L’Atelier du XIXe siècle

Centre Jacques Seebacher
Université Paris –Diderot
Les Grands Moulins
Bât. A, 2e étage
5, rue Thomas Mann 75013-Paris
atelier

Grandville, « L’atelier du feuilleton »

1. 5 mai 2012 : L’écriture du voyage

• Sarga Moussa (CNRS-Lire, Université Lyon II), « La médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier ».
• Roland Le Huenen (Université de Toronto), « Écriture du voyage/écriture du roman (Sand) »

 

2. 2 juin 2012 : Ethnocritique de la littérature

• Jean-Marie Privat (Université de Metz), « Les intersignes du roman. L’exemple de Madame Bovary ».
• Sophie Ménard (UQAM, post-doctorante en ethnocritique) : « Les savoirs de la culture : ethnocritique des figures de la folie chez Zola ».
• Discutante : Florence Dupont (ethnopoétique, Paris 7)

 

3. 6 octobre 2012 : Stylistique de la prose

• Éric Bordas (ENS Lyon) : « Style et rythme de la prose »
• Gilles Philippe (Université Paris III) : « Style et norme ».

 

4. 24 novembre 2012 : Ethos / postures / scénographies

• Dominique Maingueneau (Paris XII) : « L’ethos, un articulateur »
Après avoir rappelé l’instabilité foncière de la notion d’ethos, voire d’ethos discursif, et rappelé quelques caractéristiques essentielles de sa propre conception, Dominique Maingueneau évoquera quelques difficultés soulevées par son application au discours littéraire. Pour ce faire il s’appuiera sur des exemples tirés d’époques et de genres différents. Ce rapide survol incite à plaider en faveur d’une théorie de l’ethos qui soit modulable en fonction des corpus concernés.
• Jérôme Meizoz (Lausanne) : « Positionnement et singularisation : l’auteur comme posture »
Jérôme Meizoz présentera une recherche menée ces dernières années en vue d’une sociopoétique de l’auteur. Une genèse de ce travail sera faite sur les phénomènes posturaux et leurs répertoires historiques. À partir de deux exemples principaux, J.-J. Rousseau et L.-F. Céline, il insistera sur le point de vue interactionniste sous-jacent à cette réflexion. Un document sera distribué avec les citations principales et la bibliographie de l’exposé.
• José-Luis Diaz (Paris VII) : « Variations sur une scénographie : ethos ironiques et postures préfacielles (1830-1833) »
José-Luis Diaz se propose de travailler surtout sur une préface de style « Jeune-France », la Préface des Roueries de Trialph notre contemporain avant son suicide, de Charles Lassailly (1833), pour voir comment s’y joue une scénographie à la fois ironique et désenchantée de l’après 1830. Comme tous ses pareils, ce jeune écrivain y adopte une « posture », visible de loin, qui comporte des traits communs avec deux des méta-scénographies alors existantes, mais qu’il s’emploie à singulariser au maximum. Il le fait en investissant avec jubilation un genre discursif jouissant alors de tout son prestige : la préface. Car, du fait de sa force pragmatique, c’est là un espace paratextuel stratégique que ne manquent pas d’investir tous ces jeunes écrivains qui, après 1830, veulent entrer dans le champ (de visibilité) littéraire et s’y faire remarquer. Cela avec, en gros, les mêmes arguments – et les mêmes « poses » : jeunesse affichée, prise de distance par rapport aux écrivains consacrés et aux modes littéraires ambiantes, propos provocateurs, dévaluation de soi, rapport ironique aux « juges » qui les attendent, mais aussi affirmation de soi à La Corrège (Anch’io son pittore !), etc. Ce qui se traduit sur le plan discursif par l’adoption de protocoles d’énonciation et de manières stylistiques spéciales, faisant signature, et en déclinant donc des ethè différents mais aux ressources semblables.
Il convient donc d’avoir quelques autres préfaces de même acabit en vue pour établir les comparaisons qui s’imposent, et qui seules permettent de décider dans quelle mesure il y a scénographie à usage collectif malgré la singularisation outrancière. Les préfaces de Borel (Rhapsodies, 1832), de Philothée O’Neddy (Feu et Flamme, 1833), mais aussi celles de Gautier (Albertus, 1832 ; Les Jeunes-France, 1833) ou encore celles de Musset (Contes d’Espagne et d’Italie, 1830 ; « Dédicace » de La Coupe et les Lèvres, 1832) pourront fournir cet arrière-fonds.
Cet exposé s’inscrit dans une tentative plus large d’explorer en leurs diverses espèces rivales scénographies et ethè des ironistes de l’époque romantique (Musset, Gautier, Janin, Balzac, les Jeune-France, le Petit Journal…), pris dans le chronotope étroit des années 1830-1835, où il s’agit pour chacun d’exister dans un champ de visibilité vite saturé, au moyen de happenings spirituels, dont les préfaces et l’écriture de presse sont les terrains d’élection, en vertu de leur capacité à mettre en branle un « agir communicationnel ». Ce que J.-L. Diaz a déjà fait pour les Jeunes-France pris en général, pour le Balzac « phosphorique » de l’après 1830, pour le dandysme littéraire de l’après 1830, et plus récemment pour le Musset des Comédies et proverbes.
• Élise Sorel (Paris IV) : « Scénographie auctoriale et “prêts à écrireˮ : le “making of myselfˮ du dandy par un certain modèle d’écriture ? »
S’intéressant à l’articulation entre posture et écriture, Élise Sorel interrogera l’existence de « prêts à écrire » impliqués par la représentation de certaines postures d’écrivain. Elle prendra pour exemple l’ethos de l’écrivain dandy (les premiers Memoranda de Barbey d’Aurevilly et les Journaux intimes de Baudelaire), en se demandant plus particulièrement si celui-ci peut ou non déterminer certains traits stylistiques – rhétoriques et grammaticaux.

 

5. 30 mars 2013 : La nuit dans la littérature européenne du XIXe siècle (argumentaire & bibliographie)

• Corinne Bayle-Goureau : « Pourquoi la Nuit ? »
• Alain Montandon (Professeur émérite de Littérature Générale et Comparée à l’Université Blaise Pascal-Clermont II) : « Anthropologie du nocturne à l’époque romantique. »
• Victoire Feuillebois : (Docteur en littérature comparée, ATER en littérature comparée à Aix-Marseille Université) : « Énonciation nocturne et récit encadré dans la nouvelle romantique allemande : à partir d’Eckbert le Blond (1797) de Ludwig Tieck et de La Maison déserte (1817) d’E.T.A. Hoffmann. »

 

6. 20 avril 2013 : La culture visuelle du XIXe siècle : high and low

• Bernard Vouilloux (Université Sorbonne Paris 4) : « La culture visuelle du XIXe siècle : high and low»

 

7. 9 novembre 2013  : Le XIXe siècle vu par le XXe siècle

Présidence : Bertrand Marchal (Paris IV)
Introduction : Émilie Pezard (Paris IV)
• Mathilde Labbé (Paris IV) : Héritages baudelairiens, de Pierre Reverdy à Michel Houellebecq
Discutante : Aurélie Loiseleur (Paris III)

 

8. 7 décembre 2013 : L’histoire littéraire vue de la presse (argumentaire)

• José-Luis Diaz (Paris-Diderot), « La presse comme atelier de l’histoire littéraire au XIXe siècle »
• Émilie Pezard (Paris IV, docteur ès-lettres), « Le romantisme frénétique sous l’œil de la presse »
Table-ronde avec la participation de Fabienne Bercegol (Toulouse II), Jean-Luc Chappey (Paris I), Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Amiens), Denis Pernot (Paris XIII), Jean-Didier Wagneur (BnF).

 

9. 15 février 2014 : Portrait et expression en France à l’époque romantique (argumentaire)

• Thierry Laugée (Paris-Sorbonne), « L’éloquence du visage inexpressif »
• Amélie de Chaisemartin (doctorante, Paris-Sorbonne), Le feu du regard dans Notre-Dame de Paris et Les Misérables de Victor Hugo
Table ronde présidée par Françoise Gaillard (Paris-Diderot), avec la participation de Régine Borderie (Reims) et Ségolène Le Men (Paris X).

 

10. Mardi 10 juin 2014 : le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle

Organisation : Capucine Echiffre & Gaëlle Loisel
Dès la fin du XVIIIe siècle, à la faveur du tournant esthétique qui s’amorce en Angleterre et en Allemagne, le règne de l’ut pictura poesis décline au profit d’un intérêt nouveau pour la musique. Alors que l’on aspire à un dépassement de la mimesis, l’art des sons offre le paradigme d’un langage intransitif. Il est conçu comme le moyen d’exprimer tout ce qui se situe hors de la sphère empirique, c’est-à-dire la subjectivité de l’individu ou encore un univers idéal, les deux étant du reste souvent associés au XIXe siècle.
La présence de la musique se manifeste aussi bien dans les œuvres de fiction que dans les textes théoriques et critiques, et revêt des formes très diverses. La musique peut en effet être convoquée en tant que thème, amenant alors avec elle tout un imaginaire tourné vers les affects et le mystère, comme c’est le cas dans le roman, en général. La poésie, quant à elle, s’intéresse à l’art des sons également pour sa dimension formelle, son rapport au temps, comme en témoignent l’importance accordée au rythme dans les Lieder allemands ou les poèmes symbolistes. Enfin, les essais s’emploient à théoriser ces pratiques et à mettre au jour leur fondement commun, en révélant la musique comme modèle sémiotique, ainsi que le montre l’œuvre en prose de Mallarmé.
•  Vincent Vivès (Valenciennes, CALHISTE) : « L’absolu musical. Poétique du romantisme »
• Gaëlle Loisel (Clermont-Ferrand, CELIS) : « Le bouleversement de la hiérarchie des arts au tournant du XIXe siècle : enjeux philosophiques et esthétiques »

 

11. 15 novembre 2104  : L’imagerie du XIXe siècle

Accueil par Philippe Hamon, Ségolène Le Men (Paris Ouest/IUF) et Frédérique Desbuissons (INHA)
Argumentaire & programme détaillé (pdf).
• Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée Eugène Delacroix (Paris) : La reproduction photographique des œuvres d’art, l’entrée de la photographie dans les ateliers des artistes.
• Shun Iguchi (Université de Tokyo / Paris Ouest) : Le Portrait d’Emile Zola d’Édouard Manet et le triangle entre les critiques, les caricatures et le modèle.
• Sandrine Doré (Université  Paris OUest) : Albert Robida, un imagier dans la fin de siècle
• Laurence Madeline (musée d’Art et d’Histoire de Genève) : sur la future exposition « J’aime les panoramas. » S’approprier le monde (2015-2016).
• Amélie de Chaisemartin (Paris Sorbonne) : L’imagerie caricaturale dans les romans de Balzac : citation et allusion.

 

12. 4 avril 2015 : Littérature et photographie : le rituel du portrait

Sous la direction de Philippe Ortel — programme & argumentaire en pdf
• Marta CARAION (Lausanne), « Le portrait carte-de-visite de Disdéri »
• Martine LAVAUD (Paris IV), « Esprit, es-tu là ? Portrait photographique et spiritisme au XIXe siècle »
• Adeline WRONA (Paris IV), « Quand le portrait photographique devient médiatique : autour des “Contemporains célèbres” »
• Basile PALLAS (Bordeaux III), « Soupçons sur les procédures : la ressemblance trompeuse du portrait photographique »
• Philippe ORTEL (Bordeaux III), « Le rituel de la pose dans la caricature »
Discutant : Paul-Louis ROUBER (Paris VIII)
Les publications récentes consacrées au portrait photographique élargissent considérablement son approche : moins souvent considérée pour elle seule, l’image s’y révèle médiatisée par des instances collectives multiples. Empreinte lumineuse du réel, la photo semble n’avoir été au contact que d’un seul élément : l’individu célèbre ou inconnu qui figure sur l’épreuve ; en réalité, à travers tel client photographié par Disdéri, Nadar ou Nadar-fils, de multiples scènes s’ouvrent : discussion préalable entre l’opérateur et le sujet photographié ; rituel de la prise de vue, qui inspire maint caricaturiste du Charivari ; scène sociale dont l’inconnu, « artiste » ou « bourgeois », présente un échantillon, a fortiori quand on ignore tout de son identité ; environnement médiatique de l’image enfin, quand elle est publiée dans la presse (ainsi de l’interview de Chevreul par Nadar, père et fils, pour Le Journal illustré en 1886). Comme l’a récemment montré Adeline Wrona (Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook), le portrait est un art relationnel : le visage ne tire pas son sens ou sa valeur de sa seule présence sur le cliché mais des liens « métonymiques » qu’il noue avec son environnement. C’est donc en mouvement que cet atelier tentera de saisir le portrait photographique, qu’il s’agisse du moment ritualisé de sa production, de sa migration dans les médias ou de sa métamorphose en motif littéraire.

 

13. 5 Juin 2015 : Littérature et psychanalyse

Organisateurs : R. Enriquez, A. Fonyi, L. Kheyar Stibler
Cet Atelier propose de remettre en lumière l’approche psychanalytique de la littérature, en purgatoire ces derniers temps dans la recherche littéraire. Les rapports entre les deux domaines seront évoqués dans diverses perspectives, historique, thématique, méthodologique, avec recours aussi bien à la réflexion théorique qu’à l’examen de textes du XIXe siècle. Reformuler une interrogation, c’est rouvrir une voie.
• Antonia Fonyi, Introduction

 

14. 9 octobre 2015 : Les intérieurs d’écrivain en vitrine : la vie littéraire vue du mobilier (Margot Favard/Marie-Clémence Régnier).

Dans son dernier ouvrage sur la célébrité moderne, Antoine Lilti fait remarquer que « la curiosité qu[e la célébrité] suscite porte avec une vivacité particulière sur la vie privée des personnes célèbres, devenue l’objet de l’attention collective ». De cela témoigne la passion des lecteurs pour le quotidien de Voltaire à Ferney et de Rousseau à Montmorency, que les deux écrivains contribuent, chacun à sa façon, à alimenter. Ainsi, dès le dernier tiers du XVIIIe siècle, puis tout au long du siècle suivant, l’intérêt que manifestent les contemporains à l’égard des gens de lettres dépasse de loin le seul auteur pour viser en eux l’homme. On les visite, on leur écrit, on cherche à avoir des autographes, on veut connaître leur apparence physique, on guette le moindre écho de leur vie de tous les jours, on surveille les anecdotes qui les concernent, on s’intéresse jusqu’aux « minuties » (abbé Trublet). On cherche à entrer dans leur intimité, à les connaître de l’intérieur, mais aussi, au sens propre, dans leur intérieur. Parmi les centres d’intérêt divers que mobilise la curiosité biographique, l’« Atelier du XIXe siècle » s’attachera à l’attention portée aux meubles et immeubles de la classe littéraire, croissante tout au long du siècle. On assiste de ce fait, à titre de déclinaison populaire du « sacre de l’écrivain », à une sorte d’exposition médiatique des intérieurs d’écrivains tout au long du XIXe siècle, dont l’atelier cherchera à établir les procédures et à suivre les phases successives.
• Manuel Charpy (CNRS/Université Lille III) : « Du texte au commerce. Intérieurs d’hommes de l’art et intérieurs bourgeois au XIXe siècle»
• José-Luis Diaz (Université Paris Diderot) : « Quelques gens de lettres dans leur intérieur (1835-1866) »
• Marie-Clémence Régnier (Paris-Sorbonne) : « Chez Flaubert, Zola et Goncourt. Guy de Maupassant : cheval de Troie ou miroir critique de la vogue des reportages à domicile ? (1876-1890) »
• Margot Favard (Université Paris Diderot) : « « Au salon vide” du “Prince des Poètes” : chez M. Stéphane Mallarmé »

 

15. 3 juin 2016  : Écrire l’objet d’art (Cyril Barde, Audrey Gay-Mazuel)

Cet Atelier réunit historiens de l’art et spécialistes de la littérature pour examiner ces mises en forme textuelles d’oeuvres relevant des arts décoratifs (mobilier, bronzes, bijoux…). Il interrogera ce que la littérature fait des arts décoratifs, comment elle se les approprie, les métamorphose, les insère dans ses trames, comment elle les enrôle dans des stratégies qui lui sont propres. Il s’agira aussi d’examiner ce que les arts décoratifs font à la littérature, comment ils l’informent, soit qu’ils l’aident à formuler un imaginaire (historique, esthétique, socio-politique…), soit qu’ils l’incitent à renouveler ses formes. C’est dans cette relation dynamique entre la matérialité des objets d’art et leurs usages littéraires qu’un dialogue fructueux entre disciplines semble possible.
• Marta Caraion (université de Lausanne) : « Objets d’art, objets de série, objets narratifs au
XIXe siècle »
• Anne Dion (musée du Louvre) : « Théophile Gautier, de la critique des expositions de
l’industrie à la description de l’objet romanesque »
• Audrey Gay-Mazuel (musée des Arts Décoratifs) et Mathilde Buaillon (université Paris-
Sorbonne) : «  » Un lit comme il n’en existait pas  » (Nana, Zola) : les intérieurs de
courtisanes »
• Élodie Voillot (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bronze comme alter
ego : de l’usage de la petite statuaire et du bibelot dans la littérature »
• Cyril Barde (université Paris 8) : « Des verres polychromes au vers libre : les arabesques
critiques de Gustave Kahn »
• Sophie Basch (université Paris-Sorbonne) : « Marcel Proust, du Salon d’automne de 1911
à la chambre de Balbec »

16.9 décembre 2016: Le personnage, un modèle à vivre ?

Session 1 : Comment passer du texte à la réalité ?
Présidence de session : José-Luis Diaz
THOMAS PAVEL (Université de Chicago) – Le personnage : niveaux de vraisemblance
ISABELLE DAUNAIS (Université McGill) – Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement
JACQUES-DAVID EBGUY (Université Paris Diderot) – “La vie réellement vécue”. “Recevoir” le personnage balzacien
Session 2 : Pathologies de l’identification ?
Présidence de session : Philippe Hamon
JOSE-LUIS DIAZ (Université Paris Diderot)  – Les victimes du livre
JUDITH LYON-CAEN (EHESS) – Suggestion, alcoolisation littéraire, identification. Le “crime romantique” de Lucien Morisset (1881)
Session 3 : Le romantisme vécu
Présidence de session : Agathe Novak-Lechevalier
VICTOIRE FEUILLEBOIS (Université Saint-Louis) – Les personnages hoffmaniaques dans la littérature française des années 1830
ÉMILIE PEZARD (ENS Lyon) – Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme