Émile Stahl, paysagiste de l’âme alsacienne – par Olivier Sauvage

Émile Stahl, paysagiste de l’âme alsacienne, Schiltigheim, Ferme Linck (du 13 novembre 2021 au 28 février 2022).

Ill. 1 : Émile Stahl (1847-1938), Tête d’enfant, s. d., dessin, 52 x 39,5 cm, collection des Amis de Lucien et Claire Jung, © Maurice Besset.

La rétrospective proposée par les services culturels de la mairie de Schiltigheim offre un remarquable résumé du parcours artistique d’Émile Stahl en dépit du nombre restreint d’œuvres offertes aux regards. L’événement a été rendu possible par l’action conjointe de la municipalité et de Maurice Besset, président de l’association des Amis de Lucien et Claire Jung, détentrice de la collection léguée par le peintre schilikois Lucien Jung (1936-2012) et son épouse Claire (disparue en 2015). Ami de Tomi Ungerer et proche du neveu de Stahl, Ernest Wickersheimer, Lucien Jung réalisa la plupart de ses toiles de jeunesse dans l’ancien atelier d’Émile Stahl mis à disposition par son héritier, jusqu’à la destruction du Holzplatz en 1970. L’action des époux Jung permit de mettre en valeur l’œuvre de cet artiste tombé dans un certain oubli au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Ill. 2 : Émile Stahl (1847-1938), Autoportrait, s. d., huile sur toile, 45 x 36 cm, collection des Amis de Lucien et Claire Jung, © Jean-Marie Guldner.

Les deux nus masculins qui ouvrent l’exposition furent réalisés dans l’atelier de Bonnat. Ils attestent du degré de maîtrise atteint par le jeune Stahl. D’autres dessins révèlent la finesse de son trait, qui rend avec sensibilité les expressions des enfants qu’il choisit comme modèles, tels Petit garçon et petite fille jouant avec un chat, ou encore cette délicate Tête d’enfant (ill. 1). L’autoportrait occupe en outre une place importante dans son œuvre, comme en témoignent quatre des tableaux sélectionnés. Admirateur de Rembrandt, Stahl pratiqua ce genre pictural introspectif de manière régulière, à la façon de son maître, sans sombrer dans le pastiche ou le décalque. Il se dépeint sans fioritures, son visage se détachant sur un fond sombre (ill. 2) d’une grande sobriété, qui peut sembler intimidante. Ses portraits de proches dégagent pourtant une vraie humanité, tel celui de sa sœur Emma, qui allie un indéniable savoir-faire à une grande retenue dans l’expression des émotions et le chromatisme.  

Stahl ne datant que rarement ses productions, la chronologie de ses œuvres n’est pas toujours aisée à établir, mais ses évolutions stylistiques permettent tout de même de retracer son parcours artistique. Cela transparaît particulièrement dans ses paysages, qui donnent à voir l’affection du peintre pour sa région natale, mais aussi la transformation progressive de sa touche, de plus en plus façonnée par la lumière méditerranéenne. Le Paysage d’Alsace montré à la Ferme Linck semble ainsi avoir quelque chose d’italien, un peu à la manière de certaines vues du Sundgau peintes par Henner après ses années romaines. Ses natures mortes et ses scènes de genre doivent quant à elles autant à la tradition picturale hollandaise qu’aux artistes espagnols admirés lors du voyage de 1897-1898, mais Stahl leur confère un supplément d’âme éloigné de toute imagerie naïvement folklorique.

Ill. 3 : Émile Stahl (1847-1938), Gardienne de chèvres, s. d., huile sur toile, 204 x 159 cm, collections de la Ville de Schiltigheim, en dépôt à la Ferme Linck, © Jean-Marie Guldner.

La Gardienne de chèvres (ill. 3) complète l’exposition. Propriété de la Ville de Schiltigheim, l’œuvre manifeste le goût du peintre pour les scènes contemplatives et les atmosphères sereines. La palette chromatique et la facture évoquent certains peintres symbolistes comme Edgar Maxence, mais aussi le naturalisme apaisé d’un Bastien-Lepage. Mis en valeur par la scénographie, ce tableau de grande dimension constitue le point d’orgue d’une rétrospective qui permet d’embrasser l’ensemble d’un itinéraire pictural en utilisant au mieux les contraintes spatiales de la Ferme Linck.

Artiste curieux et sans cesse en quête de découvertes et d’expériences, Émile Stahl fut bien plus qu’un honnête peintre local. Son œuvre, variée et personnelle, offre une synthèse harmonieuse de plusieurs influences qu’il dépasse intelligemment pour élaborer une vision personnelle mûrement réfléchie. Face à ses paysages et à ses scènes d’intérieur, nous sommes éloignés du chromo autant que du pittoresque facile. Peintre réaliste, voire naturaliste, témoin du monde contemporain, à la touche assez âpre à ses débuts malgré sa formation académique, Stahl évolua vers un dépouillement croissant et un penchant de plus en plus affirmé pour l’abstraction et la relégation du sujet au second plan. Sa volonté de tendre vers un intimisme à portée universelle touche encore le spectateur aujourd’hui. Le sous-titre de l’exposition de Schiltigheim s’avère à cet égard très justement choisi : Émile Stahl est bel et bien un paysagiste de l’âme.     

Olivier Sauvage

J’adresse mes plus chaleureux remerciements à Madame Andrée Buchmann, adjointe au maire en charge du Patrimoine et de la Culture au sein du Conseil municipal de Schiltigheim, ainsi qu’à Messieurs Maurice Besset, président de l’association des Amis de Lucien et Claire Jung, et Jean-Pierre Nafziger, président de l’association Mémoire et Patrimoine de Schiltigheim, pour leur disponibilité et leur bienveillance. Je suis également très reconnaissant à Monsieur Jean-Marie Guldner de m’avoir autorisé à utiliser certaines de ses reproductions photographiques à titre d’illustration.  

À lire :

René Metz, Émile Stahl, 1847-1938, Saint-Dié : Éditions Le Chardon, 1987 ; rééd. Stahl, Françoise Metz (dir.), Bernardswiller : I.D. l’Édition, 2013. 

F. Lotz, Artistes-peintres alsaciens de jadis et de naguère (1880-1982), Kaysersberg : Printek, 1987.

J. et W. Kiwior, Le Kunschthaafe. Art, histoire et gastronomie en Alsace, Strasbourg : Aktuaryus, 2010.

C. Jordy, L’Alsace vue par les peintres, Thionville : Serge Domini Éditeur, 2013.

R. Wetzig, Dictionnaire des signatures des peintres, dessinateurs, lithographes et graveurs alsaciens, Colmar : Jérôme Do Bentzinger éditeur, 2 vol., 2015.

Pour citer cet article : Émile Stahl, paysagiste de l’âme alsacienne – par Olivier Sauvage, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 05/06/2022, consulté le 25/06/2022. URL : https://serd.hypotheses.org/10250.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail).

 

 


Vous aimerez aussi...