France-Allemagne(s) 1870-1871 — par Philippe Diest

France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la commune, les mémoires, Paris, musée de l’Armée (avril-juillet 2017).

 

La guerre franco-allemande de 1870-1871 et la commune sont deux événements militaires méconnus du grand public. Absents des programmes du secondaire, ils s’inscrivent dans une période transitoire, entre l’épopée napoléonienne et l’affirmation de la Troisième République. La guerre franco-allemande est de ce fait généralement perçue comme un conflit typique du XIXe siècle, que le préambule de l’exposition signale comme un siècle de guerre à l’échelle mondiale. L’immortalisation par la peinture et la chanson des charges de cavalerie menées par de flamboyants cuirassiers est en grande partie responsable de cette représentation. Cependant, la masse de prisonniers capturés, l’implication directe ou indirecte des civils et la poursuite des combats en dépit de l’occupation et de la défaite rapprochent davantage la guerre franco-prussienne des conflits du XXe siècle. Cet épisode s’achève par la signature du traité de Francfort et l’écrasement de la Commune de Paris dont l’insurrection a longtemps été revendiquée par l’extrême-gauche nationale et internationale.

Édouard Detaille, Fantassins dans un chemin creux, fragment du panorama de la bataille de Champigny, 1882-1883 © Paris, musée de l’armée, Dist. RMN-GP/Émile Cambier

Cette exposition propose de revenir sur ces événements minorés, même au sein du musée de l’Armée. Ces derniers ne sont en effet évoqués que dans la seconde moitié de la salle Napoléon III qui constitue déjà l’une des plus petites collections présentées. Ainsi, le comité scientifique franco-allemand réuni sous la présidence de Jean-François Chanet, éminent spécialiste des mutations politiques, militaire et culturelles de la IIIe République, ambitionne de vulgariser ces épisodes guerriers tout en s’interrogeant  sur leurs causes et leurs conséquences de part et d’autre du Rhin, des guerres de libération allemandes (1813) au traité de Versailles (1919). Les 320 œuvres et documents exposés contribuent très agréablement à ce projet, témoignant de la richesse des réserves du musée et des partenariats établis avec de nombreuses institutions, notamment allemandes, à l’origine de plus de 80 prêts. Composé de spécialistes de l’histoire sociale, culturelle, économique ou militaire, le conseil scientifique ne pourra que regretter le décès prématuré de François Roth qui fut l’un des précurseurs du renouvellement historiographique sur la guerre franco-prussienne.

Gustave Doré, L’Énigme, 1871 © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay)/Jean Schormans

L’exposition évoque dans un premier temps (préambule, parties 1 et 2) le contexte international et culturel de l’époque, avec la montée en puissance de la Prusse depuis l’arrivée au pouvoir de Bismarck en 1862 et sa volonté d’unifier les différents États allemands par la guerre. Les conflits avec le Danemark, l’Autriche et la France sont a posteriori présentés comme le triptyque de l’inéluctable solution petite-allemande. L’Empire français, plébiscité en mai 1870, connaît quant à lui une transition liée au vieillissement de Napoléon III, à l’affirmation du tournant libéral et à des revers diplomatiques.

Les événements militaires sont ensuite expliqués et se focalisent rapidement sur Paris (parties 3, 4 et 5). Cette portion de l’exposition est la plus remarquable par sa richesse documentaire. De la mitrailleuse Bollée aux cornes du dernier bœuf tué durant le siège de la capitale en passant par la nacelle d’un ballon, la scénographie témoigne de la modernité du conflit et de la prise de conscience du caractère exceptionnel de cet événement dans les histoires nationales. Ces documents s’accompagnent de nombreuses photographies illustrant avec persuasion les destructions de la guerre et l’activité des journalistes durant celle-ci.

L’armistice et la Commune sont plus classiquement abordés à travers des affiches, des biographies et des peintures (parties 6 et 7). Les conséquences diplomatiques, politiques, économiques, sociales et militaires de la guerre et de l’expérience parisienne sont très rapidement évoquées (parties 8, 9 et 10). Ces sujets, notamment la « crise allemande de la pensée française » (Claude Digeon) qui consiste en une obsession dans le principe d’un modèle allemand plus efficace que son homologue français, auraient pu être davantage développés grâce à  l’historiographie récente et aux  travaux des membres du comité scientifique. Le public aurait ainsi davantage appréhendé le profond bouleversement que constituent ces épisodes guerriers. Le catalogue d’exposition est à ce sujet indispensable face à la brièveté de cette présentation, vraisemblablement liée au manque d’espace.

L’Hôtel de Ville en mai 1871 © BNF

La question mémorielle constitue le point d’orgue de l’exposition (parties 11, 12 et 13). La présentation de la commémoration par des monuments, des mémoriaux et des associations d’anciens combattants permet de dégager des pratiques qui prendront une tout autre ampleur à l’issue du Premier conflit mondial. L’exaltation de la « glorieuse défaite » et ses interrogations sont valorisées par des tableaux et des livres d’artistes reconnus, tandis que la mémoire de la Commune est conservée sous des formes plus modestes et discrètes. Du côté allemand, la victoire permet d’exalter la guerre et ses acteurs comme les édificateurs d’une nouvelle puissance européenne.

Cette exposition qui croise les historiographies allemandes et françaises tient donc ses promesses et permet au grand public de découvrir deux épisodes guerriers fondateurs de la IIIe république. Le visiteur de province sera sans doute dérouté par la surreprésentation de Paris légitimée par des réalités stratégiques et son rôle prédominant dans la construction mémorielle. Il sera donc sans doute tenté d’approfondir sa connaissance du sujet et le catalogue de l’exposition lui permettra de trouver à ce titre des réflexions approfondies.

 

Philippe Diest

 

Catalogue : France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la commune, les mémoires, Paris, Gallimard, 2017.

 

À lire :

Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

Alain Gouttman, La grande défaite : 1870-1871, Paris, Perrin, 2014.

Jean-François Lecaillon, Le Souvenir de 1870, histoire d’une mémoire, Paris, Bernard Giovanelli éditeurs, 2011.

Pierre Milza, « L’Année terrible », La guerre franco-prussienne : septembre 1870-mars 1871, Paris, Perrin, 2009.

François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 2011.

 

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...