La rénovation de la Chapelle des Saints-Anges — par Maryse Savalle

Chantier de rénovation des peintures d’Eugène Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges, Paris, église Saint-Sulpice (octobre 2015-novembre 2016).

C’est dans le cadre plus vaste d’une rénovation du patrimoine cultuel de la Ville de Paris (entre 2014 et 2020, 80 millions € doivent y être consacrés), que fut décidée la restauration de la Chapelle des Saints-Anges, le dernier grand chantier d’Eugène Delacroix, et l’une des œuvres les plus insignes des églises parisiennes.

En 1819 le jeune Delacroix reçoit sa première commande, la Vierge des Moissons, pour l’église d’Orcemont, près de Rambouillet. Trente ans plus tard, sa dernière commande sera la décoration de la chapelle des Saints-Anges à l’église Saint-Sulpice de Paris : paradoxe pour l’artiste issu d’un milieu voltairien, le thème religieux parcourt son œuvre et devient plus présent au fil des années, tandis que le doute critique de cet agnostique se mue en angoisse métaphysique.

Détail de St Michel terrassant le Dragon. © COARC-Ville de Paris-Roger-Viollet

Ce n’est pas la chapelle des Fonts Baptismaux, mais finalement celle de Saint-Sulpice, devenue celle des Saint-Anges, qu’on lui demande de décorer. Dès 1850, il estime ses compositions achevées. Il dessina jusqu’à une centaine d’esquisses, dont soixante-dix sont conservées, au Louvre et dans divers musées étrangers. Les travaux tardèrent à cause d’autres chantiers menés de front (plafond de la galerie d’Apollon au Louvre, salon de la Paix à l’Hôtel de Ville) : après Le Brun, Delacroix fut l’artiste français qui accomplit les plus vastes programmes de peintures monumentales.

La préparation de l’Exposition Universelle de 1855 recule encore les travaux à Saint-Sulpice. À partir de 1856 il s’entoure de deux assistants, Pierre Andrieu et Louis Boulangé. Mais ce n’est qu’en 1858, après avoir emménagé fin décembre 1857 rue de Furstenberg (actuel lieu du Musée Delacroix), tout près de l’église, qu’il se consacre véritablement à ce chantier, par un travail harassant.

La préparation des murs à imprimer s’était montrée longue et fastidieuse. En juillet 1855, il explique dans son journal qu’il a fait « tout gratter » avant d’emplâtrer à la truelle : « J’ai failli y prendre la colique des peintres » (due au blanc de plomb). Mais la surface demeure ingrate, soumise à toutes sortes de fissurations, infiltrations etc. notamment sur les joints de maçonnerie.

Pour peindre, Delacroix utilisa l’encaustique, sur une base d’huile chaude destinée à imperméabiliser la surface. Technique complexe qu’il avait mise au point et qu’il poussa à l’extrême : on retrouve jusqu’à quinze couches superposées, témoignant aussi des hésitations du créateur ; certaines teintes sur une partie donnée peuvent avoir été radicalement modifiées d’une couche à l’autre. Le plafond, exécuté sur une toile marouflée, semble avoir posé moins de problèmes que les murs.

Cependant l’environnement de la chapelle demeure néfaste, aggravé par un défaut d’étanchéité du toit et des vitraux. Dès la mort de Delacroix, Andrieu dut se livrer à quelques « retouches » aux endroits qui s’écaillaient. Puis les restaurations se sont succédées : 1895, 1934, 1943, 1946, 1976… C’est à cette litanie que la restauration de 2016 voudrait mettre fin.

Elle fut conjointement menée par la Ville de Paris, propriétaire de l’église, et par la direction des Monuments historiques (la chapelle étant classée depuis 1905), la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) ainsi que le Louvre (dont dépend le Musée Delacroix). Un large comité scientifique fut constitué, et les spécialistes des deux plus grands laboratoires de restauration en France (celui du Louvre et celui des Monuments Historiques) se penchèrent au chevet du malade : le testament de Delacroix, « peut-être son plus haut chef-d’œuvre » selon René Huyghe (Delacroix ou le combat solitaire, Paris 1964).

De gauche à droite : Richard Wolbers, professeur à l’Université du Delaware et spécialiste des techniques innovantes de restauration en peinture murale a conçu des produits spécifiques pour le nettoyage des peintures de la Chapelle des Saints-Anges. A ses côtés, Marie-Laure Martiny et Julien Assoun, restaurateurs au sein
de l’équipe constituée par Alina Moskalik-Detalle. © Claire Pignol-COARC-Ville de Paris-Roger-Viollet

Avant de toucher à rien, une étude de diagnostic est menée d’octobre 2015 à janvier 2016. Fut ensuite entreprise la restauration (dirigée par la restauratrice Alina Moskalik-Detalle) qui s’acheva en novembre 2016. Précédemment, les solvants classiques, nocifs pour la santé des restaurateurs, l’avaient aussi été pour les peintures : en pénétrant en profondeur, ils permettent à la poussière de s’incruster davantage encore dans les porosités. D’où ce brouillard grisâtre qui brouillait les couleurs après les travaux de 1976. Un nouveau protocole de restauration fut mis au point par Richard Wolbers, professeur à l’université du Delaware, et expérimenté pour la première fois.

Un premier gel siliconé est appliqué afin d’obstruer les pores de la surface. Il s’évapore au bout de trente minutes. Pendant ce temps on passe doucement, à l’aide d’un pinceau ou d’un coton, un second gel pour nettoyer. Dans sa composition on prit même en compte le PH du mur. Il fallut ensuite vérifier, grâce à une campagne d’UV et d’infrarouges que seuls avaient été retirés les produits des précédentes restaurations. Cet examen révéla que la peinture de Delacroix, intrinsèquement, est saine. Sa technique complexe n’est pas à l’origine des problèmes récurrents qu’elle pose, mais bien l’environnement de l’église, amélioré désormais grâce à la réfection du toit et des vitraux. Il mit aussi en lumière à quel point ces œuvres sont de la seule main du maître.

Il peignait par empâtements, des stries peuvent délimiter les formes (celle du cheval). Mais les ailes des anges sont fluides, lisses, et les feuillages légers. Apparaissent ailleurs toutes les griffures, les grattés et les repeints (il scarifie la peinture fraîche lorsqu’il est mécontent) et aussi cette façon de juxtaposer des touches de couleur presque pure : sur la robe de l’ange du Jacob, on distingue le violet, le rouge, et des paillettes bleues. Chaque jour, Delacroix exigeait que ses assistants préparent une palette de couleurs fraîches. Il dédaignait celles de la veille… Il accomplit un travail de chevalet à l’échelle d’une décoration architecturale. Même les bordures sont de lui, car il estimait qu’il y fallait manier le pinceau « avec furie », ce qu’apparemment ne faisait pas Louis Boulangé (journal du 6 avril 1860). Aucun des peintres que l’on voulut solliciter par la suite n’osa commettre la moindre retouche. On ne profane pas cette surface sacrée de la main de l’artiste.

Dans une chapelle mitoyenne à celle des Saints-Anges, l’équipe de restauration a installé une salle de travail. Ici, on peut voir Alina Moskalik-Detalle, responsable de la restauration, au bout de la table, travailler sur les relevés qui ont été réalisés par elle et son équipe. A gauche, Jean-Marc Moser, photographe du service de la COARC. © Claire Pignol-COARC-Ville de Paris-Roger-Viollet

Enfin, le 29 juillet 1861, les invitations (dont le texte fut rédigé par le maître) sont imprimées pour l’inauguration de la chapelle, ouverte au public le 21 août. Les contemporains peuvent découvrir cet immense triptyque architectural, la Lutte de Jacob avec l’Ange faisant face à l’Héliodore chassé du Temple, deux sujets tirés de l’Ancien Testament, dominés par Saint Michel terrassant le Démon, représenté sur la voûte, constituant la partie centrale de cette composition en trois dimensions : scène tirée de l’Apocalypse, un de ces « sujets légendaires » qui traversent les religions, « qui occupent une place même dans la mémoire des enfants » (Baudelaire), plutôt qu’un passage précis des Saintes Écritures (contrairement aux deux autres), et dont la source serait plutôt à chercher dans Milton.

Rappelons aussi la référence constante de Delacroix à Raphaël lorsqu’il qu’il abordait la peinture religieuse. La Vierge des Moissons en témoignait déjà, de même que ce Saint Michel dont la composition est un hommage au Grand Saint Michel du Louvre. Quant à l’Héliodore, Delacroix voulut relever le défi en reprenant ce thème qui orne l’une des chambres vaticanes peintes par Raphaël.

Le mystérieux épisode tiré de la Genèse, de la lutte de Jacob avec l’Ange, fut traité aussi par Rembrandt, dont l’ombre plane autant que celle de Rubens. Cette scène, sorte d’autoportrait intériorisé de l’artiste en lutte avec lui-même, avec son art, hantera les successeurs: à commencer par Maurice Denis et Gauguin qui éprouveront le besoin de reprendre en la citant la scène de la lutte de Jacob et l’Ange d’après le tableau de Saint-Sulpice.

Si l’on en croit Théophile Gautier, dans son aussi magnifique que dithyrambique article du Moniteur Universel du 3 août 1861, après s’être « tant de fois cassé le nez » sur la « mystérieuse clôture de planches » qui protégeait les travaux de la chapelle que Delacroix ne parvenait plus à achever, y revenant sans cesse pour retoucher et modifier, d’aucuns redoutaient « quelque beau projet de sagesse et de réforme ». Le poète fut vite rassuré : « jamais l’auteur de la Barque du Dante, du Massacre de Scio, des Femmes d’Alger, du Trajan, et de tant d’autres chefs-d’œuvre, n’a été plus hardi, plus vivace, plus emporté, plus romantique en un mot. Loin de la renier, il se retrempe dans sa jeunesse comme dans une fontaine d’immortalité ».

Lors de la période d’étude, de septembre à décembre 2015, Alina Moskalik- Detalle et les membres de son équipe procèdent aux relevés et analyses des différents types d’altération des peintures. © Jean-Marc Moser-COARC-Ville de Paris-Roger-Viollet

Gautier ignore que c’est l’ultime grande œuvre de son ami, celui qu’il nomme « notre peintre chéri », mais il en saisit la dimension exceptionnelle, d’une peinture non seulement de la maturité, mais au-dessus de toutes les autres. De même qu’il analyse très finement la rare maîtrise du coloriste qui décidément « fait de sa palette ce qu’il veut » en venant à bout de l’ingrate technique de la peinture à la cire, peu propice à rendre l’éclat ou la délicatesse des différents tons.

La restauration de 2016 est une véritable résurrection, mise en valeur par le nouvel éclairage simulant un jour naturel, qui rend pleinement justice au chef-d’œuvre ultime de Delacroix, peintures fragiles car soumises au fil du temps à tous les aléas des climats et de l’air ambiant. Ce fut un long et patient travail, une autre forme de combat : « Je le sentais tous les jours derrière moi, et je le voyais avec les yeux », témoigne Alina Moskalik-Detalle (dans Laurence Thiriat, Delacroix -Le dernier combat). Cette mission exigea autant de science que de précision et d’inventivité, seule façon de ne pas laisser se détruire, mais de prolonger et de transmettre cette force de vie de celui qui écrivait : « Mon cœur bat plus vite quand je me trouve en présence de grandes murailles à peindre » (Journal, 30 juin 1854).

 

Maryse Savalle

(à partir d’un entretien avec Marie Montfort, conservatrice en chef

de la conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la ville de Paris)

A lire ou à voir :

  • René Huyghe, Delacroix ou le combat solitaire, Paris, Hachette, 1964.
  • Marie-Sylvie Claude, Les peintures murales de Delacroix dans la chapelle des Saints-Anges, église Saint-Sulpice, édition en ligne, académie de Créteil, Paris 12 (creteil.iufm.fr).
  • Charles Baudelaire, « Peintures Murales d’Eugène Delacroix à Saint-Sulpice », La revue fantaisiste, Paris, 15 septembre 1861, repris dans L’Art romantique, Paris, 1869).
  • Théophile Gautier, article du Moniteur Universel, 3 août 1861.
  • Laurence Thiriat, Delacroix – Le dernier combat, France 5, 11 décembre 2016 (52mn).

Je tiens à remercier Marie Monfort et Agnès Plaire, de la Conservation des œuvres d’art et religieuses de la Ville de Paris pour leur accueil et leur aide diligente.


Vous aimerez aussi...