiques, mais il publia, pour la plupart dans des revues et journaux, trente-quatre poésies que nous avons rassemblées ici, avec dix qui datent de 1831- 1843, sous la rubrique Poésies 1831-1870 non recueillies en volume du vivant de l’auteur. On trouvera aussi dans ce second tome les Poésies posthumes (une vingtaine de distiques et de quatrains, une douzaine de sonnets, une vingtaine de bouts-rimés, et une quarantaine d’autres poésies et fragments), ainsi que les Poésies libertines. À la fin du volume, nous avons publié deux poésies longtemps attribuées à Gautier mais qui ne sont pas de lui, un sonnet inédit, et un poème qui semble avoir été écrit en collaboration avec Gérard de Nerval en 1831.

https://www.honorechampion.com/fr/editions-honore-champion/12659-book-08535728-9782745357281.html



Citer ce billet
Aude Jeannerod (2022, 7 septembre). Théophile Gautier, Poésies, t. 2. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0j2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search