Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle – Doctoriales de la SERD (8 avril 2016, Paris 7)

Espaces et lieux de l’intime au XIXe siècle

Journée d’étude des Doctoriales de la SERD (8 avril 2016, Paris 7)

Actes réunis par Nicolas Aude, Alice de Charentenay, Romain Enriquez, Marie-Clémence Régnier

Michelle Perrot, dans son introduction à l’Histoire de la vie privée au XIXe siècle, souligne l’émergence du sujet moderne au sein de la sphère privée aux lendemains des bouleversements révolutionnaires. Après la dictature du « tout public », on assisterait à l’orée du siècle à un repli progressif des valeurs bourgeoises sur un espace d’épanouissement individualisé et privatisé. La constitution d’un appareil législatif très protecteur à l’égard de la famille et de la propriété privée, la mise en place progressive d’une « Wohnkultur » à travers le culte rendu au chez-soi, l’affirmation d’un besoin d’introspection dont témoignent la vogue du « roman intime » (Sainte-Beuve) et le développement de certaines théories hygiénistes impliquant un nouveau rapport au corps, à la toilette, et à la sexualité constituent autant d’aspects différents d’un même processus historique. On comprend bien, dès lors, pourquoi le XIXe siècle apparaît comme le « siècle de l’intime », du moins celui « de son invention et de son sacre comme valeur à la fois existentielle et esthétique » (Brigitte Diaz et José-Luis Diaz, « Le siècle de l’intime », Pour une histoire de l’intime et de ses variations, 2009). Toutefois, l’intime au XIXe siècle aurait « besoin d’un minimum de théâtralité » (ibid.).

Paradoxalement, le XIXe siècle est aussi celui de la mise en spectacle et en vitrine de la vie sociale et privée. L’intime ne s’élabore-t-il que dans le culte strict de l’introversion et du secret, ou serait-il tributaire du processus même de son extériorisation ? Au croisement de l’intériorité et de l’extériorité, clivage auquel on le réduirait en vain, l’intime au XIXe siècle paraît en effet engager une dynamique spatiale, identifiable avec plus de précision. Dans cette perspective, on serait tenté d’envisager l’intime comme un territoire subjectif, un espace d’expression du sujet dépendant de lieux, imaginaires ou tangibles, où il pourrait se donner à dire, à lire ou à voir et dans lesquels il trouverait éventuellement à s’épanouir.

La polysémie que gagne le terme au fil du temps, et tout particulièrement au XIXe siècle, témoigne en fait de l’évolution du sème spatial inhérent à la notion. Il semble que l’acception du terme d’« intime » évolue de la notion d’espace intérieur, comme synonyme d’« esprit », de « cœur », de « for intérieur », d’« âme »  au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle à la notion d’ « inconscient » dans la seconde moitié du siècle. Le cadre de vie d’un individu, son intérieur, devient le lieu où s’établit un rapport privilégié du sujet à son corps ou à l’intériorité.

Dès lors, la problématique des lieux de l’intime recouvre la réflexion, propre aux études littéraires, sur le système des genres de la littérature dite « intime » ou « personnelle ». Journaux, autobiographies, correspondances, mémoires et autres confessions bénéficient d’une promotion éditoriale sans précédent au cours de la période. De telles pratiques d’écriture ouvrent un espace propice aussi bien à l’épanchement de la vie intérieure, à l’analyse du moi, qu’à la notation du quotidien, de l’anecdotique. Afin de légitimer cet acte de publicisation du moi, elles se dotent souvent d’une scénographie intimiste qui convoque un imaginaire collectif du rapport à soi, depuis le confessionnal jusqu’à la chambre à coucher et autres architectures et décorations intimes, en passant par le « château de l’âme » (Thérèse d’Avila lue par Verlaine ou Huysmans), autant de lieux communs de l’intime. L’expansion historique de la littérature personnelle répond en cela à un véritable désir d’intime.

Jeanne Stranart, « La page et la maison : espaces de l’expression de l’intime dans le journal épistolaire de Juliette Drouet »

Lisa Suarez, « L’impact de l’intimité forcée sur l’identité individuelle dans Le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau »

Sophie-Valentine Borloz, « Un élargissement brusque d’elle-même » : la contagion des parfums de l’intimité dans Nana de Zola, Notre cœur de Maupassant et Monsieur Vénus de Rachilde »

Valérie Lavigne, « La serre chez Zola, Maupassant et Huysmans, vitrine privilégiée de l’intimité décadente »

Brice Ameille, « La scène de toilette impressionniste : l’intimité (re)trouvée »

Charlotte Dufour, « De la scène de genre au genre de la scène : essai sur une pratique littéraire du quotidien au XIXe siècle »

Manon Amandio, « L’espace intime intériorisé dans Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski et Nouvelles histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe »


Vous aimerez aussi...