Éros Hugo – par Jordi Brahamcha-Marin

Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo (novembre 2015-février 2016).

L’exposition Éros Hugo. Entre pudeur et excès se propose de réfléchir au statut complexe de l’éros chez Hugo. Tout part d’un paradoxe frappant : cet homme dont on s’est parfois complu à décrire la sexualité supposément frénétique et incontrôlable, fait par ailleurs preuve, dans son œuvre, d’une grande réserve à ce sujet. Ce n’est ni seulement d’amour, ni seulement d’érotisme ou de sexualité qu’il est question dans cette exposition, mais de tout cela à la fois : le mot éros, par sa polysémie, se révèle un angle d’approche efficace. Le projet est ambitieux quant à ses problématiques : il s’agit à la fois de confronter l’œuvre de l’artiste à sa vie, et de mettre Hugo en rapport avec ses contemporains. Il ne l’est pas moins quant aux documents qu’il mobilise : outre une large et intéressante collection de dessins de Hugo lui-même, le parcours de l’exposition fait découvrir au visiteur de nombreux textes de l’écrivain (à lire et à écouter), deux extraits de captations théâtrales (Lucrèce Borgia et Angelo, tyran de Padoue) et un grand nombre d’œuvres graphiques d’autres artistes. Un certain nombre de vitrines reviennent aussi, documents à l’appui, sur quelques épisodes de la vie amoureuse de Hugo.

Victor Hugo, Sub clara nuda lucerna, plume et lavis d’encre brune sur crayon de graphite, papier vélin, 19,6 x 31,6 cm, Maisons de Victor Hugo © Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet

Victor Hugo, Sub clara nuda lucerna, plume et lavis d’encre brune sur crayon de graphite, papier vélin, 19,6 x 31,6 cm, Maisons de Victor Hugo © Maisons de Victor Hugo / Roger-Viollet

Le commissaire Vincent Gille a opté pour une présentation chronologique : la première salle couvre la période 1802-1832, la seconde la période 1829-1851, la troisième les années d’exil (1852-1870). La quatrième et dernière salle abandonne cette approche chronologique et s’intitule simplement « Éros », bien que ce soient, là encore, des œuvres de l’exil qui soient mises en valeur, notamment La Légende des siècles (1859) et Les Travailleurs de la mer (1866). Ce choix d’organisation permet d’éviter le télescopage entre des productions rattachées à un même thème mais issues de périodes différentes, et présente en outre le précieux intérêt d’offrir au visiteur une efficace biographie sentimentale de Hugo. Cependant, le découpage proposé ne se veut pas toujours d’une stricte rigueur. Ainsi, les périodes des deux premières salles se chevauchent – la première salle est presque intégralement consacrée à Notre-Dame de Paris (1831), et la seconde commence par s’arrêter longuement sur Les Orientales (1829). Les cartels de la première salle indiquent, à propos des premiers romans, que « l’amour n’y est que passion, c’est-à-dire tentation et violence, mélange d’idolâtrie et d’avidité charnelle férocement contenue ». Mais dans la seconde période, explique-t-on, « le théâtre dévoile la violence des passions » : les continuités sont presque plus apparentes que les ruptures. De Notre-Dame de Paris au Roi s’amuse (1832), c’est plutôt l’érotisme sensuel des Orientales qui fait figure d’exception : la prise en compte de l’esthétique propre à chaque genre aurait peut-être été plus pertinente qu’un découpage chronologique, dont l’efficacité semble un peu affaiblie par une tendance, peut-être inévitable, à une uniformisation de chacune des époques considérées, et corrélativement à une radicalisation des frontières qui les séparent.

Auguste Rodin, Victor Hugo, assis, nu, étude pour le Monument, avant 1909, plâtre, 87 x 81,6 x 77,1 cm, Musée Rodin © Musée Rodin / Jérôme Manoukian

Auguste Rodin, Victor Hugo, assis, nu,
étude pour le Monument, avant 1909, plâtre,
87 x 81,6 x 77,1 cm, Musée Rodin
© Musée Rodin / Jérôme Manoukian

L’exposition entend replacer Hugo dans son siècle. À côté, donc, de celles de Hugo, figurent des œuvres graphiques de la même époque. Les démonstrations sont souvent heureusement menées, et les comparaisons convaincantes : il est tout à fait éclairant de juxtaposer le Sub clara nuda lucerna de Hugo à une série d’odalisques contemporaines, pour montrer tout ce que Hugo doit aux motifs et aux thèmes iconographiques en vogue. D’autres fois, la sélection des œuvres semble viser une présentation générale de l’érotisme au XIXe siècle. Le lien avec Hugo, alors, se distend beaucoup : les dessins pornographiques de Francesco Hayez ne renvoient à rien dans l’œuvre hugolienne, et l’inspiration saphique du Sommeil des gorgones, de Rodin, y est également sans écho. On aurait sans doute pu tout aussi légitimement montrer beaucoup d’autres choses, mais cela tient à l’entreprise de contextualisation, donnée comme l’un des buts de l’exposition : étant par nature sans limite et sans cadre, elle rend inévitable un certain arbitraire dans le choix des œuvres. Cependant il est clair, aussi, que les œuvres en question présentent, à tous égards, un intérêt propre : quelle que soit la façon dont elles sont articulées au cas Hugo, ce n’est pas le moindre mérite de l’exposition que de nous faire apprécier les œuvres de Devéria ou de Constantin Guys, ou de nous faire connaître en Théophile Gautier un peintre de talent. C’est aussi pour ces (re)découvertes que l’exposition mérite la visite.

La dernière salle nous paraît la plus réussie. Abandonnant l’organisation chronologique pour se centrer sur quelques motifs, elle évite l’écueil de la dispersion, comme celui de l’homogénéisation un peu forcée des périodes. Et laissant derrière elle les diverses nuances de rouge, elle arbore des cimaises vertes et violettes, aux tons plus graves et plus apaisés. Moins encombrée que les précédentes salles par des vitrines et des panneaux, elle donne une confortable impression de lumière et d’espace. Elle constitue, somme toute, un très bel écrin à l’étonnante sculpture de Rodin, Victor Hugo, assis, nu, par laquelle s’achève la visite. Cette dernière étape du parcours prend le temps de se pencher sur la pieuvre des Travailleurs de la mer et sur le Satyre de La Légende des siècles. Dans le premier cas, la démonstration visant à présenter, textes et images à l’appui, le combat de Gilliatt et de la pieuvre comme une étreinte amoureuse, est très convaincante. Des dessins de Félicien Rops et une estampe d’Hokusai montrent utilement que l’imaginaire sexuel de la pieuvre n’est propre ni à Hugo, ni à l’Occident. Quant au Satyre, il permet de défendre avec beaucoup d’efficacité cette idée, si heureusement placée en conclusion du parcours, d’un éros hugolien universel, voire cosmique – des extraits de Dieu et des Misérables (1862) complètent la démonstration. L’exploration précise de l’imaginaire hugolien se révèle décidément stimulante et féconde.

 

Jordi Brahamcha-Marin

 

Catalogue : Vincent Gille et Pierre Laforgue, Éros Hugo. Entre pudeur et excès, Paris, Maison de Victor Hugo / Paris Musées, 2015.

Article publié en février 2016 sur le premier site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes.

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Aude Jeannerod et Mathilde Labbé à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...