Ouverture du musée Camille-Claudel — par Charlotte Foucher Zarmanian

Ouverture du musée Camille-Claudel, Nogent-Sur-Seine (mars 2017).

 

Vue du bâtiment, Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine © musée Camille Claudel, photo Marco Illuminati.

En visitant le musée Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine, ouvert depuis le 26 mars 2017, on peut être désorienté. Désorienté d’entreprendre un si long parcours de visite (dix salles sur quinze) sans voir aucune œuvre de la sculptrice. Le pari est audacieux, mais réussi, tant il fait honneur à l’œuvre de l’artiste.

Le musée Camille-Claudel est avant tout un musée de sculpture. Ici Rodin n’est pas au cœur de l’attention, comme ne l’est pas non plus la « Camille C. » mythique, héroïne du roman d’Anne Delbée (Une Femme, 1982), star de cinéma sous les traits d’une Isabelle Adjani habitée, ou plus récemment d’une Juliette Binoche emmurée. Le musée Camille-Claudel se situe plutôt dans la continuité d’expositions récentes qui ont su reconnecter l’œuvre de Claudel à la sculpture de son temps, dans ses aspects à la fois thématique, technique et stylistique : ainsi, l’exposition Camille Claudel (1864-1943) qui eut d’abord lieu à la Fundación Mapfre à Madrid puis au musée Rodin à Paris en 2007-2008, et encore Camille Claudel, au miroir d’un Art nouveau organisée à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de l’artiste en 2014-2015 à la Piscine de Roubaix. Ayant en tête l’historiographie longtemps plombée d’une artiste écrasée par son frère Paul Claudel et par son maître et amant Auguste Rodin, l’équipe du musée – nous semble-t-il – a souhaité, sans le nier pour autant, se débarrasser de ce qui avait pu encombrer l’artiste et son œuvre. Adossée à l’ancienne maison où vécut Claudel, et qui forme une aile du bâtiment, l’architecture paraît illustrer ce passage du passé au présent en se parant de briques qui permettent d’intégrer ces formes contemporaines au centre historique de Nogent-sur-Seine.

Vue intérieure, Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine © musée Camille Claudel, photo Marco Illuminati.

Si on a beaucoup écrit sur Claudel, il était urgent de voir, et de mieux voir. Le choix du site s’est naturellement porté sur la ville où elle vécut adolescente, de 1876 à 1879, et où elle entama sa carrière d’artiste, Nogent-sur-Seine, là où d’autres sculpteurs résidaient à la fin du XIXe siècle comme Alfred Boucher – auprès de qui elle fit ses premières armes –, Marius Ramus et Paul Dubois. Camille Claudel sert donc de prétexte, pourrait-on dire, mais pas au mauvais sens du terme, car ses œuvres constituent le point d’orgue du parcours muséographique. Ce dernier invite d’abord visiteurs et visiteuses à s’immerger dans une histoire de la sculpture du XIXe siècle à travers cent cinquante œuvres (dont certaines issues de dépôts). Ces œuvres montrent des aspects très variés de la sculpture et de sa pratique : monumentale ou de plus petite dimension, en plâtre ou en bronze patiné, thèmes allégoriques, sociaux ou mythologiques, commandes publiques ou privées… Ce début de parcours est aussi là pour annoncer plusieurs des aspects constitutifs du travail de Claudel, tout autant qu’il invite à le réintégrer dans un paysage artistique plus large. En même temps, il fallait composer notamment avec le musée Dubois-Boucher fondé en 1902 à Nogent-sur-Seine, grâce aux dons et legs des fonds d’ateliers des deux sculpteurs cités précédemment, Alfred Boucher et Paul Dubois, dont les œuvres sont représentatives de la sculpture sous le Second Empire et la Troisième République. C’est en 2003, à la suite d’une exposition consacrée à Camille Claudel dans ce musée, que se développe l’idée d’un projet institutionnel plus vaste, portant son nom et ouvert à ses œuvres. En 2008, il se concrétise davantage. Grâce au soutien public de l’État et de la région, au mécénat d’entreprises et à l’action associative, la ville acquiert Persée et la Gorgone, grand marbre taillé par François Pompon sur un modèle en plâtre de Claudel. Puis les legs de Reine-Marie Paris, petite-nièce de la sculptrice, et de son ami Philippe Cressent viennent considérablement enrichir la collection.

Vue intérieure, Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine © musée Camille Claudel, photo Marco Illuminati.

Avec une quarantaine d’œuvres à son actif, Nogent-sur-Seine conserve ainsi la première collection au monde d’œuvres de Camille Claudel, et aussi la plus représentative autour de thématiques emblématiques de son travail : âges de la vie et expressivité (La Vieille Hélène ; La Petite Châtelaine ; L’Âge mur), nu (Femme accroupie ; L’Homme penché ; Jeune fille à la gerbe ; L’Abandon), mouvement (La Valse tourbillonnant dans une salle circulaire), introspection (Profonde pensée ; Les Causeuses)… Les œuvres se succèdent et révèlent les qualités d’une grande artiste. La muséographie brille par son élégance et sa sobriété. Les textes sont peu nombreux ; la chronologie de la vie de Camille Claudel par exemple s’attache uniquement aux faits ; les citations aussi, choisies précisément, sont toujours au service des œuvres sans jamais les dominer. Bien sûr, cette collection n’est pas exhaustive et c’est tant mieux : il faut continuer à voir des œuvres de la sculptrice ailleurs qu’à Nogent-sur-Seine, à La Piscine de Roubaix, au musée Sainte-Croix de Poitiers ou encore au musée Rodin à Paris. Dans un contexte institutionnel où les musées entièrement dédiés à la sculpture ne sont pas si nombreux, le musée Camille-Claudel offre la possibilité aux visiteurs et visiteuses d’approfondir leur connaissance de l’œuvre de Claudel et de la sculpture en général grâce à un programme riche et varié (visites thématiques, tables rondes, conférences, concerts, lectures, ateliers de pratique artistique, concours à destination des scolaires…).

Camille Claudel bénéficie, ici à Nogent-sur-Seine, d’une reconnaissance institutionnelle inaccoutumée pour une artiste femme. Les musées portant leur nom et valorisant leur œuvre sont rares. De ce point de vue, et si l’on excepte le générique National Museum of Women in the Arts de Washington, le musée Camille-Claudel peut désormais figurer aux côtés des plus monographiques Käthe-Kollwitz Museum de Cologne, Georgia O’Keeffe Museum de Santa Fe au Nouveau Mexique, Barbara Hepworth Museum and Sculpture Garden de Saint Yves en Grande Bretagne, ou encore de la maison-musée Frida Kahlo de Coyoacàn au Mexique. Mais là, il semble que le geste soit encore plus fort car c’est par son entremise que l’on découvre ou redécouvre, tout particulièrement pour les non-nogentais, certains sculpteurs en grande majorité masculins, aujourd’hui tombés dans l’oubli. C’est donc par la femme que s’opère ce travail de réévaluation et non l’inverse, comme à l’habitude. En 1898, le critique d’art Mathias Morhardt aspirait, par son article richement documenté sur l’artiste, à servir « ceux qui, plus tard, lui élèveront le monument définitif – digne d’elle » (« Mademoiselle Camille Claudel », Mercure de France, mars 1898, p. 709-755). Avec ce musée, édifié près de cent vingt ans plus tard, il semble que le souhait de Morhardt ait été exaucé.

 

Charlotte Foucher Zarmanian

 

À lire : Françoise Magny, Musée Camille-Claudel, Nogent-sur-Seine. Guide des collections, Paris, Liénart, 2017.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...