Colloque Stendhal et l’Esprit

STENDHAL ET L’ESPRIT

Colloque organisé par Stendhal Aujourd’hui

Avec la collaboration de HB Revue internationale d’études stendhaliennes

23 et 24 mars 2018, Université Paris-Sorbonne-Paris IV

Appel à contribution

Sans doute est-ce une banalité que de voir dans Stendhal un écrivain spirituel… Mais s’impose d’abord l’ascendant du Stendhal légendaire, homme et auteur, qui a fasciné, parfois au détriment de son œuvre, ses familiers, ses contemporains et tout le XIXᵉ siècle. Cet esprit paradoxal ne manqua pas d’admirateurs : « homme spirituel » (Petetin), « homme d’esprit » (Bussière), « homme de beaucoup d’esprit » (Frémy), « spirituel auteur […] narguant d’ailleurs le solennel et le sentimental, brillant, aventureux, taquin, assez solide à la riposte, excellent à l’escarmouche » (Sainte-Beuve), tandis que dans « cet étrange esprit » Barbey verra un « excentrique prémédité » doublé d’un mystificateur « retors ».

Pour le personnage « Stendhal », l’esprit c’est le plaisir d’improviser, de se livrer à une activité naturelle et gratuite en usant d’une rhétorique du caprice, spontanée, libre et désinvolte, mais non sans motif, afin d’échapper à l’empire des convenances (le « principe triste », la « tyrannie de l’opinion », la bêtise et l’ennui). Pour le Moi, c’est la possibilité d’être soi, c’est-à-dire   de penser par soi-même, de se distinguer face à l’uniformisation en cours dans la monarchie constitutionnelle, ce régime où l’on s’ennuie. C’est aussi s’inscrire dans la tradition française  ̶  l’esprit serait sans trait en Italie, impossible en Angleterre par la faute du cant, ou dans l’Amérique sous l’emprise de la grossièreté et de la pudibonderie –, dans laquelle l’esprit railleur et gai est un fait de mœurs, un style ; une tradition hostile au pédantisme voire à la raison, qui veut qu’on ne se prenne pas au sérieux pour l’être, au risque de passer pour cynique ou méchant, ou d’en être la première victime (« Esprit perd préfecture »). Mais cette grâce propre à la société de plaisir d’avant la Révolution où dominaient le bon ton et le savoir-vivre aristocratiques, l’époque bourgeoise n’a pas su la retrouver faute de comprendre la galanterie et la courtoisie, le sens de la conversation, l’art de conférer et de plaire. L’exemple des coteries parisiennes et de la suffisance provinciale confirme la perte des plaisirs de l’esprit. Alors, que devient l’esprit dans la marche de la « civilisation » ?

À la fois homme d’esprit et homme de l’esprit, l’ « auteur Stendhal » en pratique toutes les vertus, d’abord pour se garder de la « haine impuissante », mais surtout pour dire la vérité en se jouant, sans amoindrir le rapport de la littérature au réel. Chez Stendhal qui veut une littérature de l’esprit, le roman est une œuvre de l’esprit où sans cesse interviennent l’esprit des personnages, l’esprit de l’auteur et celui du lecteur. (À propos de Julien, Taine  note : « Quant à l’esprit, Beyle lui a donné le sien, c’est tout dire. » Du marquis de La Mole, on connaît l’esprit impénitent et transgressif ; du banquier Leuwen, on a dit qu’il était l’esprit incarné, et de Lucien qu’il savait aussi jouer l’homme d’esprit ; dans la Chartreuse, où règne l’esprit « toujours un peu cousin du jacobinisme », le Prince a de « l’esprit littéraire »). Dans la fiction romanesque, le récit de voyage et les journaux intimes, où fourmillent bons mots et anecdotes exemplaires, on explorera les stratégies de l’esprit excitateur et subversif en lutte contre le faux et le convenu, ses rapports avec l’art de ridiculiser et l’ironie, avec le naturel et l’émotion, mais aussi dans le personnel comique la crainte de l’esprit, l’esprit appris, l’esprit mondain, et la « fureur de faire de l’esprit à tout propos » stigmatisée dans Lucien Leuwen. On examinera la mise en œuvre de l’esprit et tous les aspects de ce jeu supérieur rebelle à tous les pouvoirs.

Propositions de communication à adresser par courriel, avant le 7 janvier 2018, à :

Michel Crouzet    : mj.crouzet@wanadoo.fr

Michel Arrous      : michel.arrous@gmail.com

Didier Philippot   : philippot.didier@wanadoo.fr


Vous aimerez aussi...