Guerres secrètes — par Grégoire Sastre

Guerres secrètes, Paris, hôtel des Invalides, musée de l’Armée (octobre 2016 – janvier 2017).

Avec Guerres Secrètes, le musée de l’Armée propose de mettre en lumière ce qui est, par nature, caché : les activités de renseignement. Cette exposition vient combler un vide muséographique, en France tout du moins, quant à la présentation au public des artefacts des guerres secrètes. Elle couvre deux salles de taille respectable, elles-mêmes divisées en plusieurs espaces évoquant différentes facettes du renseignement, principalement en France.

Lorsque l’on pénètre dans la première salle, après un couloir tapissé d’isolant phonique, on est accueilli par une réplique de Little Boy, la première des deux bombes lancées sur le Japon, celle qui raya Hiroshima de la carte le 6 août 1945. Cet instrument de destruction massive pend au-dessus du visiteur, comme une menace, ou un rappel de l’un des enjeux de ces guerres secrètes : éviter l’annihilation mutuelle par le moyen d’armes nucléaires. Un tel exergue montre l’importance de ces guerres, de leurs moyens, de leurs objectifs et de leurs acteurs, dont le rôle ne doit pas être minoré, tant il est une clé de la compréhension historique.

L’autre enjeu de cette exposition est de traiter le rapport des guerres secrètes avec la fiction. La légende de ces guerres, basée sur des faits réels ou non, fait les beaux jours des romanciers, des scénaristes de série et des cinéastes. Le traitement de ce rapport entre fiction et réalité se fait par le biais d’une mise en miroir de l’une et de l’autre tout au long de l’exposition. On apprécie d’ailleurs la diversité des fonds mobilisés, fonds liés à la défense mais aussi au cinéma : les costumes de James Bond font face à des uniformes réels. Ainsi, le propos est traité à travers des documents d’archives, des documents iconographiques ainsi que divers objets. On note également la présence de matériaux audiovisuels : interviews filmées d’intervenants tels que Remy Pautrat, directeur de la DST de 1985 à 1986, extraits de films, matériaux interactifs.

L’exposition suit un déroulement chrono-thématique, de la fondation des premiers services de renseignement aux années de la guerre froide. On peut cependant regretter que l’espace finalement assez réduit n’ait pas permis de traiter plus précisément les guerres d’Indochine et d’Algérie.

La première question abordée est celle de la création des missions des services de renseignement, et de leur action dans l’histoire. Entre les bornes chronologiques assez larges de l’exposition (de 1874 à la fin de la guerre froide), le propos se concentre sur les deux guerres mondiales du XXe siècle. Il fait cependant une place importante aux événements qui présidèrent à la naissance du renseignement moderne, dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le visiteur peut ainsi observer des rapports d’attachés militaires français sur les positions militaires prussiennes, les technologies de l’armement allemand, ou encore le Mémoire rédigé par Joseph Tański en 1856 sur la création d’un service de renseignement militaire et d’un corps spécial de guides d’état-major.

Plaque de rue du «2 bis» de l’avenue de Tourville, locaux du P.C. des Services de renseignement de 1932 à 1940, Musée de l’Armée © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Émilie Cambier

Cependant, c’est surtout dans le catalogue que les premières décennies du renseignement moderne sont évoquées, notamment à travers une contribution d’Olivier Lahaie expliquant le rôle du deuxième bureau de l’état-major, créé en 1874 en réaction au conflit de 1870. Celui-ci devient ensuite le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA, fondé en 1940), qui constitue lui-même l’une des bases du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE, fondé en 1945). C’est de ce dernier service que naît par la suite l’actuelle Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Un autre moment décisif dans l’histoire du renseignement français est l’affaire Dreyfus, exemple trop évident de mise en échec de l’État-major, qui provoqua une crise politique majeure. L’exposition présente la pièce maîtresse de cette affaire, le « Faux Henry » de 1896, lettre rédigée par le commandant Hubert-Joseph Henry afin d’incriminer le capitaine Dreyfus. Cependant, il aurait été intéressant d’aborder les faits plus en profondeur, d’autant que Bertrand Warfusel, dans sa contribution au catalogue, évoque le rôle fondamental de l’« Affaire » dans le développement des services de contre-espionnage indépendants de l’Armée.

Cette période d’élaboration des premières institutions du renseignement français n’est pas explorée de manière systématique pour elle-même, et le thématique prend le dessus sur le chronologique. L’intérêt de ce choix est de permettre au visiteur une meilleure compréhension des diverses activités liées aux guerres secrètes.

Sont ensuite exposés matériel et documentation (manuels de sabotage, de contrefaction, etc…) utilisés dans la formation des officiers de renseignement et des commandos durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide. Dans la continuité sont présentées des armes, des plus communes (pistolets, fusils) aux plus extravagantes, comme ce fusil caché dans une pompe à vélo ou encore ce rat piégé. Cet espace, qui semble montrer que la fiction n’est pas loin de la réalité, ravira les amateurs de gadgets.

Pistolet automatique Colt modèle 1908 Baby, de calibre 6,35 mm
Combined Military Services Museum, Maldon, U. K. © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Emilie Cambier

Suit une présentation des méthodes de création des « légendes », ces fausses identités utilisées par les agents afin de mener des actions clandestines. Enfin nous est présenté le destin tragique de certains acteurs des guerres secrètes, principalement des membres de la résistance. L’hommage nécessaire et le caractère poignant de ces sacrifices rappellent que les guerres secrètes ne sont pas une abstraction et que des hommes et des femmes risquent et perdent la vie en les menant. Ces objets et documents permettent d’exposer la dualité de l’activité des services de renseignement, qui combine la collecte d’informations et l’action directe, notamment les opérations dites HOMO, pour homicide.

Dans la deuxième partie de l’exposition, une place conséquente est faite à la question de la collecte et de la transmission de l’information (photographie, écoutes et autres moyens plus directs d’obtention de données). La problématique du « chiffre » – le cryptage et le décryptage des signaux radio, télégraphiques ou informatiques – se trouve au centre de cette partie de l’exposition. Ainsi, la célèbre machine de chiffrement Enigma trône au milieu de cet espace :le cassage de son code permit aux Alliés de lire en clair les échanges militaires allemands durant la Seconde Guerre mondiale. Le travail de traitement des informations est également présenté à travers des fiches de renseignement, notamment celle du Général Giáp du Viêt-Cong.

Le fond de la salle est consacré au contre-espionnage. Cet élément fondamental aurait peut-être nécessité un traitement plus appuyé. L’exposition se termine sur des exemples d’affiches présentant les moyens de guerre psychologique et sur le traitement des affaires d’espionnage par la presse.

Le dernier élément de l’exposition est un extrait du film Zero-Dark Thirty (Kathryn Bigelow, 2012) qui porte sur la traque de Ben Laden, alors que la période présente n’est pas traitée. Aussi, pourquoi s’être limité aux guerres secrètes datant d’avant la chute du mur de Berlin ? Pourquoi ce saut temporel nullement explicité ? S’agissait-t-il d’un manque d’espace ? D’autres raisons, idéologiques ou politiques, ont-elles empêché le traitement de la période présente ? En plein état d’urgence, faut-il glorifier le renseignement ou apporter sur celui-ci un éclairage nuancé et critique ? Ainsi, s’il est nécessaire d’en exposer les accomplissements et les héros, il est bon également d’interroger le rapport conflictuel qu’entretiennent les services de renseignement avec les cadres légaux et idéologiques des nations démocratiques, surtout quand les menaces sont de plus en plus intangibles. Cet objectif pédagogique est ici bien absent.

S’il ne comble pas tous les vides que laisse cette exposition, le catalogue est une addition bienvenue. En sus des photos des objets présentés dans l’exposition, il ne contient pas moins de quarante textes et interviews, produits par une myriade de spécialistes des guerres secrètes, et constitue ainsi un apport de première importance à la recherche et à la réflexion sur l’histoire du renseignement. Également doté d’une bibliographie conséquente ainsi que d’un glossaire, il satisfera le spécialiste autant que l’amateur.

Il s’agit donc d’un premier pas du renseignement dans la lumière du regard public qu’il est nécessaire de saluer, en espérant que cette exposition ne demeurera pas unique en son genre.

Grégoire Sastre

 

Catalogue : Guerres secrètes, Christophe Bertrand, David Guillet, Carine Lachèvre, François Lagrange et Emmanuel Ranvoisy dir., Paris, Musée de l’Armée/ Somogy éditions d’Art, 2016.


Vous aimerez aussi...