Marceline Desbordes-Valmore : bibliographie d’agrégation par Esther Pinon

En complément de la bibliographie réalisée par Dominique Massonnaud pour la SMDV, voici la bibliographie d’Esther Pinon pour l’agrégation de lettres. Vous pouvez également la télécharger ici.

Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs : Bibliographie indicative

            1) Œuvres de Marceline Desbordes-Valmore (par ordre chronologique)

  1. a) Recueils

Élégies, Marie et Romances, Paris, F. Louis, 1819.

Poésies, Paris, F. Louis, 1820.

Poésies de Madame Desbordes-Valmore, Paris, T. Grandin, 1822.

Élégies et poésies nouvelles, Paris, Ladvocat, 1825.

Poésies, Paris, A. Boulland, 1830.

À mes jeunes amis. Album du jeune âge, Paris, A. Boulland, 1830.

Les Pleurs, Paris, Charpentier, 1833.

Pauvres fleurs, Paris, Dumont, 1839.

Le Livre des mères et des enfants : contes en vers et en prose, Lyon, L. Boitel, 1840.

Bouquets et prières, Paris, Dumont, 1843.

Poésies inédites, Paris, E. Dentu, 1860.

  1. b) Poésies complètes

Œuvres poétiques de Marceline Desbordes-Valmore, éd. Marc Bertrand, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2 vol., 1973.

Œuvre poétique intégrale de Marceline Desbordes-Valmore, éd. Marc Bertrand, Lyon, Jacques André, 2007.

  1. c) Récits

Les Veillées des Antilles [1820], éd. Aimée Boutin, Paris, L’Harmattan, coll. « Autrement mêmes », 2006.

Une raillerie de l’amour, Paris, Charpentier, 1833.

L’Atelier d’un peintre [1833], éd. Georges Dottin, postface Marc Bertrand, Lille, Miroirs éditions, 1992.

Le Nain de Beauvoisine, dans Le Conteur, recueil de contes et de nouvelles, Paris, Dumont, Charpentier, 1833, p. 117-142.

Contes [1834-1865], éd. Marc Bertrand, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989.

Le Salon de Lady Betty, mœurs anglaises, Paris, Charpentier, 1839.

Violette, Paris, Dumont, 1839.

Huit femmes [1845], éd. Marc Bertrand, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1999.

Sarah [1845], Château-Chervix, Éditions Relative, 2020.

Les Anges de la famille, Paris, A. Desessert, 1849.

Domenica [1855], éd. Marc Bertrand, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1992.

Jeunes têtes et jeunes cœurs : contes pour les enfants, Paris, L. Bonneville, 1855.

Les Petits Flamands [1865], éd. Marc Bertrand, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1991.

Contes et scènes de la vie de famille, dédiés au enfants, Paris, Garnier, 1865.

  1. d) Anthologies

Moulin Jeanine, Marceline Desbordes-Valmore, Paris, Seghers, coll. « Poètes d’aujourd’hui », 1955.

Poésies, éd. Yves Bonnefoy, Paris, Poésie/Gallimard, 1983.

L’Aurore en fuite, éd. Christine Planté, Paris, Seuil, coll. « Points », 2011.

Bertrand Marc, La Liberté sans effroi : (re)lire Marceline Desbordes-Valmore, Lyon, Jacques André, 2017.

Œuvres choisies, éd. Marc Bertrand, édition révisée et augmentée, Lyon, Jacques André, 2017.

  1. e) Correspondance

Sainte-Beuve Charles-Augustin, Madame Desbordes-Valmore : sa vie et sa correspondance, Paris, Michel Lévy frères, 1870.

Correspondance intime de Marceline Desbordes-Valmore, éd. Benjamin Rivière, Paris, Alphonse Lemerre, 1896.

Lettres inédites recueillies et annotées par son fils Hippolyte Valmore, préface de Boyer d’Agen, notes d’Artur Pougin, Paris, Louis Michaud, 1912.

Lettres de Marceline Desbordes à Prosper Valmore, éd. Boyer d’Agen, Paris, Éditions de la Sirène, 1924.

 

            2) Biographies

Ambrière Francis, Le Siècle des Valmore. Marceline Desbordes-Valmore et les siens, Paris, Seuil, 1987.

Descaves Lucien, La Vie douloureuse de Marceline Desbordes-Valmore [1898], Paris, Éditions d’Art et de Littérature, 1910.

Zweig Stefan, « Marceline Desbordes-Valmore » [1924], Les Grandes biographies, éd. Olivier Philipponnat, Paris, LGF, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque », 2014.

 

            3) Réception de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore au XIXe siècle

Barbey d’Aurevilly, « Poésies inédites de madame Desbordes-Valmore, publiées par M. Gustave Revilliod. (Chez Dentu) », Le Pays, 21 août 1860.

Baudelaire Charles, « Marceline Desbordes-Valmore », Revue fantaisiste, 1861.

Hugo Victor, « Poésies de Madame Desbordes-Valmore », Le Conservateur littéraire, février 1821.

Montesquiou Robert de, Félicité : étude sur la poésie de Marceline Desbordes-Valmore, Paris, Lemerre, 1894.

Sainte-Beuve Charles-Augustin,

– « Poètes et romanciers modernes de la France : Mme Desbordes Valmore », Revue des Deux Mondes, 1er août 1833.

– « Sur Mme Desbordes-Valmore », Revue de Paris, 1842, 6e volume, IVe série. [Texte reproduit dans J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2017, n° 1, p. 34-38.]

– « Madame Desbordes-Valmore, Le Moniteur, 13 août 1860.

Verlaine Paul,

– « Marceline Desbordes-Valmore », Les Poètes maudits, Paris, L. Vanier, 1888.

– « À propos de Desbordes-Valmore », Le Figaro, 8 août 1894.

 

            4) Études critiques

  1. a) Ouvrages et numéro de revue

Bertrand Marc et Torlay Geneviève, Louis Aragon et Marceline Desbordes-Valmore : essai de prosodie comparée, Paris, M. B. et G. T., 1997.

Bertrand Marc, Les Techniques de versification de Marceline Desbordes-Valmore, thèse présentée devant l’Université de Grenoble III, Lille, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1981.

– Une femme à l’écoute de son temps, Marceline Desbordes-Valmore, Lyon, Jacques André, 2009.

Boutin Aimée, Maternal Echoes : the Poetry of Marceline Desbordes-Valmore and Alphonse de Lamartine, Newark, University of Delaware Presse ; London, Associated University Press, 2001.

Greenberg Wendy, Uncanonical Women : Feminine Voice in French Poetry (1830-1871), Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1999.

Islert Camille et Prin-Conti Wendy dir., Marceline Desbordes-Valmore, « Les Pleurs », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Didact français », 2022 (sous presse).

Jasenas Éliane, Marceline Desbordes-Valmore devant la critique, Genève, Droz ; Paris, Minard, 1962.

Le Poétique, Desbordes-Valmore et Nerval, Paris, J.-P. Delarge, coll. « Encyclopédie universitaire », 1975.

Loubier Pierre, La Voix plaintive. Sentinelles de la douleur. Élégie, histoire et société sous la Restauration, Paris, Hermann, coll. « Savoir lettres », 2013.

Loubier Pierre et Vivès Vincent dir., Marceline Desbordes-Valmore poète, J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2020, n° 4, hors-série.

Paliyenko Adrianna M., Genius Envy. Women Shaping French Poetic History, 1801-1900, University Park, Penn State University Press, « Knowledge Unlatched », 2016.

Planté Christine, La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, nouvelle édition révisée, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2015.

Reid Martine, Des femmes en littérature, Paris, Belin, coll. « L’extrême contemporain », 2010.

  1. b) Articles

Andersson Kajsa, « La Pologne dans la vie et l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore », dans Kajsa Anderson dir., L’Image du Nord chez Stendhal et les romantiques, IV : études comparées, Örebro, Örebro University Library, 2007, p. 44-71.

Assa Sonia, « Je n’ai pas eu le temps de consulter un livre : les lectures de Marceline Desbordes-Valmore », Women in French Studies, Special Issue, 2012, p. 85-107.

– « ‘‘Dans un pleur assidu’’ : champs lexicaux de l’émotion dans la poésie de Marceline Desbordes-Valmore », Nottingham French Studies, 2020, vol. 59, n° 1, p. 15-33.

Berger Anne E., « L’idole maternelle en régime poétique bourgeois », dans Mireille Calle dir., Du féminin, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble ; Québec, Le Griffon d’argile, 1992, p. 203-220.

– « Féminités de la faim », dans Christine Planté dir., Masculin-féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 65-79.

Bertrand Marc, « Le vers impair dans l’œuvre poétique de Marceline Desbordes-Valmore : contribution à l’histoire du vers français », L’Information grammaticale, 2000, n° 84, p. 15-18.

Bivort Olivier, « Les ‘‘vies absentes’’ de Rimbaud et de Marceline Desbordes-Valmore », Revue d’histoire littéraire de la France, 2001/4 (vol. 101), p. 1269-1273.

Boudlel Mourad, « Marceline Desbordes-Valmore ou la poésie de la sensation pure. Tentative de rapprochement avec la poésie d’Arthur Rimbaud », Rimbaud vivant, 2005, n° 44, p. 105-119.

Boutin Aimée, « Une poétique de la voix maternelle chez Marceline Desbordes-Valmore », dans Jacques Wagner dir., La Voix dans la culture et la littérature françaises : 1713-1875, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2001, p. 197-207.

– « Marceline Desbordes-Valmore and the Sorority of Poets », Women in French Studies, 2001, vol. 9, p. 165-180.

– « Marceline Desbordes-Valmore et Alphonse de Lamartine ou les mères douloureuses de la poésie », dans Christine Planté dir., Masculin-féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 207-218.

Brée Germaine, « Marceline Desbordes-Valmore épistolière : l’errance dans le labyrinthe », Du romantisme au surnaturalisme. Hommage à Claude Pichois, Neuchâtel, À la Baconnière, 1985, p. 71-80.

Chovet Lucien, « Un faux Rimbaud encore non identifié ou Marceline Desbordes-Valmore, plagiaire par anticipation de Rimbaud », Histoires littéraires, 2001, n° 5, p. 61-66.

Dahany Michael, « Marceline Desbordes-Valmore and the Engendered Canon », Yale French Studies, n° 75 : The Politics of Tradition : Placing Women in French Literature, 1988, p. 129-147.

– « 1859, 23 juillet. Poète Maudite », dans Denis Hollier dir., De la littérature française, Paris, Bordas, 1993, p. 687-692.

– « Marceline Desbordes-Valmore et la fraternité des poètes », Nineteenth Century French studies, 1991, vol. 19, n° 3, p. 386-393.

Duflot Marianne, « La figure paternelle chez Marceline Desbordes-Valmore », Cahiers Robinson, 2007, n° 22, p. 51-68.

Gély Véronique, « Un autre roman de l’artiste : L’Atelier d’un peintre de Marceline Desbordes-Valmore », Revue de Littérature comparée, avril-juin 2016, n° 2, p. 173-184.

Greenberg Wendy, « An aspect of Desbordes-Valmore’s Life in Her Poetry », Nineteenth Century French Studies, 1989, vol. 17, n° 3-4, p. 299-306.

– « L’exil et la nostalgie chez Marceline Desbordes-Valmore », Cahiers de l’AIEF, 1991, n° 43, p. 81-93.

Johnson Barbara, « Gender and poetry : Charles Baudelaire and Marceline Desbordes-Valmore », dans Joan DeJean et Nancy K. Miller dir., Displacements : women, tradition, literatures in French, Baltimore, John Hopkins University Press, 1991, p. 163-181.

Kallel Monia, « La voix perdue de George Sand et Marceline Desbordes-Valmore », George Sand Studies, 2007, n° 26, p. 28-42.

Kaplan Edward K., « The Voices of Marceline Desbordes-Valmore : Deference, Self-Assertion, Accountability », French Forum, 1997, vol. 22, n° 3, p. 261-277.

Kurakata Kensaku, « Verlaine lecteur de Desbordes-Valmore », Revue Verlaine, 2018, n° 16, p. 63-69.

Lamblin Pierre-Jacques, « Quelques réflexions sur le fonds Desbordes-Valmore conservé à Douai », J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2017, n° 1, p. 20-25.

Lloyd Rosemary, « Baudelaire, Marceline Desbordes-Valmore et la fraternité des poètes », Bulletin baudelairien, 1991, vol. 26, n° 2, p. 65-74.

Lunn-Rockliffe Katherine, « Lyric and Memory : Marceline Desbordes-Valmore’s ‘‘Tristesse’’ », French Forum, 2017, vol. 42, n° 2, p. 217-232.

Medina Arjona Encarnación, « Marceline Desbordes-Valmore et les accents de la voix naturelle », dans Concepción Palacios et Pedro Méndez dir., Femmes nouvellistes françaises du xixe siècle, Bern, Peter Lang, coll. « Espacios literarios en contacto », 2013, p. 101-113.

Okabe Kyôko, « La poésie engagée de Marceline Desbordes-Valmore : une lecture de deux ‘‘Cantiques’’ », Études de langue et littérature françaises, Société Japonaise de Langue et Littérature Françaises, n° 109, août 2016, p. 3-20.

Péron Frédérique, « Marceline Desbordes-Valmore et ‘‘le temple de Thalie’’ », Nord’, revue de critique et de création littéraires du Nord / Pas-de-Calais, 2016/1, n° 67, p. 43-52.

Pinon Esther, « Les anges dans la poésie romantique, une poétique de l’unisson ? » dans Alain Génétiot et Camille Venner dir., L’Entretien du ciel et de la terre. Anges et poésie du Moyen Âge à nos jours, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2021, p. 191-208.

Planté Christine, « Marceline Desbordes-Valmore : l’autobiographie indéfinie », Romantisme, 1987, vol. 17, n° 56, p. 47-58.

– « L’art sans art de Marceline Desbordes-Valmore », Europe, n° 697, mai 1987, p. 164-175.

– « Marceline Desbordes-Valmore : ni poésie féminine, ni poésie féministe », Feminism, French Literature Series, 1989, n° XVI, p. 78-93.

– « Une lettre de femme. La lettre et le poème chez Desbordes-Valmore », Autour de George Sand. Mélanges offerts à Georges Lubin, Brest, Centre d’études des correspondances des xixe et xxe siècles, UPR 422 du CNRS, Faculté des Lettres et Sciences Sociales, 1992, p. 203-213.

– « Énigme de toi-même : les Poésies de Marceline Desbordes-Valmore », dans Christian Croisille dir., L’Année 1820, année des Méditations, Actes du colloque organisé par la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 1994, p. 113-126.

– « Marceline Desbordes-Valmore : le cri entre rhétorique et poésie », dans Alain Vaillant dir., Écriture / Parole / Discours : littérature et rhétorique au xixe siècle, Saint-Étienne, Éditions Printer, coll. « Lieux littéraires », 1997, p. 187-198.

– « Ce qu’on entend dans les voix : notes à partir de Marceline Desbordes-Valmore », dans Gérard Dessons dir., Penser la voix. Chant – Communication – Linguistique clinique – Littérature – Musique – Peinture – Psychanalyse – Théâtre, La Licorne, 1997, vol. 41, p. 87-105.

– « L’Atelier d’un peintre de Marceline Desbordes-Valmore, le roman d’une poète », George Sand Studies, 1998, vol. XVII, n° 1-2, p. 43-54.

– « Yves Bonnefoy lecteur de Marceline Desbordes-Valmore », Littérature et nation, 2001, n° 25, p. 163-178.

– « Tout un peuple qui crie : Marceline Desbordes-Valmore et l’insurrection des canuts (1834) », dans Jean-Yves Debreuille et Philippe Régnier dir., Mélanges barbares : hommage à Pierre Michel, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2001, p. 151-161.

– « ‘‘J’en étais’’ : le je du poète et la communauté chez Marceline Desbordes-Valmore », dans Chantal Massol et Damien Zanone dir., Le Moi, l’Histoire, 1789-1848, Grenoble, ELLUG, Université Stendhal, 2005, p. 117-132.

– « Frères et sœurs dans la poésie de Marceline Desbordes-Valmore », dans Claudie Bernard, Chantal Massol et Jean-Marie Roulin dir., Adelphiques. Sœurs et frères dans la littérature française du xixe siècle, Paris, Kimé, coll. « Détours littéraires », 2010, p. 129-160.

– « ‘‘Une poète, cette chose si rare’’ : Barbey d’Aurevilly critique des femmes poètes », dans Brigitte Diaz dir., Barbey d’Aurevilly en tous genres, Caen, Presses Universitaire de Caen, 2010, p. 153-168.

– « Mme Récamier et Marceline Desbordes-Valmore. Relations féminines autour de l’Abbaye-aux-Bois », dans Delphine Gleizes et Sarga Moussa dir., Juliette Récamier dans les arts et la littérature, Paris, Hermann, 2011, p. 57-79.

– « La place problématique des femmes poètes », dans Martine Reid dir., Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 55-72.

– « Verlaine, Debordes-Valmore – Les deux pleureuses de l’Ariette IV », Revue Verlaine, n° 11, 2013, p. 15-41.

– « Oubliée par qui, je vous prie ? », dans Michel Pierssens dir., Oubliettes et revenants : dix-neuvième Colloque des Invalides, 6 novembre 2015, Tusson, du Lérot éditeur, 2016, p. 77-82.

– « Comment l’appelez-vous ? », J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2018, n° 2, p. 5-9.

Porter Laurence M., « Poetess or Strong Poet ? Gender Stereotypes and the Elegies of Marceline Desbordes-Valmore », French Forum, 1993, vol. 18, n° 2, p. 185-194.

Prin-Conti Wendy, « ‘‘Éternelle vivante aux mains ensevelies’’ : Marceline Desbordes-Valmore dans Les Muses françaises de Rosemonde Gérard », J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2018, n° 2, p. 57-65.

Richard Jean-Pierre, « Une robe de soie », dans Michel Crouzet dir., Relais : dix études réunies en hommage à Georges Blin, Paris, José Corti, 2001, p. 39-50.

Ringuedé Yohann, « ‘‘Je rugirai.’’ Formes et enjeux de la déploration politique dans la poésie romantique », Romantisme, 2022, n° 196, p. 94-104.

Roy Claude, « Marceline Desbordes-Valmore », Les Soleils du romantisme, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1974, p. 153-162.

Seth Catriona, « Les Muses de l’Almanach. La poésie au féminin dans l’Almanach des Muses, 1789-1819, dans Christine Planté dir., Masculin-féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 105-119.

Thuault Elena, « La confidence théâtralisée dans les élégies de Marceline Desbordes-Valmore : le cas d’une écriture de l’hybridation générique, entre poésie et théâtre », Corela, 2016, vol. 14, n° 1, en ligne : https://journals.openedition.org/corela/4576#bodyftn7

Vincent Patrick H., « Lucretia Davidson in Europe : Female Elegy, Literary Transmission and the Figure of the Romantic Poetess », Romanticism on the Net, février-mai 2003, n° 29-30, en ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/ron/2003-n29-30-ron695/007724ar/

Wojda Aleksandra, « Voix et limites de l’individuation féminine : Domenica (1842) », J’écris pourtant. Bulletin de la Société des Études Marceline Desbordes-Valmore, 2019, n° 3, p. 95-107.

 

         5) Ressources en ligne

Société des Études Marceline Desbordes-Valmore : https://www.societedesetudesmarcelinedesbordesvalmore.fr/

Lang Xavier, Marceline Desbordes-Valmore. Sa vie d’après sa correspondance : https://www.correspondancedesbordesvalmore.com/

 



Citer ce billet
Romain Enriquez (2022, 28 septembre). Marceline Desbordes-Valmore : bibliographie d’agrégation par Esther Pinon. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0jc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search