Boilly. Chroniques parisiennes – par Élise Urbain Ruano

Boilly. Chroniques parisiennes, Paris, musée Cognacq-Jay (du 16 février au 26 juin 2022).

Fig. 1 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Autoportrait en sans-culotte, vers 1793. Huile sur carton, 23 × 17 cm, coll. part. © Guillaume Benoît

L’exposition dont le commissariat général est assuré par Annick Lemoine et Sixtine de Saint-Léger, respectivement directrice et attachée du conservation du musée Cognacq-Jay, nous présente Louis Léopold Boilly (1761-1845), peintre originaire du Nord de la France (formé à Douai et Arras), comme chroniqueur de la vie parisienne, ville dans laquelle il vit et travaille à partir de 1785. Période mouvementée s’il en est : il aura vu passer des monarchies, des républiques et un empire et, sans gravité ni implication apparente, aura témoigné tout au long de sa carrière des petites joies et légers travers de la vie de ses contemporains.

La première salle de l’exposition, qui rassemble des autoportraits couvrant l’ensemble de la vie de Boilly, annonce le programme : l’artiste se met en scène et joue avec nous. L’autoportrait en muscadin et celui en sans-culotte qui lui fait face (fig. 1) nous font bien comprendre que tout ceci n’est que mascarade, qu’il ne faut jamais trop le prendre au sérieux et mettent en évidence son regard détaché sur son époque. Une vraie tendresse pour son sujet se dégage de ses œuvres, notamment pour les enfants en général et sa famille en particulier (Trompe-l’œil : « Mes petits soldats », grisaille à l’imitation de l’estampe, 1809, Douai, musée de la Chartreuse).

La muséographie a été très bien pensée, il faut le souligner. Tout d’abord, l’exposition se met – littéralement – à hauteur d’enfant. Le jeune public est amené à jouer à reconnaître l’artiste qui, lui-même joueur, visite souvent ses propres œuvres au moyen d’autoportraits plus ou moins évidents à retrouver, à la manière d’un Hitchcock passant en arrière-plan de ses films. Des cartels placés à hauteur des yeux d’enfants permettent de suivre ce cheminement à travers l’exposition.

Fig. 2 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), L’Arrivée d’une diligence dans la cour des Messageries, 1803. Huile sur panneau, 62 x 108,5 cm. Paris, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

Ensuite, des rapprochements d’œuvres particulièrement bien choisis retiennent l’attention. L’Arrivée d’une diligence dans la cour des Messageries (fig. 2) est accompagnée d’un dessin d’ensemble (musée du Louvre) et de plusieurs études de personnages très achevées (coll. part.) qui, au-delà de témoigner du processus de création, mettent en valeur la technique très minutieuse de l’artiste. La galerie des petits portraits enfin (fig. 3), très attendus, car caractéristiques de son travail, et qui font face aux caricatures, joue très bien de l’effet d’accumulation des œuvres dans cet espace réduit. On y retrouve toute l’ambiguïté du portrait peint : à la fois œuvre d’artiste, mais aussi d’artisan, pratique commerciale, répétitive et lucrative à la technique brillante. Au vu du succès rencontré auprès de sa clientèle, on ne peut s’empêcher de penser à la passion pour les portraits-cartes qui se déchaînera quelques années plus tard et se demander si Boilly aurait été photographe… C’est qu’il est toujours prêt à expérimenter de nouvelles techniques.

Fig. 3 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Quarante portraits, vers 1798. Huile sur toile, 22 x 16 cm. Coll. part. © Shac : Étienne Bréton / Saint-Honoré Art Consulting © Guillaume Benoît

L’exposition nous en montre plusieurs exemples, dont la très originale Lanterne magique (vers 1808-1814, huile sur plaque de verre, avec au verso un dessin préparatoire à l’encre contrecollé et découpé suivant le contour légèrement réduit des silhouettes, coll. Robert Panhard). La peinture sur plaque de verre et la lanterne magique ne sont pas des pratiques nouvelles (on pensera aux panoramas de Carmontelle), mais ici on a une efficace mise en abyme dans une peinture qui utilise le verre et le bois pour donner un effet de profondeur à une scène de projection de lanterne magique. Le goût de l’artiste pour l’innovation technique s’exprime aussi dans sa pratique précoce de la lithographie et dans la représentation d’un « zograscope » (L’Optique, avant 1798, coll. part.) pour lequel le musée a pu rapprocher l’objet et sa représentation. Le catalogue nous explique que, « composé d’une lentille biconvexe et d’un miroir incliné [il] permet d’accentuer la profondeur de la vue » (p. 126). Cet outil fait partie des nombreux accessoires destinés à aider les peintres dans la composition de leur œuvre. Boilly joue décidément avec son spectateur en peignant un outil du peintre… Cette même petite salle présente un autre rapprochement très intéressant : pour le même sujet (La Queue au lait) sont présentés la peinture, un détail de celle-ci dans un trompe-l’œil et la copie autographe en grisaille à l’imitation de l’estampe (coll. part.). On comprend ainsi concrètement comment l’artiste réutilise les modèles et joue avec les techniques qu’il maîtrise toutes.

Les autres salles portent peu ou prou sur le même sujet : Paris et les Parisiens. « Chroniques parisiennes », « Le spectacle des boulevards », « Les Paris de Boilly » sont plusieurs manières de nommer la même chose. Au fil des œuvres, on voit de manière répétée, mais jamais lassante, comment l’artiste témoigne des transformations de la capitale. Les nouveaux espaces de loisir comme les cafés, les promenades des boulevards, les spectacles sont abondamment illustrés.

Fig. 4 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), L’Entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique à une représentation gratis, 1809. Huile sur toile, 65,5 x 81 cm. Paris, Musée du Louvre, Département des Peintures, Legs Mr Georges Heine © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

L’entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique à une représentation gratis (fig. 4) est caractéristique de l’esprit malicieux qui imprègne toute l’œuvre de Boilly : le spectacle est dans la rue avant d’être sur la scène. Le spectateur du tableau est invité à s’inventer des histoires, au-delà même de la scène représentée, en collectant les indices. Que se passera-t-il si le petit chien se précipite pour manger le gâteau ? Tout est jeu, tout est léger, même le sordide, comme la prison des femmes ou les enfants mendiant. Boilly s’est-il senti concerné par les conditions de vie difficiles d’une grande partie des citadins, ou bien la misère est-elle un spectacle comme un autre ? On ne le saura pas en lisant les cartels dont le propos est toujours léger. En particulier, la manière dont est commentée La Prison des Madelonnettes (fig. 5) peut questionner : ces détenues badinent-elles (c’est le terme utilisé) vraiment avec les gendarmes ? La question est soulevée par Anne-Laure Sol dans le catalogue qui évoque « l’attitude ambiguë des soldats, à la fois geôliers et clients potentiels » (p.66).

Fig. 5 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), La Prison des Madelonnettes, vers 1815-1819. Huile sur papier marouflé sur toile, 76 x 106 cm. Musée Carnavalet, Histoire de Paris © Paris Musées / Musée Carnavalet

De plus, la manière dont certaines compositions mettent en relation riches et pauvres interpelle. Observant La Représentation des marionnettes (vers 1812, coll. part.), si on oublie la chronologie et qu’on se concentre sur le regard grave que la petite fille adresse au jeune garçon, on croirait se trouver devant une illustration du Joujou du pauvre de Baudelaire. Enfin, les incontournables et très réussis trompe-l’œil ont une salle dédiée et au vu de la réaction des visiteurs, il semble que la magie des illusions opère toujours…

Fig. 6 : Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Le Doux Réveil, vers 1789-93. Huile sur toile, 32,5 x 23,5 cm. Paris, musée Cognacq-Jay © Paris Musées / Musée Cognacq-Jay

On termine étrangement (mais vu la configuration des lieux, assez logiquement) par quelques œuvres du début de la carrière de l’artiste (fig. 6). Placées à l’étage, en regard du lit à la polonaise, elles nous rappellent que Boilly a commencé sa carrière dans les dernières années de l’Ancien Régime. Ces petits tableaux sont parfaitement représentatifs d’une génération de petits maîtres des années 1780, si ce n’est que la touche de l’artiste est plus proche du lisse néoclassicisme que de la rocaille tumultueuse. Se déplacer ainsi à l’étage, pour revenir au XVIIIe siècle après avoir suivi l’artiste pendant une quarantaine d’années au XIXe siècle, fait vraiment l’effet d’un bond en arrière dans le temps. On comprend alors la modernité de Boilly et son étonnante capacité à capter l’essence de son époque. En s’attardant sur les œuvres, on suit l’évolution de la caractérisation des personnages de ses scènes de genre, ici des rentiers ruinés et des Incroyables en déroute (La Marche Incroyable, vers 1797, coll. part.), là la foule en liesse de la mascarade, ainsi que l’évolution des modes vestimentaires et des attitudes, du Directoire à la Restauration.

Dans l’ensemble, l’exposition rappelle la rétrospective qui avait été présentée au Palais des Beaux-arts de Lille en 2011-2012, avec des nouveautés appréciables. On notera en particulier la présence d’œuvres rarement vues, car en mains privées. Celles·ux qui découvrent Boilly bénéficieront d’un large éventail de son œuvre et si on connaît déjà l’artiste, on aura grand plaisir à le retrouver ainsi. Boilly réussit la gageure d’être à la fois un homme de son temps et d’avoir peint une œuvre à la bonne humeur communicative et intemporelle : sa stratégie de communication n’a pas pris une ride, et on se surprend, à la sortie du musée, à porter un regard nouveau sur les Parisien·ne·s de son temps.

Élise Urbain Ruano

Catalogue :

Boilly. Chroniques parisiennes, Paris, Paris Musées / Musée Cognac-Jay, 2022.

À lire :

Étienne Bréton et Pascal Zuber, Boilly. Le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe, Paris : Arthéna, 2019.

Annick Lemoine (dir.), Louis-Léopold Boilly. Chroniques parisiennes, Paris : Paris Musées, Musée Cognacq-Jay, 2022.

Annie Scottez-De Wambrechies et Florence Raymond, Boilly, 1761-1845, [Paris] : N. Chaudun ; Lille : Palais des beaux-arts, 2011.

Pour citer cet article : Boilly. Chroniques parisiennes – par Élise Urbain Ruano, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 02/07/2022, consulté le 09/08/2022. URL : https://serd.hypotheses.org/10579.

 

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search