Appel à contribution “Stylistique”, Romantisme, 2024-1

“Stylistique”

Numéro de la revue Romantisme (2024-1)

Dossier dirigé par Jacques Dürrenmatt

Propositions d’articles à envoyer avant le 15 septembre 2022

La stylistique comme discipline distincte de la rhétorique et envisagée comme composante des sciences linguistiques se stabilise avec les travaux de Charles Bally qui publie en 1905 son Précis de stylistique présenté comme « esquisse d’une méthode fondée sur l’étude du Français moderne ». Comme l’a noté Anamaria Curea, « l’échafaudage » en « est encore fragile ». C’est en travaillant sur la question de l’expressivité que le linguiste s’efforcera par la suite de dissocier la stylis­tique de pratiques tant anciennes, comme les études sur l’art d’écrire, qu’en train d’émerger parallèlement, comme la psycholinguistique. Le romancier Antoine Albalat, quelques années auparavant, dans L’Art d’écrire enseigné en vingt leçons (1899) s’était proposé de remédier à un prétendu manque criant en « démontrant » les « procédés de style » et notamment en proposant une « analyse intrinsèque et détaillée de la science des phrases ». Le modèle revendiqué est L’Art d’écrire de Condillac présenté pour autant par Albalat comme une simple « tentative de désarticulation gramma­ticale » trop coupée de la littérature.

Cette praxis du style fait la part belle aux « styles d’auteurs » qu’Albalat creusera très vite avec d’autres ouvrages qui s’intéresseront à leurs autocorrections. Elle propose des exercices de comparaison et de pastiche qui préfigurent les réussites de Proust dans le domaine. Le constat très négatif d’Albalat sur un XIXe siècle incapable de prendre en compte de façon fouillée et cons­tructive les procédés d’expression autrement qu’à travers le filtre de plus en plus usé et inadéquat de la rhétorique interroge.

Aussi caricaturales et peu scientifiques que puissent être souvent les analyses et propositions du romancier, elles n’en apparaissent pas moins novatrices à ses contemporains et rencontrent un succès immédiat, appelé à durer, puisqu’elles semblent effectivement combler un vide. A moins qu’elles ne rendent accessibles de façon simple et synthétique un ensemble de pratiques jusqu’ici marginalisées par la mainmise de la rhétorique et de la grammaire nor­mative, ou marginales parce qu’elles se développent dans des domaines distincts de l’étude de la littérature française : ainsi de la Stylistique latine de l’Allemand E. Berger traduite en français en 1884 ou de la révolutionnaire stylométrie, certes présentée en français par le Polonais W. Lutoslawski en 1897 devant l’Académie des Belles-Lettres mais pour être appliquée aux dialogues de Platon et se trouver publiée sous forme d’ouvrage en anglais.

L’objectif de ce numéro est d’interroger ce qui contredit au XIXe siècle le constat négatif d’Albalat mais aussi prépare les propositions théoriques de Bally. Comment l’objet style change-t-il de statut pour autoriser un autre type d’approche, à travers notamment l’étude de stylèmes (le mot apparait dans les années 1880) ? Comment le système éducatif produit-il de nouveaux exercices liés à cette évolution ? Comment la critique s’habitue-t-elle à juger autrement les pratiques stylistiques que par des considérations inspirées de la rhétorique ou des adjectifs vagues et généraux (plat, riche, spirituel, etc.) ? Comment l’analyse esthétique des phrases des écrivains devient-elle un enjeu crucial dans cette perspective ? Dans quelle mesure l’évolution de la critique d’art (peinture, musique, etc.) joue-t-elle ou non un rôle dans cette émergence avant et avec Morelli ? Peut-on enfin déceler dans les textes du XIXe siècle une préscience de ce qui constitue les fondements d’une stylistique contemporaine qui pense en termes de variations, de saillance, de quantité et de motifs, etc., et non plus d’écarts comme l’ont longtemps fait les méthodes inspirées de la rhétorique néoclassique ? Quelles conséquences les approches stylistiques des œuvres du XIXe auront-elles sur la lecture qui en est faite ?

Trois axes seront donc privilégiés :

1) Comment évoluent les considérations sur le style au cours du XIXe siècle dans la critique et les discours d’artistes et quel rôle jouent-elles dans la constitution et l’identification des mouvements et écoles mais aussi dans la transformation des manières singulières ?

2) Comment émerge la stylistique en tant que discipline scolaire, universitaire et scientifique au tournant des XIXe et XXe siècles et qu’engage cette apparition dans les pratiques d’écriture ?

3) Comment les différentes stylistiques qui coexistent au cours des XXe siècle utilisent-elles comme objets les arts du XIXe siècle à des fins spécifiques et quelles en sont les conséquences sur la réception qui en est faite ?

Les propositions d’articles (titre et présentation en une page maximum) sont à envoyer avant le 15 septembre 2022 à Jacques Dürrenmatt (jacques.durrenmatt@sorbonne-universite.fr). Les articles acceptés ne devront pas dépasser 30.000 signes, espaces comprises, et devront être accompagnés d’un résumé en français de 900 signes maximum.

Orientations bibliographiques :

Antoine Gérald et Martin Robert (dir.), Histoire de la langue française 1880-1914, CNRS éditions, 1985.

Badiou-Monferran Claire (dir.), La Littérarité des belles-lettres, Classiques Garnier, 2013.

Bernadet Arnaud et Dessons Gérard (dir.), Une histoire de la manière, La licorne n°102, 2013.

Bordas Éric, « Style » un mot et des discours, Kimé, 2008.

Curea Anamaria, Entre expression et expressivité : l’école linguistique de Genève de 1900 à 1940, ENS éditions, 2015.

Dürrenmatt Jacques (dir.), “Polices du langage”, Romantisme n°146, 2010.

Jey Martine, La littérature au lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Université de Metz, 1998.

Karabétian Étienne, Histoire des stylistiques, Colin, 2000.

Legallois Dominique, Charnois Thierry, Larjavaara Meri : « The balance between quantitative and qualitative literary stylistics: How the method of ”motifs” can help », dans Legallois, Charnois, Larjavaara, The Grammar of Genres and styles, De Gruyter Mouton, 2018.

Moussa Sarga (éd.), Le XIXe siècle et ses langues, 2012 : https://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-et-ses-langues.

Philippe Gilles, Sujet, verbe, complément : le moment grammatical de la langue française 1890-1940, Gallimard, 2002.

Saint-Gérand Jacques-Philippe (dir.), “La Langue française du XIXe siècle et son histoire”, L’Information grammaticale n° 90, juin 2001.

Siouffi Gilles (dir), Une histoire de la phrase française, Actes Sud, 2020.


Vous aimerez aussi...