Carnets de collections — par Aude Jeannerod

Carnets de collections, Lyon, musée des Confluences (mai 2017-septembre 2018).

 

Héritier des collections du musée Guimet – ancien musée d’ethnologie et d’histoire naturelle de la ville de Lyon –, le musée des Confluences a été inauguré à la pointe de la Presqu’île en décembre 2014. Dès son ouverture, la jeune institution, désireuse d’écrire sa propre histoire, a organisé une série d’expositions replaçant dans un continuum le devenir des deux millions d’objets et spécimens que comptent actuellement ses réserves. Après un premier volet intitulé Dans la chambre des merveilles et consacré aux cabinets de curiosités du XVIIe siècle, l’exposition Carnets de collections s’intéresse à la constitution des savoirs scientifiques qui accompagne au XIXe siècle l’acte de collectionner.

Exposition Carnets de Collections au musée des Confluences © photo Caroline Capelle-Tourn, musée des Confluences

Dans un espace relativement restreint, l’ambition est de mettre en perspective l’enrichissement des collections muséales en les inscrivant à la fois dans un contexte d’expansion coloniale et dans un mouvement de rationalisation scientifique. Par une illusion d’optique assez réussie, des photographies grandeur nature de rayonnages couverts d’animaux empaillés, de livres anciens ou de bocaux de formol donnent l’impression d’arpenter les réserves du musée. La scénographie rappelle ainsi le cabinet de curiosités en raison de l’abondance d’objets et de leur apparent bric-à-brac, mais l’idée ingénieuse de donner à chaque cartel la forme d’une étiquette met l’accent sur la volonté taxinomique propre au XIXe siècle.

 

Exposition Carnets de Collections au musée des Confluences © photo Caroline Capelle-Tourn, musée des Confluences

En effet, les muséums d’histoire naturelle, créés au lendemain de la Révolution française, ont d’emblée une vocation scientifique et pédagogique : ils ont la double charge de développer la recherche et de démocratiser l’enseignement. Ainsi, le muséum de Lyon connaît entre 1830 et 1910 un essor considérable, sous l’impulsion de ses deux directeurs successifs, Claude Jourdan (1832-1869) et Louis Lortet (1870-1909). Des expéditions pluridisciplinaires – paléontologiques, archéologiques, zoologiques, botaniques, etc. – sont envoyées aux quatre coins du monde, et les travaux du musée sont publiés régulièrement à partir de 1872 dans les Archives du Muséum d’histoire naturelle de Lyon.

Mais dans leur tâche d’accroissement des collections, les savants ont également pour alliés (ou parfois pour rivaux) d’autres acteurs. L’exposition dresse en cela une véritable « typologie de collectionneurs », en détaillant plusieurs profils : celui du militaire, employé par l’administration coloniale et dont les ambitions conquérantes s’assortissent d’une curiosité ethnographique ; celui du missionnaire, qui documente les pratiques religieuses des autochtones qu’il est chargé d’évangéliser ; celui de l’ingénieur, agronome ou géologue, qui prélève des échantillons dans les exploitations agricoles ou minières ; celui du négociant, qui achète et revend dans un but lucratif ; et enfin celui de l’amateur, éclairé et fortuné, qui collecte pour son propre compte, mais souvent conjure sa propre disparition en léguant ses possessions aux institutions muséales.

Exposition Carnets de Collections au musée des Confluences © photo Caroline Capelle-Tourn, musée des Confluences

Les différents champs d’investigation scientifique du musée sont détaillés, suivant dès le XIXe siècle deux principaux axes : celui des sciences naturelles – le recensement et la classification des minéraux, fossiles, insectes, vertébrés et invertébrés – et celui des sciences humaines – l’étude des pratiques sociales, qu’elles soient anciennes ou contemporaines, exotiques ou locales. Sur plusieurs cartels, le lien est fait avec les recherches les plus actuelles, afin de mettre l’accent sur la permanence de ces missions : sont ainsi évoquées les études spectrométriques permettant de modéliser la vision du colibri et plus particulièrement sa perception des couleurs, mais aussi une série d’entretiens réalisés auprès de devins malgaches dans le but de mieux comprendre la fonction de certains objets rituels.

Enfin, comme par un jeu de miroirs, l’exposition en vient à réfléchir sur elle-même en évoquant la conservation d’un patrimoine commun et la vulgarisation des savoirs scientifiques : deux objectifs pleinement atteints par les expositions permanentes du musée, comme par ces « carnets de collections ».

 

Aude Jeannerod

 

À lire : Hélène Lafont-Couturier et Cédric Lesec (dir.), Musée des Confluences, une collection, Arles/Lyon, Actes Sud/Musée des Confluences, 2017.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com

 


Vous aimerez aussi...