Nous et les autres — par Bénédicte Percheron

Nous et les autres – Des préjugés au racisme, Paris, Musée de l’Homme (mars 2017-janvier 2018)

 

Figure 1 : Exposition Nous et les Autres de l’Homme – De la catégorisation à l’essentialisation (© MNHN-JC Domenech).

Du 31 mars 2017 au 8 janvier 2018, le Musée de l’Homme se propose de déconstruire le racisme et ses préjugés dans son exposition Nous et les autres. Les commissaires d’exposition Evelyne Heyer (professeur en anthropologie génétique, Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme) et Carole Reynaud-Paligot (historienne, Paris 1-Paris 4, Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord) ont articulé histoire et données scientifiques contemporaines pour expliquer la construction du racisme et mieux l’invalider. À l’exposition et l’explication des faits scientifiques, s’ajoute une démarche militante en faveur du respect de la diversité humaine et contre le rejet de l’Autre. Les enjeux d’une telle exposition sont éminemment d’actualité, ce que montre la dernière section de l’exposition construite autour de faits et de statistiques prouvant la persistance de phénomènes d’exclusion, notamment en France. L’originalité de l’exposition est de vouloir, pour la première fois en France, expliquer la construction de ce phénomène social et d’exposer ses conséquences en multipliant les approches disciplinaires.

L’exposition place tout d’abord le visiteur face à des préjugés courants, à travers des questions fréquentes et des représentations stéréotypées de catégories sociales ou ethniques dans la société contemporaine. Elle montre que si la catégorisation est un phénomène cognitif qui aide à comprendre le monde, l’essentialisme, qui réduit un individu ou une population à une de ses caractéristiques, favorise l’enfermement, la hiérarchisation, et ainsi le racisme. Pour aider à mieux saisir les mécanismes du racisme, plusieurs concepts clefs, comme celui de l’altérité, de l’essentialisation ou encore de l’ethnocentrisme, sont explicités.

La seconde section consacrée à la question raciale dans l’histoire met en évidence les facteurs économiques et sociaux ainsi que les modèles de pensée qui ont conduit à l’institutionnalisation du racisme au XIXe siècle, dans les différents empires coloniaux en général, et en France en particulier. Elle rappelle le contexte historique de l’esclavagisme et du colonialisme — du début de l’expansion européenne, au XVe siècle, à la Troisième République –, et montre la mise en place de hiérarchisations raciales pour justifier des lois discriminatoires pour les populations dites indigènes. Au XIXe siècle, des discours savants viennent appuyer ces dispositifs juridiques. L’exposition expose ainsi les ouvrages fondateurs de la hiérarchisation raciale. Si le travail de classification des naturalistes du XVIIIe siècle et du XIXe siècle n’implique pas toujours l’idée d’une hiérarchisation, plusieurs ouvrages posent les jalons d’un discours raciste institutionnalisé. Des penseurs du XVIIIe siècle, qui croient en l’unité de l’espèce humaine, mais avec bien souvent une domination occidentale, comme Blumenbach (De l’Unité du genre humain, 1795), aux théoriciens de l’inégalité humaine, comme Gobineau (Essai sur l’inégalité des races humaines, 1853), les discours sont variés dans la sphère scientifique. Avec Broca sont adjoints des critères anthropométriques (Mémoires d’anthropologie, 1871). Des observations biaisées condamnent les populations extra-européennes à une minorisation humaine. Au milieu du siècle, sous la poussée d’enjeux économiques, surtout du colonialisme, les pouvoirs politiques retiennent les idées raciales les plus extrêmes, notamment celles de Gobineau, pour justifier leurs choix politiques. Mais certains intellectuels se dressent contre ces écrits, comme J.-A. Firmin, qui publie en 1885, De l’égalité des races humaines. Les ouvrages, présentés sur des lutrins, sont souvent ouverts aux passages les plus pertinents, sans cependant toujours bénéficier d’un cartel explicatif suffisamment développé.

Figure 2 : Exposition Nous et les Autres au Musée de l’Homme- La racialisation des identités collectives © MNHN-JC Domenech.

L’exposition s’intéresse par ailleurs aux modes de diffusion des idées raciales, qui sont au cœur de l’enseignement public français sous la Troisième République : elles sont ainsi inculquées dès le plus jeune âge dans la population française. Les manuels scolaires de lecture, comme Le Tour de la France par deux enfants pour le cours moyen, publié pour la première fois en 1877 par G. Bruno, pseudonyme d’Augustine Fouillée, contribuent à diffuser l’idée d’une supériorité raciale des populations européennes blanches. Quant à la presse, média majeur du XIXe siècle, elle joue un rôle déterminant en diffusant ces idées dans le grand public, idées qui glissent en outre dans la littérature, comme dans les romans exotiques de Pierre Loti ou encore, au XXe siècle, au cœur même des aventures de Bécassine. Pour clore le parcours sur la construction des idées raciales, figurent des objets de la vie quotidienne, comme des boîtes alimentaires illustrées, qui ont participé à imprimer dans l’imaginaire collectif des stéréotypes racistes des populations extra-européennes, ou encore des affiches des expositions coloniales, lieux d’exhibitions de l’Autre.

Pour illustrer les conséquences de ces modèles de pensée, trois exemples marquants, disposés dans des espaces d’exposition isolés, nommés cubes, mettent en évidence une institutionnalisation étatique du racisme : les ségrégations raciales américaine et sud-africaine, le nazisme et le génocide rwandais. Du discours raciste aux justifications politiques des meurtres, la mécanique des phénomènes racistes est expliquée synthétiquement par des films et représentée par un objet placé au centre de chaque cube : des plaques émaillées symbolisant l’exclusion des populations noires américaines, un entonnoir pour figurer la diffusion de gaz toxique dans un camp nazi et un poste de radio pour évoquer la diffusion des messages de haine au Rwanda, notamment par l’entremise de la Radio Télévision Libre des Mille Collines. L’exposition s’efforce de même de montrer que le racisme n’est pas qu’un phénomène occidental, à travers deux exemples de populations qui ont été discriminées : les Pygmées et les Aïnous au Japon.

Figure 3 : Le Tour de la France par deux enfants pour le cours moyen, écrit par G. Bruno (Augustine Fouillée), Paris, Belin, 1878, p. 187, gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.

Enfin, une dernière section fournit un état des lieux sur la question raciale et sur le racisme contemporain. Par le biais de données statistiques, elle souligne la persistance du racisme, d’inégalités et de discriminations sociales, malgré tous les dispositifs juridiques et moraux mis en place après la Seconde Guerre mondiale. Cette exposition a donc une portée scientifique et citoyenne majeure par la richesse des informations délivrées et l’importance de ses enjeux. De nombreux outils pédagogiques sont laissés à la disposition des visiteurs, comme un fascicule contenant des définitions, des dispositifs numériques, ou encore des médias en ligne. Une importante programmation d’événements connexes complète de même l’exposition et vient guider les visiteurs dans ce riche parcours historique et théorique articulant des notions complexes.

 

 

Bénédicte Percheron

 

Catalogue :

  • Nous et les autres – des préjugés au racisme, Evelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot dir., Paris, Les éditions du Muséum/Les Éditions de la Découverte, 2017.

À lire :

  • Carole Reynaud-Paligot, La République raciale. Paradigme racial et idéologie républicaine (1860 – 1930), Paris, Presses universitaires de France, 2006.
  • Site de l’exposition : http://nousetlesautres.museedelhomme.fr/

 

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...